Enregistrement de quelques nés dans l'espace

Bilan : Record des rares nés dans l’espace


Amazone

La science-fiction ne se caractérise pas par la gentillesse. Technique? Oui, explosif ? Fréquemment. Operatique? Tu veux parier.

RECORD OF A SPACEBORN POCOs évite les explosions au profit du drame interne. Comme le reste de la série Wayfarers de Becky Chambers (Amazon), ce conte tranquille explore ce que signifie faire partie d’une famille, d’un équipage, d’une communauté, d’une espèce, cette fois à travers le destin de la flotte Exodan.

La flotte Exodan est littéralement une relique, soudée des ruines des villes de la Terre. Dernier espoir de survie de l’humanité, la flotte a voyagé pendant des générations avant d’entrer en contact avec les Aeluons, une espèce extraterrestre qui les a introduits dans Galactic Commons. Maintenant, la flotte tourne sans fin autour d’une petite étoile, préservant son mode de vie unique. Lorsqu’une catastrophe frappe et que l’un des navires colons Exodan est détruit, des dizaines de milliers de personnes sont tuées en un instant. La destruction de la oxomoco cela oblige à un calcul pour l’ensemble de la flotte et en particulier pour chacun des cinq personnages POV de Chambers: Isabel, Eyas, Sawyer, Kip, Tessa, qui doivent réexaminer leurs relations avec la flotte.

Chambers structure le récit de sorte que l’histoire de chaque individu émerge de l’incident incitant du oxomoco destruction. Les vies des personnages se croisent un peu, mais ce n’est certainement pas un casting d’ensemble (contrairement à THE LONG WAY ROUND). Le récit semble plus détendu, même si les intersections de personnages et de thèmes de Chambers suggèrent une planification structurelle minutieuse. RECORD s’appuie sur la cohésion thématique entre les scénarios, et non sur l’interaction des personnages POV.

Lire aussi :  Critique : Les sept morts et demi d'Evelyn Hardcastle

Les personnages sont largement relatables et sympathiques. J’ai particulièrement apprécié les perspectives de Tessa et Eyas. Bien qu’ils soient confrontés à des problèmes différents, leurs luttes semblaient réelles. Tessa essaie de décider comment protéger au mieux sa famille, d’autant plus que sa fille semble encore souffrir du traumatisme de la oxomoco destruction. Le travail d’Eyas en tant que croque-mort (ou quelque chose comme ça) la lie à la flotte, mais elle se demande comment elle peut aussi atteindre les vivants. J’ai également apprécié les interactions d’Isabel avec un extraterrestre en visite venu compléter une ethnologie de la flotte. C’est une histoire amusante et permet à Chambers de glisser beaucoup de détails sur la flotte qui, autrement, auraient pu être trop d’informations. Même Kip, dont la rébellion adolescente est attachante bien qu’un peu banale, finit par avoir une fin satisfaisante à sa lignée.

Les détails sur le fonctionnement interne de la flotte seront intéressants pour ceux qui ont lu les deux premiers romans de Chambers. Bien que les lecteurs devraient pouvoir sauter dans la série Wayfarers sans problème, la construction du monde de Chambers sera plus riche pour ceux qui connaissent ses travaux antérieurs.

Je dirai que suivre cinq personnages donne l’impression que le premier tiers du livre est décousu; sauter d’un point de vue à un autre sans impulsion à rejoindre (immédiatement) rend le début du livre aléatoire. Le gain ne vient qu’à la fin lorsque Chambers relie l’arc émotionnel de chaque personnage au destin de la flotte Exodan, révélant que la structure narrative est une fonctionnalité, pas un bug.

Lire aussi :  Critique : Impératrice de tous les temps

RECORD OF A SPACEBORN FEW est une lecture émouvante sur ce que signifie aimer une communauté et reconnaître à la fois ses défauts et ses qualités.

RECORD pousse ses personnages à poser des questions difficiles sur ce que signifie appartenir à une communauté. Alors que les personnages ont du mal à s’adapter à leurs situations sociales (im) changeantes dans la flotte, Chambers ne se contente pas de réponses binaires faciles à savoir s’il faut rester ou partir. C’est là que je pense que RECORD fait de son mieux, en reconnaissant et en posant des questions difficiles auxquelles les lecteurs sont sûrement confrontés quotidiennement : comment puis-je améliorer ma communauté ? Est-ce toujours le meilleur endroit pour moi et ma famille ? Quelles parties de notre patrimoine valent la peine d’être préservées et que devons-nous abandonner ? Comment cette communauté doit-elle s’adapter à l’évolution des pressions internes et externes ?

Bien que RECORD commence lentement, le temps que Chambers passe à explorer la situation de chaque personnage donne à la fin un impact émotionnel plus authentique. Tout le monde ne sera pas intéressé par une exploration aussi fermement domestique (plutôt que publique ou politique), mais j’ai trouvé RECORD une lecture émouvante sur ce que signifie aimer une communauté tout en reconnaissant à la fois ses défauts et sa bonté. C’est une tâche à laquelle je pense que tout le monde peut s’identifier et qui fait que RECORD vaut la peine d’être lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *