septième dîme

Critique : Seventh Decimate


Amazone

Cela fait probablement quinze ans que je n’ai pas lu quoi que ce soit de Stephen Donaldson. Cela a commencé avec LORD FOUL’S BANE, puis les deux suites de cette trilogie (qui sont finalement devenues 10 livres), et honnêtement, ce n’étaient pas mes préférés. Le personnage principal était plus un anti-héros qu’il n’avait jamais rencontré auparavant, et tout lecteur pouvait voir que Tolkien avait joué un rôle dans la construction du monde de Donaldson. Mais Donaldson a une suite, alors j’ai pensé que je ferais un autre essai avec son offre la plus récente, SEVENTH DECIMATE, qui, d’après ce que je pourrais dire, serait différente de la série qui m’a présenté l’auteur.

Il s’avère que mes premières impressions sur Donaldson n’ont été que renforcées.

Belleger, la patrie du prince Bifalt, est en guerre avec Amika depuis des générations, mais maintenant que les Bellegerins ont découvert la fabrication de fusils et de leurs munitions, ils peuvent enfin avoir une chance contre les sorciers d’Amika au combat. Et au début, il semble que ses tentatives pour arrêter l’avancée d’Amikan seraient couronnées de succès… jusqu’à ce que le prince soit abattu au combat par des moyens manifestement surnaturels avec la phrase « Êtes-vous prêt ? » murmura-t-il dans sa tête. Lorsqu’il récupère, il apprend que toute la magie des sorciers de Belleger a disparu et que la seule façon de la récupérer est de trouver un livre de sorcellerie dans une bibliothèque que personne ne sait comment trouver. Alors Bifalt et un groupe de guerriers, un (ancien) sorcier et du personnel de soutien se sont lancés dans leur quête pour trouver ladite bibliothèque et sauver Belleger.

Lire aussi :  Critique : Summerland

J’avoue que je me disais « Donaldson [smh], Donaldson. Vous écrivez depuis 40 ans et ce est ce qui vous arrive ? Envoyer un prince en quête d’une bibliothèque mythologique ? En réalité? »

Et c’est l’histoire en un mot. L’intrigue de SEVENTH DECIMATE est très simple et malheureusement prévisible car c’est quelque chose que j’ai déjà vu. Pire encore, c’est une histoire prévisible racontée très lentement alors qu’ils traversent Belleger et au-delà, rencontrant de la résistance et des épreuves en cours de route. Une fois que j’ai terminé le roman et que j’ai regardé en arrière, il y avait tout simplement trop d’incohérences qui m’ont laissé avec des questions. Et si le prochain roman met autant de temps à révéler quoi que ce soit, je ne suis pas sûr de vouloir y consacrer du temps.

Une partie de ce qui ralentit l’histoire est le monologue interne continu de Bifalt. Bien plus nombriliste que ce lecteur axé sur l’intrigue ne pourrait en supporter (sérieusement, toutes les pensées de Bifalt auraient pu être à moitié réduit et encore peut-être trop). Ce qui est bizarre car malgré tout ce monologue interne, certaines des actions qu’il a entreprises n’étaient toujours pas crédibles. En fin de compte, l’histoire tourne autour de Bifalt et de son évolution ; mais malgré toute l’énergie pour raconter son histoire, je n’ai jamais compris concrètement le personnage principal. Donaldson est connu pour la complexité psychologique de ses personnages, alors peut-être que je ne suis pas ce genre de lecteur parce que j’ai eu du mal avec la répétitivité aveugle et la rigidité d’esprit de Bifalt pour trouver la conclusion crédible.

Lire aussi :  Critique : Alice

Nourriture typique de Dondalson avec un personnage torturé et une intrigue émouvante. SEVENTH DECIMATE est pour le fan de fantasy traditionnel, mais peut-être pas pour tout le monde.

La construction du monde semblait plus originale que les livres de Thomas Covenant (bien que les conventions de dénomination soient encore maladroites et difficiles à lire). Bifalt vient d’un petit pays isolé et découvre à quel point il est petit et ignorant, mais nous n’avons qu’un avant-goût du reste du monde; et à part les Bellegerans eux-mêmes, nous n’apprenons presque rien sur Belleger. L’apprentissage de la sorcellerie était intéressant, même si nous n’en voyons aucun pour 80% du livre, ce qui a rendu le côté magique de la construction du monde douloureusement lent compte tenu de l’importance de son existence dans l’intrigue dans son ensemble.

La prose est assez raide et formelle et je ne m’y suis jamais habitué. Donaldson est connu pour son utilisation du vocabulaire mystérieux, donc je suppose qu’il est cohérent, mais je ne suis pas sûr que cela plaira aux nouveaux lecteurs, à savoir les milléniaux, qui, je suppose, seraient le public cible compte tenu des problèmes d’intolérance et d’auto- critique du roman. conscience. Malheureusement, la prose a rendu les personnages principaux distants et irréels. Les personnages secondaires m’étaient plus compréhensibles car ils étaient dessinés avec moins de complexité que Bifalt ; mais surtout au début ça les déroutait malgré les descriptions répétitives des personnages.

La fin est d’une brutalité décevante et tombe à plat. Une intrigue simple et des événements prévisibles donnaient l’impression que tout était artificiel, comme si j’avais un point à faire valoir et, par Dieu, j’allais le faire quoi qu’il arrive. Je dis cela parce que le ton était quelque peu prêcheur et je soupçonne fortement qu’il a une corrélation intentionnelle avec les pays et les événements modernes. Peut-être que votre adolescent ou votre nouvel enfant adulte apprécierait ce livre à cause des épreuves que Bifalt traverse alors qu’il lutte pour faire face à sa haine d’Amika. Malheureusement, ce livre n’était pas pour les gens comme moi.

Lire aussi :  Critique : Les Chaînes de l'Hérétique

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Je ne me souviens de rien de fort
  • Violence: Des combats, des scènes de bataille, de la mort et du sang, mais pas de graphisme.
  • Sexe: références mineures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *