près du feu au-dessus

Critique : Au-dessus du feu


Amazone

Josette est le capitaine du dirigeable. Mistral, et après les événements de THE GUNS ABOVE (revue EBR), elle est devenue suffisamment connue pour ne pas avoir à s’inquiéter des pouvoirs qui lui prennent son vaisseau. Mais la guerre avec le Vin continue, et se faire un nom signifie qu’elle et son équipe sont à nouveau entraînées dans la lutte pour Garnia.

Mais la chose la plus effrayante que Josette fera est de naviguer dans la cour royale de Garnian.

Voyez-vous, Josette est peut-être une femme, mais elle est aussi capitaine d’avion militaire, et du coup, elle n’a pas vraiment cultivé la gentillesse de la gent féminine. Ainsi, lorsqu’il est appelé à comparaître devant le roi, Bernat (fils de duc, mascotte du navire) est terrifié à l’idée de mettre les rois en colère et de tout perdre. Au lieu de cela, il obtient exactement ce qu’il demande : la chance de libérer sa ville natale de Durum des Vins.

Cette demande ne va pas sans problèmes. Le sien est le seul dirigeable envoyé, avec une armée terrestre de recrues non testées qui font mieux avec un stylo qu’une baïonnette, et un laps de temps qui ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre à Josette. Ils arrivent aux murs de la ville pour découvrir qu’il y a plus de vins dans la ville que prévu, alors Josette doit faire preuve de créativité si l’armée de Garnian a une chance de gagner. Et bien sûr, rien ne se passe comme prévu et tout explose. C’est assez incroyable.

Lire aussi :  Critique : Les Vengeurs de la Lune

Après avoir remporté de nombreuses batailles aériennes importantes pour son pays, le plus grand défi de Josette n’est peut-être pas l’ennemi d’en haut, mais la politique d’en bas dans BY FIRE ABOVE.

La meilleure partie de BY FIRE ABOVE réside dans les personnages et leurs interactions, dont beaucoup font avancer l’histoire. Comme je l’ai mentionné dans ma critique de THE GUNS ABOVE, la personnalité de Josette n’est pas celle que je vois souvent chez les personnages féminins, et j’apprécie la cohérence d’un livre à l’autre. C’est une femme qui fait un travail d’homme, et une très bonne dans ce qu’elle fait. Vous avez du mal à gérer les relations (amoureuses et familiales), car vous ne savez pas toujours comment vous devez vous sentir. Mais en même temps, elle se sent à l’aise dans sa relation platonique avec Bernat ; leurs échanges de dialogue spirituels sont particulièrement amusants à lire. Bernat a désormais montré sa qualité, que malgré son attitude souvent dandy, il s’est montré utile dans un combat, avec bon sens et courage malgré des obstacles souvent impossibles. Sa relation avec la mère de Josette est un sujet de consternation pour notre héros capitaine.

L’histoire est le combat pour Durum, c’est donc une petite bataille dans le plus grand schéma des choses, c’est pourquoi au début, il semble que BY FIRE ABOVE est une histoire trop petite pour un livre. Mais heureusement, Bennis ne nous épargne pas les détails de la reprise d’une ville frontalière fortifiée, afin que nous puissions apprécier l’ingéniosité de Josette et en apprendre un peu plus sur son origine et ce qui la motive. Cette fois, nous avons plus de Kember, l’enseigne féminine à bord du Mistral, de qui Josette attend de la compétence et du travail acharné. Nous voyons comment il traite une blessure par balle de THE GUNS ABOVE et a des cicatrices durables sur son visage, traite avec un nouveau lieutenant incompétent et doit prendre une décision difficile qui pourrait très bien affecter la survie du Mistral‘vis. Je l’aime bien, mais bon sang, cette pauvre fille doit endurer beaucoup de choses. Elle admire Josette et essaie de prendre le genre de décision que son capitaine prendrait. Josette a de la chance d’avoir un équipage aussi fidèle.

Lire aussi :  Critique : Armistice

Je ne veux pas trop vous gâter, car les détails, la tournure des événements et les interactions entre les personnages sont quelque chose que vous devez expérimenter par vous-même.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Un tas
  • Violence: Ils sont en guerre, donc il y a une bonne quantité
  • Sexe: Référencé et une brève post-scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *