l'héritier électrique

Critique : L’héritier électrique


Amazone

De belles adolescentes autodestructrices placées dans des situations abusives et impossibles. Un entrelacement de magie et de technologie. Un sentiment continu de peur.

Bienvenue dans la série Feverwake de Victoria Lee ! L’HÉRITIER ÉLECTRIQUE, le dernier épisode sombre et émouvant, emmène notre protagoniste, Noam Álvaro, dans une confrontation brutale avec le tyran et avec ses propres décisions.

Une note rapide : alors que j’ai essayé d’éviter les spoilers pour THE ELECTRIC HEIR, cette critique contient de GROS spoilers pour le premier livre de la duologie, THE FEVER KING. Lecteur méfiez-vous.

THE ELECTRIC HEIR reprend quelques mois après THE FEVER KING. Dara est portée disparue, présumée morte dans la zone de quarantaine. Lehrer, avec l’aide de Noam, a renversé Sacha et gouverne la Caroline sans contestation. Noam pleure Dara alors qu’il joue mal à l’aise le rôle de protégé et d’amant (mineur) de Lehrer dans une relation tumultueuse et troublante.

Utilisant sa technopathie, Noam a protégé son esprit afin que Lehrer ne puisse pas lire ses pensées ou forcer Noam. Maintenant, il se souvient de tout, y compris de la façon dont Lehrer l’a utilisé et de ce que Lehrer a fait à Dara. Il méprise Lehrer, mais n’arrive pas à briser la séduction de son pouvoir. Mais Noam est conscient qu’il vit en sursis ; la première fois que Lehrer donne un ordre que Noam rejette, la partie est terminée.

Et le jeu est sur le point de devenir plus dangereux. Dara est vivante et de retour à Durham. Il travaille avec un groupe appelé Black Magnolia pour assassiner Lehrer. Noam est ravi du retour de Dara, mais leurs retrouvailles sont compliquées par le fait que Noam est maintenant en couple avec Lehrer, l’ancien agresseur de Dara.

Lire aussi :  Critique : Age of Assassins

Ajoutant une couche supplémentaire de complication, Lehrer connaît Black Magnolia et ordonne à Noam de jouer l’agent double. Noam doit continuer à aider Black Magnolia, négocier sa relation avec Dara et jouer son rôle de manière convaincante auprès de Lehrer. Et il doit faire tout cela en essayant de régler ses propres sentiments confus sur sa relation avec Lehrer et les conséquences de ses choix politiques et personnels.

L’HÉRITIER ÉLECTRIQUE n’a pas le tournant extérieur typique que les deuxièmes livres fournissent souvent. Les nouveaux personnages qu’il introduit ne sont pas mauvais, ils n’ont tout simplement pas d’importance. Et tandis que nous avons un bref aperçu du monde en dehors de la Caroline, en particulier avec une escapade dans le pays anti-sorcière du Texas, cet insert ressemble à ceci : un insert. Comme tout choix narratif, cela a des avantages et des inconvénients. Le paysage politique plus large est suffisamment déroutant pour que certains moments aient plus d’impact avec un contexte supplémentaire. Cependant, en rendant la politique intensément personnelle dans ce deuxième livre, la tension entre Lehrer, Dara et Noam fait bien avancer l’intrigue.

Le monde de Lee est intéressant, ses relations convaincantes et sa prose remplit bien son objectif. THE ELECTRIC HEIR est une fin solide à la série Feverwake.

Le projet de Lee dans THE ELECTRICAL HEIR explore la relation emmêlée et meurtrie entre Noam et Dara. Sa dynamique interpersonnelle et son pouvoir d’observation sont clairs : les personnages se coupent et le lecteur les regarde saigner. C’est douloureux, mais intelligemment fait. Alors que Noam et Dara sont la relation que vous recherchez, les scènes de Noam et Lehrer sont cruciales pour le développement du personnage de Noam. La menace et le charme de Lehrer existent dans des proportions égales, permettant à Lee de partager avec ses lecteurs le sentiment de terreur et de désir avec lequel Noam se débat. En particulier, les scènes de Noam luttant magiquement contre Lehrer étaient des cristallisations intenses du déséquilibre de pouvoir abusif que Lee explore dans les deux épisodes de la série.

Lire aussi :  Critique : La fille du fragment d'os

Alors que le complot d’assassinat aurait pu facilement se transformer en une chasse à l’homme pour McGuffin (ils ont besoin de quelque chose pour atténuer les capacités magiques de Lehrer), Lee recadre le problème plusieurs fois avant d’arriver à une conclusion satisfaisante (j’espère que ce n’est pas trop spoiler de dire que faire les lecteurs entrevoient même une fin heureuse?) Alors que les histoires personnelles atteignent un arc satisfaisant, les fils politiques ne sont pas tissés, ce qui était un peu décevant. L’une des caractéristiques déterminantes de Noam est qu’il est profondément politique. Ainsi, lorsque les dernières pages du roman passent sous silence la politique, cela ressemblait à une occasion manquée pour une série très explicitement politique.

Le monde de Lee est intéressant, ses relations convaincantes et sa prose remplit bien son objectif. THE ELECTRIC HEIR est un digne héritier de THE FEVER KING et un solide final à la série Feverwake.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Forte, moyennement fréquente.
  • La violence: nombreux comportements autodestructeurs, y compris l’alcoolisme et la toxicomanie. Violence physique. Une scène de bataille. Discussion sur le viol d’une mineure.
  • Sexe: Oui, un fondu au noir avec quelques détails. Références.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *