coeur de pierre noire

Critique : Cœur de pierre noire


Amazone

Je ne vais généralement pas me promener dans la foule d’histoires auto-publiées, mais j’étais vaguement attentif sur Twitter il y a quelque temps et j’ai fini par demander un eArc sans savoir qui faisait la demande. Cette histoire n’est pas celle-ci (vous devez attendre jusqu’à vendredi pour celle-là), mais après avoir fait cette première demande et prêté attention à ce que faisait cet auteur, j’ai fini par faire quelques autres demandes d’auteurs auto-publiés qui étaient dans leur cercle, et celui-ci en fait partie.

Sans être trop précis, je peux certainement dire que j’ai été agréablement surpris par les deux que j’ai lus jusqu’à présent. Considérez-moi comme chanceux, mais je suis plus susceptible de blâmer les rumeurs sur l’instance de Mark Lawrence Blog-Off de cette année pour m’avoir orienté dans la bonne direction. Parce que sinon je n’aurais probablement jamais rencontré cet auteur ou son livre de si tôt. Et puis-je féliciter l’artiste pour la couverture ? C’était totalement l’une des choses qui m’ont fait franchir le pas et lire ceci. Jetez un coup d’oeil.

BLACK STONE HEART (Amazon) est le premier d’une nouvelle série de l’auteur auto-publié Michael R. Fletcher. C’est une histoire qui prend pour récit le parcours d’un homme qui renaît du moindre fragment de son âme. Khraen est son nom, et il ne sait pas grand-chose d’autre. Il y a la vie et il y a la mort et si vous ne voulez pas mourir, alors vous devez tuer. Les animaux viennent en premier, ceux qui viennent à lui de toute façon. Bientôt, il a la force de bouger et il ne tarde pas à trouver un homme, vivant une vie maigre dans une pauvre cabane, et pour continuer à survivre, il doit tuer cet homme. Il prend sa maison et sa vie et apporte la subsistance à ce corps qu’il contrôle. Au bout d’un moment, elle rencontre un garçon, et il y a quelque chose à l’intérieur de ce garçon qu’elle doit avoir. Alors il tue le garçon et creuse dans la poitrine du garçon et trouve la première partie de ce qui était. Il est contenu dans un petit éclat de pierre noire qui sait immédiatement où aller. Il fait son chemin dans la poitrine de Khraen et retourne à sa demeure, comme une partie du cœur qu’il avait l’habitude d’avoir, apportant avec lui des souvenirs et une compréhension et la prise de conscience qu’il y a plus qu’il doit trouver. Alors il quitte cette petite cabane, il quitte la vie qu’il connaît et cherche à retrouver ce qui était autrefois.

Lire aussi :  Critique : Impératrice de tous les temps

Cette histoire a très bien commencé. Le point de vue à la première personne le rend immédiatement centré sur le personnage, et la voix du personnage principal est à la fois curieuse, impitoyable et motivée. Khraen est prêt et en mouvement depuis le début et je ne peux pas m’empêcher d’aimer voir cela dans une histoire. Son histoire, aussi simple soit-elle, m’a tout de suite saisi, comme un personnage qui a tant été autrefois et qui cherche maintenant à se retrouver. Je ne dirais pas que la prose de Fletcher est belle ou fleurie, mais elle est plutôt bien construite. Mince et au point. Parfois, cela joue en faveur du récit. Dans d’autres, il en est quelque peu gêné.

Fletcher mentionne sur son site Web qu’il est entré dans cette série avec la décision de ne pas la planifier. Il sait où va l’histoire, mais pas comment elle y arrivera. Ce sens de l’aventure et de l’errance est assez évident au fur et à mesure que l’histoire progresse. Le lecteur apprend comme le personnage apprend. Il y a des personnages secondaires assez bien représentés qui jouent un rôle dans l’histoire de Khraen, et le monde autour de lui, bien que clairsemé, était suffisant pour me garder accroché. Le ton de l’histoire a également toujours tendance à rester assez conversationnel. Cela permet à l’auteur d’aborder bon nombre des grands thèmes qu’il essaie d’explorer dans ce roman. Le plus grand d’entre eux est « Qu’est-ce que le mal? » Cette question revenait souvent, et même si je ne suis normalement pas fan des histoires qui tentent délibérément de le faire (et finissent par trop se pencher sur le domaine littéraire pour moi), j’ai constaté que le questionnement constant ne fait pas vraiment me dérange autant à cause de la cohérence avec laquelle l’auteur reste avec le personnage principal et de sa volonté de le terminer.

Lire aussi :  Critique : Les Dragons du Dernier Tsar

BLACK STONE HEART est une histoire axée sur les personnages d’un homme qui était absolument le méchant dans l’histoire de quelqu’un d’autre. Intéressant, amusant et mérite d’être lu.

Je ne savais pas exactement comment classer celui-ci. Dark Fantasy bien sûr, mais il n’était pas sûr qu’il serait classé comme GrimDark. Le monde, bien qu’assez bien construit autour du personnage et de son arc, n’avait pas vraiment l’impression qu’il était contenu dans une histoire de GrimDark pour moi. La construction du monde était probablement l’un des aspects les plus faibles de l’histoire. Bien qu’il y en ait assez à portée de main, le sentiment de « plénitude » que vous obtenez dans une histoire avec un monde pleinement étoffé et suffisamment construit n’était pas là. Maintenant, les personnages eux-mêmes vivraient probablement dans un monde GrimDark. Le personnage principal est vraiment celui qui jouerait l’antagoniste dans l’arc narratif d’un autre personnage. J’ai quelques inquiétudes quant à la poursuite de l’histoire de Khraen et au maintien d’une empathie suffisante avec le lecteur. Il cherche à être le méchant, et je me demande combien de temps l’auteur pourra divertir ses lecteurs avec un tel point de vue.

La plus grande déception pour moi a probablement été le manque de concentration sur une fin particulière. Ce fait peut être dû à la nature inhérente des aspects « errants » du roman, et exactement à ce que l’auteur a cherché à offrir à ses lecteurs. Cela n’a vraiment pas fonctionné pour moi. Alors que la fin du livre approchait, je n’ai jamais vraiment ressenti la tension croissante d’une fin inévitable, et puis quand j’ai enfin lu les dernières lignes, tout en appréciant la torsion qui affectera inévitablement la direction des futures suites, je n’ai vraiment pas . Je n’ai pas l’impression d’avoir mis un plafond sur tout ce qui s’était passé auparavant, et donc ce n’était pas entièrement satisfaisant de la façon dont je m’attendais à ce que la fin du livre soit.

Lire aussi :  Critique : La colère de Tiamat

Pourtant, c’était une histoire qui a attiré mon attention et l’a retenue pour la grande majorité de la lecture. Si je devais comparer ce roman auto-publié à tous ceux que j’ai lu dans le cadre de SPFBO au cours des dernières années, je serais certainement près du sommet. C’est dans le top ten de chaque année que nous participons à coup sûr.

Certainement un auteur à surveiller, et peut-être que si quelque chose que j’ai dit ci-dessus vous encourage à franchir le pas comme je l’ai fait, prenez cette histoire et lisez-la par vous-même.

  • Âge recommandé : 18+ pour le forfait
  • Langage: fort mais rare
  • La violence: Beaucoup de sang, de gore et de violence viscérale et intime.
  • Sexe: Plus qu’une poignée de scènes et de nombreuses références ouvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *