Kagen le Maudit

Critique : Kagen le Maudit


Amazone

Librairie

Jonathan Maberry est un autre de ces auteurs qui semble sortir de bonnes choses, encore et encore et encore. Joe Ledger, Rot & Ruin, thrillers, indépendants, nouvelles… le mec est écrivain machine et semble le frapper hors du parc à chaque tournant. Alors quand j’ai entendu dire que j’allais enfin essayer Epic Fantasy, j’ai eu du mal à me contenir. Réservation automatique, consulter. Anticipation extrême, tu ferais mieux d’y croire. Et puis, au milieu d’un tas de lectures vraiment ennuyeuses, l’un de mes auteurs préférés saute pour sauver la situation !

Qu’en penses-tu? Le sur-vendre un peu ? Oui, je le pensais aussi. Je veux dire, je sais que vous pouvez voir la note que j’ai donnée à celui-ci d’ici. Beurk. Cette série de déceptions de mes principaux favoris s’arrêtera-t-elle un jour ?

KAGEN THE DAMNED est le premier d’une trilogie projetée qui se concentre sur le personnage principal alors que lui et ses connaissances sont affectés par la vengeance d’un homme connu uniquement sous le nom de Roi-Sorcier.

Kagen est un protecteur juré de la progéniture de l’impératrice d’argent, chef de l’empire d’argent qui a gouverné ses terres et ses peuples pendant mille ans. À cette époque, comme dans la plupart des empires, d’autres nations et peuples ont été tués et subjugués en cours de route, le tout au nom du « plus grand bien ». C’est de l’une de ces nations longtemps vaincues, Hakkia, que le Roi-Sorcier se leva, amena ses armées et ses chefs, et en une seule nuit, pilla la capitale d’Argentium, tua l’Impératrice et ses enfants, et remplaça le très chef de cet empire autrefois grand avec un homme dont nous, en tant que lecteurs, ignorons complètement les motivations.

Lire aussi :  Critique : Pays mort

Je l’ai lu il y a un moment, mais je me souviens encore du processus que mon niveau d’enthousiasme a traversé au fur et à mesure que j’avançais dans le livre. Après environ 60 pages, j’ai commencé à m’inquiéter un peu de l’évolution des choses, après 80, j’avais de sérieuses inquiétudes et, à la page 100, j’avais pratiquement abandonné tout espoir. Je ne peux pas m’empêcher de blâmer cette digression pour mon niveau initial d’excitation à propos de ce que chacun des personnages PoV de l’histoire faisait. TLDR : Presque rien.

L’une des meilleures choses à propos des livres de Joe Ledger est la façon dont Maberry crée des personnages et nous rend minutieux sur ce qui se passe. En règle générale, la grande majorité du livre est racontée du point de vue de Joe, puis il y a des sauts occasionnels dans les points de vue de divers méchants qui aident à étoffer l’histoire et à ajouter à la tension alors que nous commençons à voir ce qui se passe. Dans les coulisses. En général, les personnages de ces scènes amusantes sont peu développés (il y a quelques exceptions à cette généralisation). Il y a des raisons pour lesquelles nous aimons Joe et son équipe de personnages. Raisons pour lesquelles nous revenons constamment pour plus.

KAGEN THE DAMNED souffre d’un excès de personnages qui ne font qu’avancer l’intrigue au lieu de la remplir de leurs motivations. Décevant.

Et je ne pense vraiment pas que Kagen ait montré aucune de ces raisons. Peut-être que c’était le point? Je ne suis pas sûr.

Ici, Kagen conduit la majeure partie de l’histoire. Il se réveille d’une nuit de débauche « after hours » pour se retrouver au milieu d’une bataille déjà perdue. Il se fraye un chemin jusqu’aux appartements de l’impératrice, et lorsqu’il découvre l’étendue des pertes et ce qui est venu détruire ses proches, il fuit finalement la ville. Il continue ensuite à errer dans une stupeur ivre pendant les quelques centaines de pages suivantes, déplorant le fait qu’il est « maudit », tout le monde s’alignant agréablement derrière lui. Sauf pour les gens qui tuent parce qu’ils le veulent. En général, la caractérisation est assez légère, et je ne me suis jamais habitué à l’idée que Kagen ressemble à quelqu’un que je voulais essayer de comprendre (sans parler de sympathiser avec, si c’est le genre de chose que vous recherchez). Encore une fois, comme je semble le trouver à divers endroits, cette histoire semble être un exemple où elle essaie d’entrer dans « Dark » ou « Grimdark » et finit par ne marquer que sur les parties granuleuses et échouer complètement à raconter une histoire engageante. .

Lire aussi :  Bilan : Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Le reste des personnages PoV ne sont guère plus que des caméras de localisation afin que nous puissions voir ce qui se passe ailleurs, malgré toute la caractérisation que nous obtenons. Ryssa, une jeune acolyte de la religion du Jardin de l’Empire d’Argent, fuit les envahisseurs Hakkiens, suivant naïvement une religieuse de son ordre à travers le pays à sa demande, sans vraiment savoir où ils vont ni pourquoi. Quelques conseillers du roi sorcier regardent ce que fait leur nouveau chef (principalement en train de ruminer méchamment sur le trône d’argent) et se recroquevillent généralement de peur de ce qu’il pourrait souhaiter (aucune idée) en plus de récupérer le Kagen Vale échappé. Plusieurs autres personnes associées à la religion du Jardin de l’Empire d’Argent s’impliquent dans un effort pour trouver Kagen après qu’il se soit révélé être la clé pour vaincre le Roi Sorcier. Joli morceau de PROPHETIE là-bas. Mais il y a une tonne de personnages complémentaires ici, et très peu d’entre eux reçoivent un véritable traitement de CARACTÈRE.

Dans l’ensemble, l’histoire semblait très clichée, une fantaisie très old school (dans le mauvais sens) du point de vue structurel et du cadre, en plus elle manquait de toute sorte de motivation sérieuse pour l’un de ses PoV roster. , à part ceux qui semblaient faire progresser le parcelle. (Apparemment, il y a aussi beaucoup de références manifestes à d’autres morceaux de littérature tissés dans l’histoire qui n’ont pas du tout affecté mon expérience de lecture. Hmm. Allez comprendre.)

Maintenant regarde. Maberry a écrit des trucs incroyables et fantastiques. J’ai du mal à croire que je détesterais jamais quoi que ce soit dans la série Joe Ledger. Je ne suggère en aucun cas que vous ne devriez pas lire ce type. peut-être juste éviter ce livre. Si vous ne l’avez jamais essayé auparavant, sérieusement, faites-vous une énorme faveur et recherchez PATIENT ZERO (EBR Review).

Lire aussi :  Bilan : Le problème de la paix

Quant à cette série, j’ai du mal à croire que je pourrai jamais me convaincre de lire le deuxième tome. Surtout à la lumière du fait que son titre est simplement un autre nom pour… vous l’avez deviné : Kagen le Damné.

  • Âge recommandé : 18+
  • Langage: fréquent et fort
  • Violence: Sanglant et sanglant, violence contre les enfants
  • Sexe: Diverses scènes assez détaillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *