Sans étoiles

Commentaire : Pas d’étoiles


Amazone

À peu près à mi-chemin de STARLESS (Amazon), le dernier roman de Jacqueline Carey, le récit prend une tournure distincte vers le mythe et la fable. Le passage du spécifique au générique perd une grande partie de ce qui était intéressant dans la première moitié du livre au profit d’un conte presque enfantin d’émerveillement et d’aventure, laissant le lecteur avec un roman qui se sent moins que satisfaisant malgré de nombreux éléments intéressants.

STARLESS se déroule, peut-être sans surprise, dans un monde où toutes les étoiles sont tombées sur terre. Chacun de ces « fils du ciel » déchus règne désormais en tant que dieu ou déesse dans le royaume où il est tombé. Né au moment exact d’une éclipse, Khai est choisi par la Confrérie de Parkhun pour être élevé comme «l’ombre» de la princesse Zariya, également née sous ce même événement céleste. Zariya fait partie de la Maison des sans âge, la famille royale qui reçoit chaque année une graine spéciale qui prévient le vieillissement et les maintient en vie pendant des centaines d’années.

Le monde protégé de Khai change le jour où un criminel arrive pour défier la confrérie pour sa vie, cherchant à se libérer de ses méfaits passés. Il réussit le défi et le frère Yarit, comme on appelle l’ancien maître voleur grossier, commence à enseigner à Khai « l’honneur au-delà de l’honneur », lui donnant un ensemble de compétences d’une légalité douteuse mais d’une utilité ultime.

La formation de Khai ainsi que plusieurs révélations majeures occupent la majeure partie de la première moitié du livre (révélations qui ne seront pas mentionnées dans cette revue car elles franchissent la ligne de l’informatif au spoiler). À ce stade, le récit passe du désert à la ville, où Khai accepte son rôle de princesse de l’ombre Zariya. Cependant, tout ne va pas pour le mieux dans la capitale de Merabhat, et Khai et Zariya semblent sur le point d’être pris dans un tourbillon d’intrigues et de politique. Au lieu de cela, le récit (qui nous a supplié de réaliser à quel point il façonne leur destin avec soin) les entraîne dans une aventure épique.

Lire aussi :  Critique : Demoiselle

Le destin, semble-t-il, a choisi Khai et Zariya pour faire partie d’un groupe d’aventuriers qui doit sauver le monde de Miasmus, un fils du ciel qui a été jeté par erreur et cherche maintenant à détruire tous les êtres vivants. Cette quête occupe la seconde moitié du roman, qui se lit comme un récit de voyage alors que Khai et Zariya visitent des lieux exotiques pour collecter toutes les pièces manquantes de la prophétie qui leur dira comment vaincre Miasmus. En chemin, ils rencontrent des amis anciens et nouveaux, jusqu’à ce que, cher lecteur, ils vainquent le dieu maléfique grâce au pouvoir de l’amitié. et le travail d’équipe. Et l’amour.

Non pas que chaque roman doive être un conte sombre et sanglant d’âmes torturées, mais même en considérant à quel point j’aime l’amour, j’ai trouvé que la fin était… trop.

Avec ce résumé, qu’est-ce qui fonctionne et qu’est-ce qui ne fonctionne pas pour Carey ?

Carey est un écrivain solide qui a laissé les parties les plus nettes et les plus intéressantes de STARLESS être submergées au profit d’un grand récit.

La première moitié de STARLESS est convaincante et la gestion du récit par Carey est solide et prudente. J’ai aimé rencontrer Khai et rencontrer les dieux. J’ai aimé en apprendre davantage sur les tribus du désert et j’ai particulièrement apprécié le voyage des frères Yarit et Khai en tant que mentors et apprentis réticents. Il y a aussi, comme mentionné ci-dessus, quelques révélations intéressantes dans la première moitié (en quelque sorte), permettant à Carey d’explorer le genre, l’identité et le handicap d’une manière qui, si elles manquent de profondeur satisfaisante, sont intéressantes à contempler et donnant à Khai et Zariya le besoin de couches de complexité et de vulnérabilité.

Lire aussi :  Critique : Chaque chose morte

L’une des raisons pour lesquelles la seconde moitié du roman est plus faible que la première était la perte de la voix narrative. Parce que Carey a choisi un point de vue unique pour son récit, Khai est la seule fenêtre du lecteur sur chaque nouvelle île et chaque obstacle que lui et Zariya rencontrent. Alors que j’ai apprécié la voix de Khai lors de la section de montage d’entraînement dans le désert (et je ne fais généralement pas de montages d’entraînement), ici, sa voix est perdue dans l’aventure. Le récit se sent de plus en plus détaché de l’individualité de l’expérience de Khai, ce qui le rend plus générique et moins engageant.

L’autre raison pour laquelle j’ai trouvé la seconde moitié du récit moins convaincante que la première était que le poids de la prophétie prend le dessus jusqu’à ce que le récit ressemble à un tic-tac d’horlogerie. Le destin de Khai devient inéluctable, ses motivations deviennent de moins en moins réelles et de moins en moins nécessaires. La force même de la prophétie supprime efficacement toute croyance en un choix motivé par le caractère, ce qui fait que les enjeux et donc l’intérêt du lecteur, ou du moins le mien, diminuent en conséquence.

Je suis venu à STARLESS en tant que nouveau lecteur, sans notions préconçues de Carey en tant qu’écrivain. Je suis partie avec le sentiment qu’elle est une écrivaine solide qui laisse les parties les plus nettes et les plus intéressantes de son histoire être submergées au profit d’un grand récit. Ce n’est pas un mauvais livre, mais il a le potentiel d’être plus que ce qu’il est.

Lire aussi :  Critique : Le livre des sorts de Katrina Van Tassel

  • Âge recommandé : 11+
  • Langage: Quelques jurons, mais pas répandus
  • Violence: Beaucoup de combats, mais rien de graphique.
  • Sexe: Une petite scène abstraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *