neuromancien

Elite Classic : Neuromancien


Amazone

En créant notre page des meilleurs livres de science-fiction (archives EBR), j’ai réalisé que nous n’avions pas de critique pour ce livre et j’ai décidé que je ferais mieux d’en faire une. Assez de temps s’était écoulé depuis que je l’avais lu pour la première fois que j’ai décidé de l’ingérer à nouveau. Vous savez, c’est vraiment agréable de pouvoir lire un livre une deuxième fois (surtout après un long moment) et de constater que vous avez tout aussi bien apprécié l’histoire cette fois-là. Je pense que cela dit quelque chose d’important à propos de cette histoire. Je me souviens avoir fait cela pour la séquence principale des livres DragonLance de Margaret Weiss et Tracy Hickman (Amazon), que j’adorais quand j’étais enfant. Bon matériel.

NEUROMANCER (Amazon) a été écrit par William Gibson et publié en 1984, qui est d’ailleurs le titre d’un autre roman de science-fiction. La ligne d’ouverture est, pour un enfant de ma génération, facile à comprendre :

« Le ciel au-dessus du port était de la couleur de la télévision, syntonisé sur une chaîne morte. »

Cette ligne aussi, bien sûr, date un peu le roman. Depuis que les « canaux morts » n’affichent plus l’encombrement des tons gris, j’ai grandi en appelant statique.

Un cyberpunk génialement bon d’une époque où le cyberpunk était presque indéfini. NEUROMANCER est une grande science-fiction et devrait figurer sur la liste des lecteurs de tous genres.

Henry Case est un escroc dans le dur monde souterrain de Chiba City. Il était un grand hacker, naviguant dans la réalité virtuelle de la matrice. Mais, après avoir volé l’un de ses employeurs temporaires, son système nerveux a été endommagé de manière vindicative par une toxine qui l’a empêché de se reconnecter à la matrice.

Lire aussi :  Bilan : Forêt Electrique

Autrement dit, jusqu’à ce que quelqu’un appelle avec les côtelettes pour faire exactement cela. Tout ce que vous avez à faire est de prendre un emploi. Bien sûr, il plonge, ne voulant rien de plus que sentir l’émotion de l’utérus couler à nouveau à travers lui. Ce n’est que plus tard qu’il découvre qu’il y a un piège. Le travail que ces personnes veulent que vous accomplissiez est dangereux et ils ont besoin que vous le terminiez dans un certain laps de temps. Si vous ne le faites pas, un certain nombre de micro-sacs qui se sont incrustés dans des points stratégiques de votre corps libéreront le même poison qui vous a endommagé il y a toutes ces années. Son corps attaque même maintenant ces micro-sacs, et après un certain temps, si son nouvel employeur ne les enlève pas, les sacs se dissoudront et Case sera de retour là où il a commencé.

Essayer de résumer cette histoire est presque un peu ridicule tant elle est pleine d’idées et de concepts. Ils continuent juste à venir. Il est plein de technologie, d’histoire et de gens. Juste bang, bang, bang, bang, bang. Entre toutes les différentes personnes, groupes et entreprises et les multiples IA qui jettent leurs jetons dans la pile, l’intrigue est en mouvement et en mouvement constants. Si je devais critiquer quoi que ce soit, c’est peut-être que la rareté de la prose me permettait parfois de perdre facilement ma place à moins que je n’y prête une très grande attention. Cette histoire n’est pas comme certaines des épopées les plus modernes, de la fantasy ou de la science-fiction, écrites aujourd’hui. Au lieu de cela, c’est une histoire concentrée et une prose concentrée. Il est maigre et méchant et prêt à vous emmener faire un tour. Et bien que le niveau de caractérisation suive de près cette norme, je n’ai jamais eu à me demander ce qui se passait ou pourquoi quelqu’un faisait ce qu’il faisait. Bonnes choses là aussi.

Lire aussi :  Critique : Le Protocole d'Athéna

Il y a plusieurs bonnes raisons pour lesquelles vous devriez lire ce livre. Oui, c’était là dès le début de ce que nous appelons maintenant le cyberpunk, et c’est un excellent exemple de ce genre désormais familier. Mais c’est aussi une excellente lecture. Il y a une raison pour laquelle nous avons mis celui-ci sur notre liste des meilleures science-fiction. Si vous ne l’avez pas encore lu, faites-le. Il vous attend et ce ne sera pas celui que vous oublierez de sitôt.

  • Âge recommandé : 17+
  • Langage: fort mais rare
  • La violence: De la violence réelle/numérique, du sang et des menaces.
  • Sexe: Une scène détaillée et une poignée d’autres références.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *