Les 7 1/2 décès d'Evelyn Hardcastle

Critique : Les sept morts et demi d’Evelyn Hardcastle


Amazone

Librairie

Dès le premier chapitre, vous vous rendez compte que toute idée que vous pourriez avoir sur le fait qu’il s’agit d’une histoire mystérieuse standard sera renversée. Notre personnage principal se réveille au milieu de la forêt avec l’amnésie et pense qu’il entend un meurtre être commis. Dès lors, on est plongé dans une histoire qui se déroule pièce par pièce du point de vue de sept personnages, qui ne sont en réalité qu’un seul personnage. Son nom est Aiden Bishop et il se réveille chaque matin dans les corps de sept invités différents au Blackheath Manor, et a un jour pour résoudre le mystère de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Tandis que Stuart Turton nous guide à travers l’histoire, morceau par morceau, nous avançons dans le roman avec une seule question en tête : que se passe-t-il vraiment ici ? Pourquoi Aiden revit-il la vie de ces sept invités ? Pourquoi doit-il résoudre le mystère ? Donc, en fait, il y a deux mystères qui se déroulent en même temps que nous, en tant que lecteurs, devons élucider. Heureusement, Turton le fait de manière engageante.

En surface, ce mystère de meurtre est destiné à résoudre la mort d’Evelyn Hardcastle, et puisque nous commençons l’histoire sept fois le matin pour sept personnages, nous pouvons la voir en vie pendant la majeure partie de la journée et être témoins de ses choix et de ses comportements. Evelyn est un personnage complexe qu’il nous faut tout le livre pour apprendre à connaître. Et l’histoire ne concerne pas seulement sa mort, elle a beaucoup à voir avec sa relation avec sa famille, sa relation avec les invités du manoir et tous les événements qui ont conduit à sa mort.

Lire aussi :  Critique : Kitty's Mix Tape

Mais ce n’est pas seulement un mystère de meurtre, c’est une histoire de voyage dans le temps et d’échange de corps avec non seulement le point de vue d’Aiden, mais aussi la façon dont les corps des personnes qu’il possède influencent son esprit. Par exemple, la première personne qu’il possède est un Dr Sebastian Bell qui a une éthique médicale douteuse et qui est un peu lâche. Comparez cela à l’obèse Lord Ravencourt, marié à Evelyn, dont le corps le trahit, mais dont l’esprit est rapide et facile. Un par un, Aiden utilise ces capacités particulières de chacun de ces personnages alors qu’il lutte pour résoudre le meurtre d’Evelyn. Le gros problème est qu’il ne vit pas les changements corporels un par un, maintenant il les vit dans l’ordre qui résout le mieux le mystère. Il faut vraiment vivre l’histoire pour comprendre ce que je veux dire.

Le décor est ce que je considère comme une collection de personnages à la Agatha Christie avec des motivations compliquées. Blackheath Manor est une maison délabrée dans une Angleterre sombre, entourée de bois et entourée d’une histoire tragique. Il est facile d’imaginer ces personnages se déplaçant dans la maison, à travers les bois et tout au long de la journée.

Alors que l’histoire progresse régulièrement, il y a des endroits qui bougent plus lentement que d’autres, donc elle est parfois à la traîne. Au début, la variété des personnages est un peu écrasante et il peut être difficile de les suivre, mais cela devient plus facile avec le temps. En lisant, j’avais beaucoup de questions et c’était un peu frustrant de ne pas avoir de réponses tout de suite. Mais ils l’étaient, avec le temps. Malgré les parties plus lentes, c’est la complexité de l’histoire qui m’a tenu en haleine, ainsi que le développement du personnage d’Aiden. Le livre est-il trop compliqué ? Peut-être un peu. Mais je m’en fous quand les histoires sont exagérées.

Lire aussi :  Critique : Écrivains du futur, tome 34

Ce mélange de mystère de meurtre / temps / voyage / échange de corps est parfois trop compliqué, mais il est engageant et divertissant et vaut la peine d’être lu.

Mais, demandez-vous, pourquoi ce livre fait-il l’objet d’une critique sur un site Web de science-fiction/fantastique ? Je te promets qu’il y a une bonne raison, mais je ne veux pas te la gâcher. Cela fait plusieurs mois que j’ai terminé ce livre et je pense encore aux thèmes de la rédemption, du destin contre le libre arbitre et de l’injustice.

Même si les livres de mystère standard ne sont pas pour vous, vous pouvez essayer celui-ci. Juste pour le fun.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Quelques
  • Violence: Beaucoup de morts, des descriptions de morts et du sang.
  • Sexe: référencé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *