blues de la chèvre noire

Critique : Black Goat Blues


Amazone

Il y avait une partie de moi qui était un peu excitée de recevoir ce livre par la poste pour ma pile TBR. Bien sûr, c’était mon côté sombre, tordu, macabre et grotesque, mais un côté de moi quand même. Le premier livre de Levi Black, RED RIGHT HAND (EBR Review) m’a surpris à un moment très opportun, et alors que je plongeais dans la prochaine offre de cet auteur qui emprunte de manière si flagrante son mythe à celui contenant Cthulhu, je me suis retrouvé à fouiller dans mes téléchargements. . de la musique. pour trouver cette chanson de Metallica qui avait frappé juste au bon endroit la première fois. C’était une bonne façon de commencer ma semaine.

Et terminer ce livre était une excellente façon de le terminer.

BLACK GOAT BLUES (Amazon) est le deuxième livre de The Mythos War de Levi Black. De l’extérieur, le livre semble presque identique au premier. Taille similaire. Même couverture incroyablement sombre et tordue (par Cliff Nielsen, et je vais vous dire quoi, ce gars a du super travail posté sur son site). A l’intérieur, j’ai retrouvé presque la même chose aussi. L’histoire a essentiellement repris là où M. Black m’a laissé assis à la fin de RED, se demandant pourquoi l’histoire s’arrêtait là.

Charlotte Tristan Moore, Charlie pour ses amis, a été accueillie comme acolyte et abusée par un dieu aîné nommé Nyarlathotep sur RED, mais à la fin, elle a renversé la situation sur cet homme en noir et, alors qu’elle se tenait près du lit d’hôpital de son son petit ami comateux Daniel (bon choix de noms, soit dit en passant, Levi), décide de rendre la guerre au dieu. Charlie commence à rechercher des informations sur l’endroit où se trouve l’Homme en Noir et/ou ses associés, afin de le tuer. C’est aussi simple que ça. C’est une histoire de vengeance. En cours de route, il rencontre un autre acolyte qui gêne surtout, il rencontre notre déesse préférée de la luxure qui essaie de pousser nos sympathies, et il fait un petit détour pour trouver une autre déesse mythologique qui est une chèvre et aussi très, très triste.

Lire aussi :  Critique : Route de Sparrow Hill

BLACK GOAT BLUES est une véritable folie. Grand texte descriptif. Histoire solide et linéaire. Même une sympathie inattendue. J’ai hâte de lire la suite de la série.

Comme pour le premier, je pense que c’est la combinaison d’une curiosité morbide et du fait que les chapitres étaient si courts et rapides qui m’ont poussé à lire bien au-delà du moment où j’aurais dû m’arrêter. C’est un très mauvais livre à prendre pour un déjeuner de travail car le chapitre suivant ne fait que 3 ou 4 pages, et je ne peux pas le faire tomber rapidement aussi ? Quelle heure est-il encore ? Putain peut-être ? C’est horrible. Horrible, dis-je.

En général, la caractérisation est assez clairsemée, bien que suffisante pour mes besoins. C’est une lecture rapide, et je ne peux pas m’empêcher de penser que tous les amoureux du mythe lovecraftien l’apprécieraient vraiment. Je n’ai jamais vraiment plongé dedans, donc je pourrais me tromper considérablement en faisant une telle déclaration. Est-ce que quelqu’un se considère comme un gourou de la fiction lovecraftienne assez pour peser sur le sujet ? J’aimerais un deuxième avis sur les inclusions et les extensions de M. Black.

La grande question que j’avais après avoir lu le premier roman de cette série, le retrait émotionnel nécessaire du personnage POV de la nature souvent éclaboussée et punk du trajet, n’était pas si souvent dans mon esprit cette fois-ci. La plupart des choses folles ne sont pas arrivées à d’autres humains cette fois-ci, et les morceaux de dieux anciens, je pense, seraient beaucoup plus faciles à digérer que les morceaux de personnes humaines analogues. Si l’on devait essayer de les consommer, c’est. Pourtant, le facteur dégoûtant.

Lire aussi :  Critique : Légion : Les nombreuses vies de Stephen Leeds

amusement absolu. Grand texte descriptif. Histoire solide et linéaire. Même une sympathie inattendue. J’ai hâte de lire le prochain de la série, M. Black. À quelle vitesse pouvez-vous les pomper ? J’attends!

  • Âge recommandé : 18+
  • Langage: nombreux et fréquents
  • Violence: graphique et sanglant
  • Sexe: De nombreuses références; une déesse de la luxure est un personnage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *