soeur rouge

Critique : Sœur Rouge


Amazone

Mark Lawrence est l’un de ces auteurs que je poursuis depuis un moment. Comme dans, j’ai essayé de convaincre mon subconscient que j’ai besoin de lire ses trucs. Depuis que PRINCE OF THORNS est sorti, je me dis : « Ça a l’air bien. Je devrais le ramasser. Mais pour une raison quelconque, je n’ai jamais. Quoi qu’il en soit, je l’ai toujours tenu en haute estime à cause du point de vue de Steve non seulement sur les livres de Mark, mais sur l’homme lui-même. En fait, j’ai acheté PRINCE OF FOOLS il y a environ un an. Je ne l’ai pas encore lu. Mais cette année, j’ai sauté le pas. Parce que… eh bien, parce que je savais que ce serait une bonne lecture et que j’avais un crédit Amazon et je n’ai pas hésité quand j’ai eu l’idée cette fois-ci. En fait, j’ai eu la suite en même temps. J’attends vraiment cette lecture avec impatience. Jusque-là, nous avons celui-ci. Et c’est vraiment une très bonne lecture.

RED SISTER (Amazon) est le premier de la série Book of the Ancestor, et la troisième série à ce jour, de l’un de nos auteurs préférés ici à EBR, Mark Lawrence. Il est là depuis un moment maintenant. Presque vieux pour gagner les cotes EBR « Books We Love », et un champion régulier de l’auteur naissant grâce à ses efforts de Great Self-Published Fantasy Blog-Off ces dernières années. Guy est un acte de classe. Mais assez parlé de lui. à la marchandise.

Nona Grey est une fille. Vendue par sa mère célibataire à un éleveur d’enfants puis donnée au plus offrant dans une maison de combat, elle n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie. Quelques amis, oui, auxquels elle est farouchement dévouée. L’une, de son passage dans la cage tirée par un âne du ravisseur d’enfants, est agressée par un grand homme. Le fils d’un marchand, fier et arrogant et voulant ce qu’il veut. Mais Nona est plus qu’une petite fille.

Lire aussi :  Critique : Les anges brisés

Nona a la capacité non seulement de bien se battre et de blesser les autres avec ses mains, mais aussi de ralentir le temps. Réagir dans les interstices des pensées des autres ; bouger et répondre tandis que d’autres peuvent à peine commencer à percevoir. Ainsi, le fils du marchand se retrouve aussi près de la mort que si cela ne faisait aucune différence, et Nona et son amie sont capturées et condamnées à mort pour le crime.

Cependant, sur son chemin vers la potence, un miracle se produit. Une sainte religieuse, que Nona ne reconnaît pas, apparaît et lui pose quelques questions avant de la retirer des mains du garde et de l’emmener au Couvent de la Douce Miséricorde. Ici, elle découvre le monde en général. Elle apprend à écrire. Lire. Se battre avec une épée. Et peut-être aussi marcher sur le chemin magique de cette terre. Mais elle est devenue l’ennemie de l’homme qu’elle a failli tuer et de son père, qui est un homme très riche et puissant. Et il faudra plus qu’une poignée de jeunes filles et de femmes plus âgées pour l’arrêter.

La première chose que j’ai remarquée dans l’histoire, c’est l’ambiance. Tout simplement génial. Surtout le prologue. Ce type sait vraiment écrire. Surpris? Pas précisément. Ça a commencé un peu dur pour moi. Il combine différents points de vue pour les deux premiers chapitres et ensuite nous avons Nona, mais ensuite nous avons la trame de fond de Nona, ce qui est bien mais c’est… hmmm… trame de fond. Lorsque la ligne de l’histoire s’installe enfin dans votre point de vue, il est facile de glisser dans les pages et de les laisser brûler.

Lire aussi :  Critique : Cœurs héroïques

Pour moi, la partie la plus forte de ce livre était la construction du monde. Lawrence obtient les détails du monde, son histoire, le gouvernement en général, le système magique (en quelque sorte), le couvent, et bien plus encore dans ces pages. Ils sont magnifiquement présentés et tissés dans l’histoire. C’est tellement agréable de trouver un auteur qui semble simplement refuser de donner des informations à ses lecteurs. Et pourtant, beaucoup d’informations nous sont transmises à travers le prisme de l’histoire. Nona ne sait pas quand elle commence ce voyage avec les religieuses Sweet Mercy et les autres filles à l’intérieur des couloirs du couvent.

Cependant, à certains égards, c’était ma plus grande plainte au sujet du livre. Parce que Nona sait si peu de choses sur ce qui se passe dans le monde qui l’entoure, l’histoire se concentre intensément sur sa vie au couvent et sur les choses qu’on lui enseigne là-bas. Cela semble donc très lent pour la grande majorité du livre. Quand ça devient excitant (une fois juste avant le milieu du livre et de nouveau vers la fin), c’est génial. Ces moments sont rares et espacés. Les personnages secondaires sont peu développés. La plupart du temps, il reconnaîtrait le nom d’une autre fille à partir d’une caractéristique physique plutôt que personnelle. qu’étaient-t-ils au lieu de qui étaient, ou ce qu’ils signifiaient pour Nona. Sauf son amie Hessa. Elle savait ce que Hessa signifiait pour Nona. Pourtant, j’aurais aimé voir plus de caractérisation des autres filles et des religieuses en particulier. En savoir plus sur ce que Nona ressentait pour chacun d’eux. J’ai été un peu surpris quand j’ai réalisé que c’était le cas assez tard dans le livre. Un autre signe, pour moi, que c’était très bien écrit.

Lire aussi :  Avis : Un peu de haine

Incroyable construction du monde et narration RED SISTER parle de la naïve Nona, dont les capacités changent sa vie… puis les nonnes la trouvent.

Au final, je pense que j’ai fini par aimer le monde et les personnages qu’il avait construits plus que toute l’histoire elle-même. Tous les décors sont là, tout le bâtiment qui a été nécessaire pour que l’histoire se termine (et c’était une belle histoire), j’aurais juste apprécié un peu plus de développement de toutes les parties constitutives et des détails moins banals sur la vie dans le couvent

Et plus de virgules. Oui, beaucoup, beaucoup plus de virgules.

Néanmoins, une excellente lecture; debout près du sommet du champ de fantaisie aujourd’hui.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: fort très rarement
  • Violence: Des nonnes maniant la lame, un peu violentes quand cela arrive, mais il faut du temps pour y arriver.
  • Sexe: Menace de viol dans une scène, mais sinon de légères références aux béguins g/g et aux intérêts amoureux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *