sorcière du vent

Critique : La sorcière du vent


Amazone

Cela fait un moment que je n’ai pas lu le premier livre de The Witchlands, TRUTHWITCH, donc j’étais un peu perdu quand j’ai commencé WINDWITCH; Heureusement, j’ai déjà le tome trois, BLOOWITCH, prêt à être lu bientôt, donc je ne souffrirai pas autant. C’est peut-être le type de série qui serait le plus facile à lire en succession rapide pour ne pas se perdre. Il se passe tellement de choses dans la série que si vous passez du temps entre les livres, un rafraîchissement de l’histoire serait nécessaire, car Dennard reprend l’histoire là où il s’était arrêté, sans trop de rappel.

WINDWITCH améliore facilement TRUTHWITCH, même si nos héroïnes se sont séparées à la fin de TRUTHWITCH. Dennard s’appuie sur tout ce qui a précédé, dans la caractérisation, dans l’histoire, dans la magie, dans le monde, tout cela pour créer un monde avec plus de profondeur, que j’aime voir dans une série YA.

WINDWITCH reprend là où nous nous étions arrêtés : Safi est avec l’impératrice Vaness, évitant son destin d’épouse d’un roi puissant. Merik fait face aux retombées de la fin du premier livre et aux ennemis qui veulent sa mort. La séparation d’Iseult d’avec Safi la laisse désespérée de retrouver son amie. Et Aeduan doit terminer les tâches qui lui ont été assignées, mais qui ont été contrecarrées jusqu’à présent. Nous passons également du temps avec la sœur de Merik, Vivia, qui se bat pour garder la ville unie malgré la guerre et la famine. Je me suis plaint de la caractérisation plate du premier livre, mais ici, Dennard prend la base qu’il a posée dans TRUTHWITCH et la développe d’une manière qui nous aide à comprendre ses objectifs de narration antérieurs, et utilise cette base pour nous montrer comment ces personnages peuvent influencer dans le monde qui les entoure de manière inattendue. Leurs arcs de personnages sont satisfaisants et révélateurs car ils sont testés au milieu de la guerre, des intrigues politiques et des démons personnels. Nos amis découvrent des trahisons, des ennemis partant en guerre et des alliés dans des endroits inattendus. C’était très gratifiant de voir comment les événements se sont déroulés.

Lire aussi :  Critique : Les Vengeurs de la Lune

Bien que le rythme initial du livre ne soit pas sans rappeler TRUTHWITCH, cette fois puisque nous connaissons déjà les personnages et avons la suite de l’histoire, la tension accrue propulsera les lecteurs vers l’avant et l’empêchera de se sentir léthargique. Ce rythme et cette progression constants de l’histoire se poursuivent jusqu’au dernier quart du roman, c’est-à-dire lorsque les dominos commencent à tomber sérieusement, et on a l’impression que les révélations commencent à nous frapper, les personnages réalisent des choses importantes et les événements exposent les conséquences. qui mènent à de nouveaux chemins. Cependant, l’histoire de Merik en particulier s’est sentie forcée et j’ai eu du mal à abandonner certains des événements et actions que lui et sa sœur font; ils se sentaient trop à l’aise, même s’ils travaillaient pour l’histoire.

The Witchlands continue avec WINDWITCH, une histoire passionnante avec des personnages fascinants et une magie incroyable. Parfait pour votre adolescent imaginatif.

C’est là que la construction du monde et la magie commencent vraiment à briller. Nous voyons davantage la ville et le monde dans son ensemble alors que Safi et Iseult se rendent dans des endroits dangereux au milieu du conflit. Il y a plus sur les pays et leurs politiques qui ne sont pas encore clairs, mais jusqu’à présent, ils n’étaient pas trop cruciaux pour l’histoire, à part montrer le conflit et la raison d’une guerre à venir. Nous voyons la magie d’Aeduan en action (toujours fascinante, ça m’intéresse d’en savoir plus) et Iseult découvre la véritable étendue de ses capacités. La capacité magique de Safi à sentir la vérité a des conséquences, et le tempérament de Merik continue de prendre le dessus sur lui… mais cela lui donne aussi de la force. Nous n’en apprenons pas plus sur la prophétie impliquant Safi et Iseult, alors j’espère que nous aurons des éclaircissements dans BLOOWITCH. Il y a tellement plus à explorer dans ce monde, et il semble que Dennard le gère mieux et l’écrive beaucoup plus efficacement dans l’histoire.

Lire aussi :  Critique : Un fléau de géants

Afin d’éviter les spoilers, je vais laisser mes commentaires sans précision, car c’est le déroulement des événements et la façon dont les personnages changent qui entraîneront les lecteurs dans l’histoire et trouveront donc la fin satisfaisante… mais aussi frustrante, puisque nous est resté jusqu’à la fin. prochain épisode pour trouver une véritable conclusion à l’histoire (même si je me demande si ce ne sera pas le dernier livre). En espérant que la promesse de plus de bonnes choses dans BLOOWITCH soit tenue.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Un tas
  • La violence: Une bonne quantité de morts, de sang et d’abus.
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *