arche de rédemption

Critique : L’arche de la rédemption


Amazone

Pendant un certain temps, je me suis demandé à quoi ressemblerait un deuxième roman d’Alastair Reynolds. Il semble que je sois fan de ses trucs depuis presque toujours. Revenant à cet auteur et lisant d’abord Revelation Space (son premier long métrage), puis celui-ci, cela a été un effort qui en a valu la peine. Puis, alors que je prépare cette critique, je découvre que ce livre est, en fait, Non son deuxième roman, mais le troisième roman qu’il a publié. Colorie-moi surpris. J’ai supposé qu’avec un premier roman publié en 2000 et le deuxième de la série pesant plus de 550 pages et publié en 2002, c’était évidemment son deuxième roman. Voilà pour les hypothèses. Pourtant, c’est le deuxième livre de la séquence principale traitant des inhibiteurs, et c’est le livre que j’ai choisi cette fois. Vous devrez revenir en arrière et lire Chasm City (un autre grand livre qui a été publié en 2001 et qui se déroule dans l’univers de Revelation Space) quelque temps plus tard. Jusque là.

REDEMPTION ARK (Amazon) est une continuation directe de l’histoire racontée dans Revelation Space, traitant principalement de la découverte d’une ancienne espèce d’intelligence artificielle qui a longtemps eu pour objectif d’empêcher les autres êtres de progresser trop loin sur la voie du progrès. Ils y sont parvenus en observant un niveau particulier de progrès technologique, puis en activant et en anéantissant la source de vie offensante. J’étais absolument ravie de la qualité du premier roman de cette série et j’avais hâte d’entrer dans celui-ci.

Relativement, il y a pas mal de personnages qui ont du temps POV dans ce livre. Cependant, la grande majorité de l’histoire est racontée à travers les yeux de trois personnages principaux :

Antoinette Bax est une fille simple vivant une vie simple à Yellowstone lorsque son père meurt. Son seul souhait avant sa mort était d’être enterré dans l’énorme puits de gravité d’une géante gazeuse nommée Tangerine Dream. Elle tente de le faire, mais échoue, car son vaisseau spatial n’est pas à la hauteur de la tâche qui lui a été confiée de voler dans l’atmosphère de la planète. Ceci est compliqué par le fait que la géante gazeuse est située dans une région de l’espace interdite par une guerre entre les Conjoineurs et les Demarchistes. Par pure chance, un navire Conjoineur se trouve à proximité, et le propriétaire du navire, Nevil Clavain, la sort d’un certain destin et la libère étonnamment. Cependant, ce n’est pas la dernière fois qu’il rencontre ce combo particulier.

Lire aussi :  Review: C'est ainsi que vous perdez la guerre du temps

Nevil Clavin est un combinateur à la recherche de réponses. La fondatrice du combiné, Galiana, disparue il y a plus de dix ans, veut savoir ce qui lui est arrivé. De plus, un autre des Conjoineurs, Felka, pourrait être sa fille, et il a cherché des indices pour savoir si cela pourrait être vrai ou non. Plusieurs autres conjoindres convainquent Clavain de rejoindre la haute direction de son peuple avec la promesse de vérités cachées. Lorsqu’il accepte, il est informé de la découverte des inhibiteurs et invité à rejoindre une mission pour récupérer un ensemble d’armes apocalyptiques (les Armes Cache du premier livre de la série) que les Conjoineurs ont perdu il y a quelque temps mais récemment ils remarqué à nouveau. Leur espoir est de pouvoir utiliser ces armes comme protection contre les inhibiteurs alors que les Conjoineurs tentent de fuir hors de portée de l’IA. Cependant, s’enfuir et laisser l’humanité périr ne convient pas à Clavain, ce qui l’incite à prendre plusieurs décisions qui le font rencontrer Antoinette Bax et plusieurs autres personnages moins savoureux en cours de route.

Épine est un rebelle sur la planète Resurgam. Au début de l’histoire (qui se déroule quelque 50 ans après les événements qui viennent d’être évoqués), il rencontre deux personnages qui nous sont enfin familiers : le triumvir Ilia Volyova et Anna Khouri. Il a essayé de soulever les gens en rébellion contre le gouvernement et de les faire quitter la planète. Après des événements très impardonnables commencent à se produire impliquant la planète inconnue à la fin du premier livre de la série. Volyova et Khouri demandent l’aide de Thorn pour faire exactement ce qu’il veut faire, mais à une échelle beaucoup plus grande, car ils sont conscients de la menace imminente des inhibiteurs.

Lire aussi :  Critique : Faux

Au fur et à mesure que la réponse de l’inhibiteur apparaît en ligne, plusieurs sources en prennent note et élaborent leur réponse. Une histoire impressionnante, bien dessinée et, finalement, émouvante.

Je veux dire s’il vous plait. Je n’ai même pas touché à la grande majorité des choses qui se passent dans ce livre. Il est absolument époustouflant de voir à quel point ces livres sont détaillés et compliqués. Il se passe tellement de choses, et pourtant l’auteur a une façon de rendre tout cela très clair en tissant l’histoire des personnages individuels à travers le labyrinthe. La vie est compliquée, non ? Eh bien, les livres bien conçus le sont aussi.

Comme d’habitude, ces personnages sont géniaux. Cependant, il y a un personnage que je n’ai pas compris : Thorn. Il a été trouvé très raide et plat. Une grande partie de l’histoire impliquant Resurgam a été racontée de son point de vue, et je pense que l’histoire en a un peu souffert. En général, les histoires racontées par Antoinette et Clavain étaient brillantes. Il y a plusieurs autres personnages dont nous obtenons également du temps, et chacun d’eux a été bien géré. Il y a longtemps Skade, un autre Conjoineur, qui mène la mission de récupérer les armes. Nous avons aussi du temps Felka. Malgré tous ces personnages disparates, je ne pense pas que l’histoire en ait souffert. Il y a une histoire cohérente racontée dans ces deux parties distinctes de la galaxie, et bien que je pense qu’elle aurait pu bénéficier d’un peu plus de concentration et d’un récit sous moins de perspectives, c’était quand même une belle histoire.

Lire aussi :  Critique : Magie pour les menteurs

C’est aussi une histoire de science-fiction absolument dure. Il y a eu quelques fois où mes yeux ont commencé à devenir un peu vitreux, les grandes étendues de science étant couvertes. Et pourtant, en fin de compte, c’était intéressant et engageant dans la façon dont les différents personnages pouvaient interagir avec tout. C’est aussi une très grande histoire. Lorsque les échelles de temps couvrent des décennies de voyage, vous ne pouvez pas vous empêcher de commencer à sentir à quel point l’univers est vraiment grand, et c’est très amusant à vivre.

C’est un autre excellent exemple de la raison pour laquelle Alastair Reynolds est l’un de mes auteurs préférés. Cela n’oublie pas que les histoires doivent être racontées à travers les yeux des personnages, et ce sont ces personnages qui sont l’aspect le plus important de l’histoire. Ce sont vos expériences, votre histoire et, finalement, vos choix qui façonneront tout ce qui se passera en cours de route.

Ne manquez pas cette série. Oui, il existe depuis un moment maintenant. Cependant, c’est toujours et continuera d’être une grande œuvre d’excellente science-fiction qui devrait être célébrée comme telle.

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: rarement fort. Plus dans la seconde moitié de l’histoire.
  • La violence: Il est fait référence à la torture et à une menace imminente de violence contre une planète.
  • Sexe: Diverses références courtes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *