Zénith

Critique : Zénith


Amazone

ZENITH (Amazon) s’ouvre avec Androma Racella alias Andy alias The Bloody Baroness volant librement. Elle et son équipe de femmes sont entre deux emplois lorsqu’elles sont interceptées par l’ancienne flamme d’Andy, Dextro. Dex est un chasseur de primes et gardien (de la galaxie… ne me poursuis pas Marvel) qui travaille pour le général Cortas. Cortas est l’ancien patron d’Andy et le père de sa meilleure amie, dont elle se sent responsable de la mort.

Le général Cortas a un travail pour Andy : s’il peut sauver son fils Valen d’une prison planétaire, il sera une femme riche. Le seul problème est qu’Andy doit travailler avec Dex. La dernière fois qu’elle était seule dans une pièce avec Dex, elle l’a poignardé au cœur, et non métaphoriquement. C’était un coup de couteau très littéral pour une trahison très réelle.

Alors maintenant, Andy doit travailler avec un homme qu’il déteste, pour ramener le fils d’un homme qu’il méprise. Au moins, elle a son équipe derrière elle, qui la soutiendra en toute situation.

Je ne veux pas trop en dévoiler, mais je précise ici que ZENITH (Livre #1 de The Androma Saga) a été publié par HarlequinTeen. Je mentionne cela uniquement parce que je pense qu’une grande partie de l’appréciation d’un livre peut être due aux attentes. Parfois, c’est amusant de devenir aveugle, mais d’autres fois, il est utile d’avoir un peu de contexte. Bien qu’il se déroule dans une galaxie lointaine, ce n’est pas un livre qui s’intéresse à l’espace en soi. Il s’intéresse à toute la romance potentielle de l’espace. Les composants techniques sont moins importants ici que la capacité de l’auteur à créer de nouvelles courses, technologies et scénarios à partir de rien.

Lire aussi :  Critique : L'empereur gobelin

Le tissu que les auteurs ont choisi tend au cliché. Il y a beaucoup d’étincelles et de paillettes. C’est amusant d’être dans un environnement où tout est vierge et incroyable (et de nombreux autres adjectifs). Je pense qu’il y a un vrai public pour les décors de contes de fées, même dans l’espace.

Alsberg et Cummings ont essayé de développer des personnages assez ordinaires avec plus ou moins de succès. Leur caractérisation tend vers l’école de pensée selon laquelle tous les personnages devraient être IMPRESSIONNANTS, mais même dans les extrêmes, ils ont trouvé des nuances. J’ai bien aimé le pilote d’Andy, Lira, et Andy elle-même a des motivations crédibles. Le personnage de Dex ne creuse jamais rien de plus substantiel que « l’intérêt amoureux générique », ce qui est regrettable, car cela rend la relation un peu moins excitante qu’elle ne l’aurait été autrement.

ZENITH a les attributs d’un jeu spatial amusant, et bien qu’il atteigne certains de ses objectifs, ses personnages sont trop génériques pour le rendre spécial.

Au début de Zenith, vous pouvez sentir les doubles auteurs dans la rediffusion au début de chaque chapitre, mais cela s’estompe au fur et à mesure que le livre progresse. Alors que l’intrigue principale semble assez standard, l’intrigue secondaire est beaucoup plus sombre et plus surprenante que la principale et donc plus intéressante. Cependant, comme il ne s’agit que d’une intrigue secondaire, il y a beaucoup de pages à parcourir pour accéder aux parties les plus intéressantes et légèrement inattendues de l’histoire.

ZENITH a tous les ingrédients d’un jeu spatial amusant, et bien qu’il atteigne certaines de ses marques, ses personnages sont trop génériques pour le rendre spécial.

Lire aussi :  Bilan : Surveillance

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: serment inventé
  • La violence: Meurtre. Quelques tortures. Assez exsangue.
  • Sexe: Mentionné et rappelé, bien que sans véritables détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *