Amberlough

Critique : Amberlough


Amazone

AMBERLOUGH est le genre de roman qui donne envie de lui jeter des adjectifs. Soigné! Provocant! Captivant! Cela est dû en grande partie à la prose de Lara Elena Donnelly, qui donne au décor du monde alternatif un sentiment d’appartenance immédiat et richement texturé. AMBERLOUGH (Amazon) est un début remarquablement assuré, alors que Donnelly se crée un espace unique dans le monde fantastique.

Si le décor, la confédération troublée de Gedda, est peut-être fantastique, le lecteur reconnaîtra immédiatement que les modes de vie des personnages et la menace imminente du fascisme rappellent beaucoup les années 1930. Il ne s’agit cependant pas d’une histoire alternative. Amberlough en tant que ville ne correspond pas (heureusement) à New York, Londres ou Paris. Au lieu de cela, la ville elle-même est le premier personnage que nous rencontrons, alors que ses habitants vivants, libres et bombés se dirigent vers le système de tramway pour une autre journée de travail. Il est important que nous ayons immédiatement une idée de la ville : le port animé, le quartier le plus animé des acteurs et des maisons de plaisance, les jardins et les monuments majestueux, car la chute d’Amberlough est le point crucial de la vie de nos personnages.

Cyril DePaul est l’un de ces protagonistes, un espion encore sous le choc d’une mission qui lui a laissé des cicatrices physiques et psychologiques. Votre tâche actuelle consiste à éliminer un gros joueur du marché noir d’Amberlough. Cependant, avec la pression politique croissante des Ospies, le groupe fasciste qui pousse à un Gedda uni, il devient difficile d’obtenir des marchandises internationales et Cyril n’est pas sûr de vouloir être celui qui arrêtera le flux.

Lire aussi :  Critique : Kagen le Maudit

Cela n’aide certainement pas que Cyril couche avec le chef de l’opération de contrebande qu’il est censé arrêter, Aristide Makricosta. Aristide est le maître de piste implacablement élégant et coquet du célèbre cabaret Bumble Bee, dont l’éclat et la coquetterie démentent un esprit aiguisé et une volonté inébranlable. Dire que c’est compliqué serait un euphémisme. Donnelly parvient à donner à Aristide de véritables couches de vulnérabilité et de netteté sous sa peinture grasse et son glamour, et il est amusant de voir sa complexité révélée tout au long du roman, en particulier lorsque sa véritable dévotion à Cyril est révélée.

AMBERLOUGH est le genre de roman qui donne envie de lui jeter des adjectifs, et son monde alternatif a un sens bien mérité du lieu et de l’immédiateté.

Cordelia est une Amberlinienne originaire du mauvais côté de la ville avec une forte volonté de survivre. Alors que l’invasion des Ospies et leur progression constante vers le pouvoir étouffent la vie de la ville et du théâtre que Cordelia aime, elle se retrouve constamment entraînée dans le dangereux affrontement des désirs et des modes de vie contradictoires de Cyril et Aristide. La progression de Cordelia de sauver sa propre peau à vouloir sauver la ville est un arc amusant. Alors que l’accent est mis sur Cyril et Aristide, l’éducation de basse classe de Cordelia est un joli contrepoint et en fait un personnage mémorable.

Chacun des personnages est un protagoniste résolument moderne dans le sens où ils sont complexes et moralement compliqués. Ce sont tous des artistes, et les lecteurs ne peuvent s’empêcher d’aimer, voire d’admirer, leur enthousiasme et leur courage alors qu’ils prennent des décisions de plus en plus inquiétantes pour échapper à un régime répressif qui abhorre les vies qu’ils ont laborieusement créées. L’exploration par Donnelly des motivations complexes de ces personnages est crédible même si elle est déchirante.

Lire aussi :  Critique : We Are Legion (We Are Bob)

Malgré le caractère inévitable de la tragédie, Donnelly garde les lecteurs intéressés par le « comment » et le « pourquoi » de son récit. Cependant, chaque fois qu’un romancier décrit un changement radical au niveau national, il peut être facile de se perdre un peu dans les détails. Même s’il y a eu une perte d’élan au milieu du roman, je l’ai moins remarquée que j’aurais pu car j’appréciais toujours les personnages et l’écriture. De plus, les chapitres de Donnelly sont courts et nets, ce qui permet au récit d’avancer à un bon rythme afin que même les morceaux les plus lents ne traînent pas autant qu’ils le pourraient. Le seul inconvénient de ce rythme est qu’il pousse parfois les chapitres vers quelque chose qui ressemble plus à des puces, qui, même lorsqu’elles sont magnifiquement agencées, semblent un peu répétitives. Cependant, Donnelly reprend bientôt les ficelles et resserre l’étau autour d’Amberlough et de ses personnages, et la fin est à la fois satisfaisante et triste.

Alors qu’AMBERLOUGH couvre un ensemble discret d’événements, cela vous laisse avec beaucoup de fils lâches à poursuivre dans le prochain livre. Les débuts de Donnelly sont un soulagement bienvenu des tropes fantastiques typiques. Au lieu de sorciers et de dragons, il y a beaucoup d’espions, de contrebandiers et d’artistes qui mentent, trichent et extorquent, d’abord pour leur fortune, puis pour leur vie. Au milieu d’un cabaret à bout de souffle, vous ne manquerez pas les sabres et la sorcellerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *