âge des cendres

Critique : Age of Ash


Amazone

Librairie

Je suis un fan inconditionnel du travail de Daniel Abraham. C’est l’un de ceux où j’achète littéralement tout ce qui me tombe sous la main. Il a une façon de raconter des histoires qui me touche. Que ce soit à travers la fantasy épique, la fantasy urbaine, la science-fiction ou quoi que ce soit entre les deux, on a toujours l’impression que l’homme ne peut pas faire de mal.

Il a déjà dit qu’à chaque projet, il partait avec un certain objectif en tête, et je ne peux pas dire que ces objectifs aient jamais semblé être au premier plan de sa prose, pour moi. Je pense que c’est l’un des grands aspects de son travail. Je peux les lire et apprécier l’histoire et les personnages sans avoir à comprendre le but de l’auteur. S’il a un but, tant mieux. Je n’ai pas nécessairement besoin de savoir ce que c’est.

Cette fois, cependant, la lecture m’a amené à me demander pour la première fois quelle aurait pu être sa motivation à s’asseoir pour écrire ce nouveau roman fantastique. Parce que quoi que ce soit, je ne comprends pas.

AGE OF ASH est le premier livre d’une trilogie sur la ville de Kithamar et ses habitants. L’histoire commence par tisser le mystère subtil entourant la mort de l’un de ses dirigeants et une partie de l’histoire de cette ville antique, avant de se concentrer sur l’un de ses différents occupants. Chacun des livres de cette série, nous a-t-on dit, couvrira essentiellement la même période et sera simplement raconté du point de vue de différents ensembles de personnages.

Alys est le premier des deux personnages de point de vue à partir desquels cette histoire est racontée. Elle est jeune et, dans une certaine mesure, insouciante, dans sa navigation à travers la ville. Elle erre dans ses rues avec un groupe d’associés (amis ?), squatters voleurs de son argent durement gagné. Chaque membre du groupe a un travail, et ils exécutent ces travaux avec une telle régularité qu’ils sont devenus routiniers. Chacun sait comment chaque événement va se dérouler et comment sa cible va réagir. Ce sont des professionnels, à leur jeune manière, qui pensent que rien ne pourra jamais les arrêter. Jusqu’à ce que quelque chose se passe, un travail tourne mal et le frère aîné d’Alys, une personne à qui elle pense beaucoup, vient en courant à son aide et est tué pour ses efforts. Face à la douleur de sa perte, elle trouve finalement son chemin dans les restes de la vie de son frère et des personnes avec qui il a passé son temps, et se retrouve rapidement entraînée dans un jeu beaucoup plus grand et beaucoup plus dangereux que ce à quoi je m’attendais. .

Lire aussi :  Critique : Shadowblade

Quelque part en cours de route, un deuxième personnage de PoV entre en jeu : Sammish, un ami d’Alys. Il y a un certain sens d’une relation plus profonde entre les deux, mais elle n’est que peu explorée. Nous voyons Alys à travers les yeux de Sammish, découvrant la vie de Sammish dans la ville et comment les interactions d’Alys avec les « amis » de son frère font partie de quelque chose de plus grand. Au fil du temps, elle se retrouve entraînée dans le même vortex qu’Alys, et la façon dont elles travaillent ensemble déterminera finalement leur destin.

Si vous pensez qu’il y a un manque décidé de choses ouvertement fantastiques présentées dans mon tour d’horizon ci-dessus, vous retiendrez certainement ce que j’écris. J’ai mis longtemps à accepter ce fait. L’histoire elle-même est incroyablement lente à révéler tout ce qui semble avoir de la substance. Au lieu de cela, il est intimement impliqué dans l’histoire entourant ces deux filles et leur vie dans la ville. En fait, il m’a fallu la moitié du livre avant d’avoir la moindre idée de ce qui se passait à grande échelle.

Sur le plan positif, le livre est magnifiquement écrit. Descriptif et fluide. Il présente avec des nuances subtiles l’introduction de cette plus grande histoire dans la vie de ces filles. Bien écrit pour être sûr. Concentré sur le personnage, oui. Tout ce que l’on pourrait demander dans une belle histoire, n’est-ce pas ?

AGE OF ASH raconte une histoire qui semble être adjacente à ce qui se passe réellement, et à cause de cela, elle semble tomber un peu à plat.

Lire aussi :  Classique élitiste : La dernière licorne

Hmm. Peut être que non.

Au départ, il semblait que l’auteur avait adopté une approche similaire à Abercrombie, pensant que vous pouvez avoir un groupe de personnages assis autour d’un feu sans rien faire et que ça va être fascinant, mais ce n’est pas exactement ça. Ces personnages sont tout sauf les exemples sédentaires qu’Abercrombie a écrits récemment. En arrivant à la fin du livre, j’ai finalement réalisé quelques choses et j’ai pu comprendre pourquoi je n’ai pas trouvé cette histoire particulièrement captivante. En résumé, les deux personnages principaux de cette histoire sont des personnages secondaires et tertiaires par rapport aux événements importants qui se produisent dans la ville. Beaucoup plus tard dans le livre, l’un des principaux personnages intéressants pour les événements majeurs de l’histoire plus large entre en ville, et il est immédiatement évident que c’est l’histoire dans laquelle nous devrions être impliqués.

Mais nous ne le sommes pas. Et c’est un peu frustrant.

Pour référence, pensez au premier film Retour vers le futur. L’histoire principale qui y est racontée concerne Marty et Doc Brown, mais surtout Marty. La romanisation de cette histoire serait sans doute racontée de leur point de vue, tout comme le film. Pensez maintenant à une histoire qui entourait la petite amie de Marty et l’un de ses autres amis rencontrant Doc Brown à un moment donné, mais elle ne comprenait que très peu de substance du point de vue de Marty ou explicitement de Doc Brown.

C’est ainsi que ce livre est. C’est raconter une histoire qui est adjacente à l’importante. Cuando los detalles de esta historia se incluyen en la historia más grande, muchos de estos eventos se vuelven importantes a su manera, pero individualmente, no solo parecen algo mundanos y sin importancia, sino que también quedan completamente eclipsados ​​​​por los detalles Histoire. histoire centrale quand elle entre enfin en jeu. De plus, lorsque l’histoire de ces filles se termine, cela a très peu à voir avec la plus grande histoire dans son ensemble. Ainsi, bien qu’il ait un certain succès dans sa tentative de remplir l’histoire des filles, il s’est senti insatisfaisant parce que l’histoire principale est largement ignorée, les filles ayant très peu à voir avec cela en premier lieu.

Lire aussi :  Critique : Le livre des choses perdues

Maintenant, tout cela étant dit, je suis toujours incroyablement intéressé par ce que le prochain livre de la série apportera à la table. Si le premier livre a supprimé ces personnages mineurs, le prochain livre devrait avoir des personnages plus grands jouant des rôles plus centraux dans l’histoire importante qui se déroule dans la ville, et donc être beaucoup plus intéressant et engageant. Parce que cette critique est tardive, je sais d’après le résumé du livre à venir qu’elle est, en fait, racontée du point de vue de l’un des personnages « mineurs » de ce roman. Un homme qui est plus proche des protagonistes, mais pas encore de ceux qui sont dans son cœur. Avec cette étape à l’esprit, je suppose que le troisième et dernier livre de la série concernera le dirigeant actuel de la ville de Kithamar et le personnage qui apparaît à la fin de ce livre et semble être la principale préoccupation.

Une fois toute la trilogie racontée, toute la tapisserie sera révélée, et à partir de là, nous pourrons décider à quel point nous avons vraiment aimé toute l’histoire, et si tout ce voyage en valait la peine. Et je ne peux pas m’empêcher de penser qu’à ce moment-là, ça l’aura été.

Mais qu’en est-il de cette jambe? Hé…?

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Puissant, assez régulier et consistant.
  • Violence: ça ne devient pas trop sanglant
  • Sexe: Menace de viol, quelque chose de légèrement sensuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *