Couronne de corail et de perle

Critique : Coral and Pearl Crown


Amazone

Le premier roman de Mara Rutherford, CROWN OF CORAL AND PEARL (Amazon), suit les sœurs jumelles Nor et Zadie, qui ont passé toute leur vie à être préparées (littéralement) pour être la prochaine reine d’Ilara. Nor et la mère de Zadie sont obsédées par le fait que l’une de ses filles devienne reine, et après que Nor lui ait marqué le visage avec du corail sanguin, sa mère tourne tous ses efforts vers Zadie.

Lorsque Zadie est choisie pour être la prochaine reine, elle défie les attentes de tout le monde et est secrètement blessée, l’empêchant de voyager de la petite nation insulaire de Varenia à Ilara. La dernière fois que les Varéniens ont envoyé « la mauvaise fille », Ilara a coupé l’approvisionnement de Varenia pendant des semaines. Désespérée d’éviter de nouvelles représailles, la ville envoie Nor déguisé en Zadie.

Il n’a jamais été sur terre auparavant. Il n’a jamais vu de cheval, ni de château, ni presque personne en dehors de son village. C’est bouleversant, et ça l’est encore plus quand Nor-as-Zadie rencontre le prince Ceren, son fiancé, et Talin, son demi-frère. Ceren est difficile et inconstant. Bien que Nor n’ait pas les mots pour cela, les lecteurs reconnaîtront qu’il a une forte ambiance de « savant fou ». Talin est tout ce que son frère n’est pas : fort, beau et confiant. Il passe également 70% moins de temps que Ceren à ramper dans les coins et à tenter des expériences néfastes, il a donc cela pour lui.

Alors que le concours et le temps passé par Nor à la cour d’Ilaran sont au premier plan de l’histoire, il est clair que les gens de Nor et Zadie souffrent. Entourées par la mer, les eaux de Varenia sont surexploitées et Ilara semble déterminée à augmenter la demande de perles roses de Varenia, dont on dit qu’elles ont des vertus curatives.

Lire aussi :  Critique : Machine

Il y a des troubles à Ilara, des intrigues à la cour, et Nor doit se battre pour assurer sa propre survie et celle de Varenia.

CROWN OF CORAL AND PEARL est un énorme succès, avec des éléments uniques et une piste captivante qui satisfera les lecteurs.

Alors que l’intrigue centrale (concours de beauté ? Un prince terrible avec un frère beau et charmant ?) ne m’a pas semblé immédiatement convaincante, Rutherford m’a conquis avec la voix forte du personnage de Nor. La relation de Nor avec Zadie est convaincante et douce, et sa forte boussole morale et son sens de la compassion donnent à sa bravoure une grande profondeur. Les histoires axées sur les quiz peuvent souvent manquer de place pour que les protagonistes prennent de vraies décisions, mais Rutherford protège l’agence de Nor et la pousse dans des moments de caractère difficiles qui rapportent.

Il n’est pas non plus obligé de combattre un vrai monstre à un moment donné, ce qui est assez excitant.

Il y avait des éléments de construction du monde que j’aimais aussi. Alors que le mythe central qui explique pourquoi les Varéniens doivent envoyer une fille à Ilara à chaque génération semble faible, le cadre de Varenia en tant que ville océanique est intéressant et a Nor aux prises avec les différences sociales et culturelles lorsqu’elle vient à Ilara.

Comme je l’ai mentionné ailleurs dans EBR, j’ai du mal lorsque les romans introduisent de nouvelles questions/menaces/personnages à la fin du roman. Il y a une différence entre me laisser avec des questions persistantes ou des intrigues lâches et introduire des informations entièrement nouvelles. CROWN OF CORAL AND PEARL apporte beaucoup de nouvelles informations directement dans les cinquante dernières pages, ce qui enlève une partie du punch de la bonne fin de Rutherford. Le choc de la révélation est bon marché par rapport à l’attraction insistante de personnages convaincants qui vous poussent à continuer à lire le récit.

Lire aussi :  Critique : Le Saint des Ombres

Alors que j’ai un doute fondamental sur les concours de beauté en tant qu’intrigue, Rutherford essaie de déformer ce trope, montrant ce qui se passe lorsque la société considère la beauté comme la caractéristique la plus importante et comment la concurrence, en particulier chez les filles, peut conduire à l’isolement. Bien que je pense que j’aurais pu aller plus loin, le roman de Rutherford est un énorme succès, avec des éléments uniques et un protagoniste captivant qui satisfera les lecteurs.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Aucun
  • La violence: Certaines personnes sont poignardées et torturées. Menace de violence conjugale.
  • Sexe: BAISER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *