américain d'ailleurs

Critique : Ailleurs américain


Amazone

Du coup, nous avons mis ce livre dans notre « Best of » en 2013 sans poster de critique. Je sais. méchant nous. Je pensais qu’il était temps que nous corrigions le problème. De plus, cela m’a donné une autre chance de lire un livre de Robert Jackson Bennett. 🙂 Après avoir lu votre série Divine Cities, je me suis fait un devoir de mettre votre nom sur ma liste d’auteurs auxquels me référer constamment. Histoire intéressante qui va en fait sur le sujet : je dînais avec des amis en février. Brian McClellan (du célèbre Powder Mage) faisait partie du groupe et parlait de la façon dont il aidait à lire la version bêta du dernier travail en cours de Robert Jackson Bennett. J’ai presque perdu mon remplissage. Peut-on dire jaloux ? Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé cette histoire sur mon application de livre audio, et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

AMERICAN ELSEWHERE (Amazon) est un roman autonome qui semble contemporain mais qui est… honnêtement, c’est vraiment bizarre. Ce n’est pas exactement China Mieville bizarre, mais c’est certainement un pas dans cette direction générale. Ce qui est vrai. Je peux passer pour bizarre tant que l’histoire est bien racontée.

Mona Bright est en mouvement. Il a quitté son emploi de policier il y a plusieurs années et voyage depuis. L’histoire commence lorsqu’il découvre qu’il a récemment hérité d’une maison dans une petite ville appelée Wink, au Nouveau-Mexique, après le décès de son père. La maison elle-même appartient en fait à sa mère, qui s’est suicidée alors que Mona était encore très jeune. Pourtant, cela ressemble à bien plus qu’une simple aubaine, car il y a une partie d’elle qui veut trouver un lien avec la mère dont elle se souvient si peu. Il se présente donc au tribunal, dépose ses papiers et part pour le Nouveau-Mexique.

Lire aussi :  Critique : Zénith

Cependant, il découvre rapidement que personne ne semble savoir. quoi que ce soit sur la petite ville de Wink. Rien n’a été trouvé sur aucune carte. Rien à obtenir des services gouvernementaux. Peu importe où vous regardez, plus vous regardez, plus il semble que Wink n’existe pas. Cependant, il finit par trouver l’endroit, par pure chance, et tente de faire valoir son héritage. C’est à ce moment-là que l’histoire passe de décidément bizarre à carrément bizarre alors que Mona en apprend un peu plus sur la ville, et un peu plus sur sa mère, et pas mal sur les habitants de la ville.

Science Fantasy est une catégorie qui ne semble pas revenir très souvent ici à EBR, mais ce livre correspond vraiment à la facture. C’est un livre qui, bien que définitivement basé sur des aspects scientifiques, ressemble plus à un roman fantastique. Il n’y a qu’un laboratoire et un équipement technique au lieu d’un don de sorcier et d’un talent magique. Il traite de différentes dimensions et espèces exotiques et des instabilités dans le temps et l’espace. Quelques détails sont transmis au besoin, mais pour la plupart, tout semble très axé sur la fantaisie.

Étrange histoire pleine d’événements étranges dans la ville de Wink, Nouveau-Mexique. AMERICAN ELSEWHERE n’est peut-être pas son meilleur travail, mais ça vaut le coup.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour décider que j’aimais Mona. Son sort, son histoire, sa détermination à faire ça. C’est très bien dessiné, et quand l’histoire lui est arrivée, je me suis facilement glissée dans le récit. Pourtant, les points de vue sautent partout. Bien que l’axe principal de l’histoire soit celui que raconte Mona, plusieurs autres passent du temps en marge. Bennett fait du bon travail pour chacun de ces personnages. Il nous emmène rapidement dans leurs vies et leurs positions dans la ville et comment chacun d’eux ajoute à l’étrangeté de Wink. Cependant, la grande majorité de ces personnages semblaient être là juste pour être drôles ou pour transmettre des détails spécifiques sur la ville ou sa trame de fond qui ont permis au lecteur de comprendre un peu plus ce qui aurait pu se passer juste à travers Monkey. La difficulté que j’ai eue avec ces détails, cependant, était que si l’auteur transmet les détails qu’il veut que nous sachions, il a également délibérément caché des détails. Cela lui a permis de percer lentement le mystère entourant cette petite ville minable et honnêtement, cela m’a un peu ennuyé. Cependant, je suis un peu puriste quand il s’agit de ce genre de choses. Par exemple, demander à un personnage de dire quelque chose comme « Non, ne pense pas à ça ! » Il me tue presque à chaque fois que je le lis.

Lire aussi :  Critique : La cicatrice d'argent

Peu importe à quel point j’aimais Mona et son arc, j’ai trouvé que je ne savais vraiment pas quoi penser du reste de l’histoire. C’est surtout une histoire sur la quête de Mona pour en savoir plus sur sa mère et comment cela l’amène à découvrir ce qui est arrivé à cette petite ville endormie et pourquoi tout cela compte. Cependant, l’absence d’une fin satisfaisante a fait que le livre s’est effondré pour moi à la fin. Même en tenant compte de cela, je pense que si le point de vue avait été plus centré sur Mona, j’aurais beaucoup plus aimé ce livre.

Si j’avais d’abord lu cette histoire de RJB, au lieu du brillant CITY OF STAIRS, j’aurais peut-être retardé la lecture de ses articles pendant un moment. Au lieu de cela, je me retrouve à regarder ma bibliothèque où se trouve un exemplaire de M. Shivers que j’ai récemment trouvé dans une librairie d’occasion, me demandant quelle bonté pourrait y avoir.

Le résultat de cette lecture ne m’a pas fait douter de mon opinion sur l’auteur. Juste assez, cependant, pour me faire hausser les épaules, poser le livre et passer à autre chose.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Puissant et assez régulier.
  • Violence: Pas grand-chose, mais ça devient assez sanglant.
  • Sexe: Une poignée de références détaillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *