dans les profondeurs qui se noient

Critique : Aux profondeurs qui se noient


Amazone

INTO THE DROWNING DEEP (Amazon) est le genre de livre que je recommanderais normalement pour lire sur la plage. Tout d’abord, je pense que je devrais préciser que par lecture de plage, je ne veux pas dire poubelle. Une bonne lecture pour la plage est assez simple pour que vous puissiez la prendre et la poser chaque fois que vous avez besoin de vous baigner dans l’eau ou de réappliquer cet écran solaire. Idéalement, les lectures de plage ont également suffisamment de mouvement vers l’avant pour que vous puissiez facilement parcourir les heures. INTO THE DROWNING DEEP répond à ces critères : c’est engageant et drôle avec une bonne dose d’horreur et une étreinte de l’absurde.

Il s’agit aussi de sirènes tueuses.

Si vous imaginez des « sirènes tueuses » comme Ariel avec un couteau, détrompez-vous. Ce sont des sirènes prédatrices effrayantes, qui vous mordent au visage. INTO THE DROWNING DEEP se lit mieux les deux pieds sur un sol solide, surtout si vous criez à chaque fois que les algues effleurent vos jambes.

J’ai été tenté d’arrêter ma critique ici. Si vous souhaitez en savoir plus sur les sirènes qui mâchent les humains puis les entraînent dans les abysses, alors ce livre est fait pour vous ! Si vous lisez les mots « sirènes tueuses » et que vous haussez les épaules… eh bien, je ne pense pas que la lecture du reste de la critique vous convaincra, mais je ferai de mon mieux.

INTO THE DROWNING DEEP suit Tory Stewart, étudiant diplômé en biologie marine. Tory est hantée par la mort de sa sœur Anne, qui a disparu en mer il y a sept ans lors d’une mission d’enquête financée par Imagine Entertainment. Anne et l’équipage Atargatis ils tournaient une série de documentaires et de divertissements (désolé d’utiliser ce mot) sur les sirènes quand elles ont juste… disparu.

Lire aussi :  Bilan : Le problème de la paix

La seule perte de piste Atargatis – précédemment dramatisé dans le roman ROLLING IN THE DEEP (Amazon) – est une séquence granuleuse qui montre, d’une manière impossible, qu’ils ont trouvé les sirènes qu’ils cherchaient. Mais pas les sirènes auxquelles ils s’attendaient.

Into the Drowning Deep est une lecture engageante et amusante, remplie de sirènes prédatrices qui vous mordent au visage. Il est préférable de le lire les deux pieds sur un sol solide.

Les images ont été rejetées et contestées, mais Tory pense (avec d’autres scientifiques marginaux avec qui elle traîne) qu’il doit y avoir plus dans l’histoire. Alors, quand Imagine Entertainment arrive en ville avec une offre pour une deuxième expédition, cette fois avec plus de technologie et de sécurité pour empêcher un autre massacre, Tory s’inscrit sans hésitation.

Alors que l’intrigue se concentre sur Tory, il y a plusieurs autres personnages POV qui étoffent l’équipe et apportent leurs différentes perspectives et expériences au puzzle de ce qu’est exactement le Atargatis trouvé et comment la nouvelle expédition survivra. Les personnages de Grant sont incroyablement investis dans les problèmes qui se présentent à eux, ce qui est important compte tenu de la prémisse. Nous, les lecteurs, sommes engagés parce qu’ils le sont.

J’ai jeté un coup d’œil un peu vers la fin, car à ce moment-là, le drame fonctionnait un peu moins bien pour moi. Je pense qu’à chaque fois qu’une intrigue s’appuie sur la construction de tensions chapitre après chapitre, vous vous épuisez un peu, mais dans l’ensemble, l’intrigue avance assez rapidement et la construction initiale de l’inévitable n’a pas été fastidieuse. Bien que nous rencontrions rapidement de nombreux personnages, Grant réussit à les distinguer les uns des autres et à nous aider à prendre soin d’eux suffisamment pour pleurer leur disparition inévitable.

Lire aussi :  Critique : Les nouvelles voix de la science-fiction

Il y a de la place pour une suite, même si aucune n’a encore été annoncée. Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous dirais de le vérifier. De préférence pas sur un bateau.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: un langage salé
  • La violence: Fondamentalement, un examen du nombre de façons dont une sirène peut tuer un humain. Alors oui. Beaucoup.
  • Sexe: Quelques détails modérés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *