lune morte

Critique : Lune morte


Amazone

Donc, malgré ce que Goodreads pourrait sembler impliquer, ce n’est pas le troisième livre d’une série connectée. C’est un roman unique qui peut ou non être le premier d’une série, et peut être dans le même univers vaguement lié que d’autres livres que l’auteur a écrits. Mais c’est tout. J’ai passé la totalité de mon temps à écouter cela en pensant que c’était le troisième livre d’une série et en me demandant quelle histoire aurait pu être racontée dans les deux premiers livres. Il n’est pas écrit comme la continuation d’un autre type d’histoire.

Maintenant, je suppose que je sais mieux que d’accepter avec joie les informations que l’on me donne sur Goodreads.

C’est aussi un autre de ces livres qui ne semble pas sortir de sitôt, voire pas du tout.> Je ne comprends tout simplement pas. Je suppose qu’une partie du marché du livre ne m’inclut pas. Pourtant, j’étais plus qu’heureux de l’écouter, car il avait une place dans mon programme de livres audio.

DEAD MOON (Amazon) est une nouvelle histoire de science-fiction, euh, plus de science-fantasy, de l’auteur Peter Clines. J’avais rencontré Peter’s Ex-Novels auparavant, mais je n’en avais jamais lu aucun. Cependant, il est toujours amusant d’essayer de nouveaux auteurs qui sont présentés comme « numéro un » dans n’importe quelle catégorie.

Cali Washington est une jeune femme qui a renoncé à son rêve de devenir danseuse et, après les retombées, a décidé de devenir temporairement « gardienne » sur la lune terrestre. Se déroulant plusieurs centaines d’années dans le futur, la Terre manque d’espace pour enterrer les gens, et quelqu’un a décidé que ce serait une bonne idée de commencer à transporter des cadavres sur la lune et à les enterrer là-bas. Les «gardiens» sont ceux qui vivent sur la lune et prennent lesdits cadavres, qui sont essentiellement des cadavres lorsqu’ils arrivent à destination, et les enterrent sous la poussière lunaire, afin qu’ils restent à jamais inertes et conservés.

Lire aussi :  Critique : Cœur de pierre noire

Il ne faut pas beaucoup de réflexion critique pour voir où un auteur spéculatif pourrait prendre une configuration aussi évidente. Seize millions de cadavres relativement préservés assis sous quelques pieds de terre sèche ? Hmm. Si tu l’as! Roman de zombies ! Avec l’aimable autorisation de votre intelligence de monstre extraterrestre cosmique pas si amicale.

À certains égards, un roman de zombies est exactement ce qu’est cette histoire. Dans d’autres, Clines tord certains des tropes zombies typiques et vous fait repenser les choses plusieurs fois, donc c’est aussi un peu plus. Parce que ce n’est pas qu’une simple histoire de zombies. C’est en fait une histoire qui a beaucoup de choses qui ressemblent et agissent comme des zombies, puis laissez l’esprit du lecteur prendre ces informations et commencer à faire des hypothèses. C’est l’un des meilleurs aspects du roman, et l’auteur le gère assez bien. Les autres points forts de l’histoire étaient son rythme rapide et bien sûr le fait que Ray Porter était le narrateur. Si vous n’êtes pas familier avec Ray Porter, c’est lui qui lit les versions de livres audio de la série Joe Ledger de Jonathan Maberry (EBR Archive), qui sont incroyables.

DEAD MOON est un roman de zombies avec des personnages légers placés à la surface de la lune qui fait une lecture relativement décente pour un après-midi rempli de pop-corn.

Le point faible de l’histoire, ce sont les personnages. Bien que l’histoire commence assez fort, détaillant le personnage de Cali Washington (elle porte le double nom de l’État), elle abandonne rapidement tous les prétextes et devient du pop-corn pour jouer vite, tuer des gens et montrer des monstres. roman. La plupart du temps de POV est partagé entre Cali et un gardien de longue date, Jake, qui a une expérience militaire et est un farceur. C’est littéralement toute la caractérisation que nous obtenons de lui, et puisque la moitié du roman est racontée de son point de vue, c’est un peu malheureux. Bien que Cali tombe dans la même catégorie après quelques chapitres. Donc, je ne sais pas si cela fait vraiment une grande différence. À certains égards, cela aussi est écrit comme s’il s’agissait d’un roman d’horreur, mais il finit par ne toucher aucune de ces notes à cause de ces aspects manquants du roman.

Lire aussi :  Critique : Lana

L’absence de véritable caractérisation a empêché cela d’obtenir quoi que ce soit de mieux qu’une note similaire de ma part, et la fin relativement ennuyeuse et une intrigue qui n’a pas vraiment augmenté les enjeux en cours de route ont empêché cela d’être tout sauf médiocre. Bien que, peut-être, à l’extrémité supérieure de ladite échelle. Pourtant, si vous êtes prêt pour une lecture rapide où vous n’avez pas à réfléchir longtemps (sérieusement, ne réfléchissez pas longtemps), vous pourriez probablement apprécier suffisamment ce roman pour qu’il en vaille la peine.

En fin de compte, que vous aimiez ou non celui-ci dépendra de ce que vous attendez de vos histoires. Ce que vous exigez de vos héros.

Ici à EBR il arrive que nous en demandions un peu plus.

  • Âge recommandé : 18+ pour violence et blasphème
  • Langage: fort et régulier
  • La violence: Beaucoup de violence et de gore.
  • Sexe: Humour décalé et conversation ouverte sur les relations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *