L'héritage du Brightwash

Critique : L’héritage Brightwash

Je suis donc resté longtemps assis là-dessus. J’ai vu un tas de battage médiatique il y a quelque temps (en repensant à l’année dernière à un moment donné?) Et j’ai ramassé une copie de l’eBook pour une bonne affaire. Cependant, je n’ai jamais eu le temps de le lire, car quelque chose de plus brillant et de plus joli a toujours attiré mon attention en premier. J’ai récemment remarqué qu’il avait fait partie du SPFBO l’année dernière, et il s’en est plutôt bien sorti : 2ème place au général. Ce n’est pas mal du tout. Donc, j’ai pensé que je ferais mieux d’y arriver et de voir de quoi il s’agissait.

LEGACY OF THE BRIGHTWASH est le premier d’une série, The Tainted Dominion, de l’auteur (actuellement) auto-publié Krystle Matar. L’histoire tire son nom du grand fleuve qui traverse le centre de la ville de Yaelsmuir et tisse des aspects de ce monde créé de la même manière que son homonyme. Tashué Blackwood, un ancien héros de guerre et maintenant un officier de l’Autorité, s’emploie à surveiller ceux qui ont été jugés « souillés », ceux qui contiennent en eux la capacité d’utiliser la magie.

Le monde lui-même est quelque peu familier et est souvent qualifié de fantasme de « lampe à gaz ». Pour moi, cela avait une saveur plus ou moins anglaise, mais des différents aspects de l’histoire, le décor était peut-être l’un des morceaux les moins développés. Les Tainted que le personnage principal surveille sont à tous points de vue aussi humains que le reste de la population, mais parce qu’ils ont la capacité d’utiliser la magie, ils sont traités comme des individus inférieurs. Si vous pensez à la façon dont les soi-disant prédateurs sexuels sont traqués et traités dans le monde d’aujourd’hui, vous ne seriez pas loin de comprendre quelles restrictions pourraient être en place ici. La seule différence est que dans ce cas, le seul « péché » de ces personnes est qu’ils peuvent faire quelque chose que la majorité de la population ne peut pas : utiliser la magie.

Lire aussi :  Critique : Léopard noir, loup rouge

L’histoire commence dans un endroit très sombre, en fait, lorsque le cadavre d’une jeune fille échoue sur les rives du Brightwash dans les limites de la ville. Il se trouve que M. Blackwood est à proximité, et bien que sa compétence n’inclue pas nécessairement l’enquête sur de tels événements, il est attiré par la fille et son histoire autant qu’une abeille est attirée par la fleur proverbiale. Bien que la complexité et la nature variée du reste de sa vie l’éloignent de la fille et de ce qu’elle représente, son histoire tourne finalement autour d’elle.

La grande majorité de cette histoire est racontée du point de vue de deux personnes. M. Blackwood, et l’un des Tainted auquel il a récemment été affecté : Mme Stella Whiterock. Ils vivent côte à côte. Il sait qui elle est, et elle le connaît. Il a une fille dont Tashué est particulièrement amoureux. Avant la mission, ils avaient ce qu’on pourrait appeler une romance familiale qui n’avait abouti à rien jusqu’à présent, mais ces rôles ont quelque peu changé après la mort du gestionnaire de Mme Whiterock et la mission qui en a résulté pour Tashué. Ajoutez à cela certaines politiques locales qui tentent d’attirer M. Blackwood dans leur flux, et le sort de son fils étant l’un des Tainted indociles détenus au pénitencier local, et l’histoire commence rapidement à respirer et à prendre une vie. de sa propre.

Je ne peux pas sous-estimer à quel point j’ai été captivé par ce livre après les premiers chapitres. Il a fait *tellement* son travail. Une forte introduction du personnage principal, l’introduction de l’élément spéculatif, un événement incitatif, et même un fort fil romantique. Ajoutez à cela une écriture vraiment impressionnante, et j’étais non seulement accro, mais positivement embroché. L’auteur fait un très bon travail pour développer non seulement le monde et ses personnages, mais aussi un sens inné de la moralité propre au monde et à ses peuples. Plus je restais longtemps, plus je réalisais que le monde n’était pas seulement l’espace positif et idyllique que Tashué essaie d’en faire, mais qu’il y a des aspects beaucoup plus sombres et horribles dans le monde et ceux qui le gouvernent, que moi. Je n’aurais jamais pu croire. Ce changement se déroule au milieu du bras de fer de la relation avec Mme Whiterock et ceux qui souhaitent l’utiliser pour leurs efforts politiques. Lentement, au fur et à mesure que l’histoire progresse, la croyance de Tashué dans les choses auxquelles il a consacré sa vie commence à s’effondrer, et cela entraîne un changement dans ses opinions et ses motivations.

Lire aussi :  Critique : Stormblood

Une histoire fantastique bien ficelée qui traite principalement de romance, mais qui met en scène un monde tout aussi sombre et violent que celui que nous connaissons.

En fin de compte, il y avait quelques choses qui empêchaient cela d’être la lecture brillante que j’espérais. Le premier fait référence au concept d’attente et d’équilibre. Avec le début donné, je m’attendais à ce que l’histoire de la fille morte soit beaucoup plus motrice qu’elle ne l’était. Finalement, l’histoire est revenue à la fille, mais à l’époque, je n’avais pas vraiment l’impression que cela avait réussi à mettre fin à l’intrigue pour moi. Cependant, la romance entre les deux personnages principaux a fini par dominer presque tout le reste. Maintenant, si l’histoire avait commencé comme une romance, au lieu de quelque chose qui ressemblait plus à un sombre mystère, je n’aurais probablement pas eu de problème avec ça. Mais comme cela s’est produit lorsque j’ai lu le 22/11/63 de Stephen King (EBR Review), la romance a pris le dessus sur une histoire qui promettait d’être quelque chose de différent.

Le deuxième aspect qui a dilué l’histoire pour moi était le grand nombre de personnages POV présents. En fin de compte, il semblait que l’histoire que l’auteur essayait de raconter était devenue un peu incontrôlable. Il y avait trop et trop de pièces à présenter. C’était définitivement une longue lecture, donc l’inclusion de ces personnages mineurs, bien qu’intéressante, a fini par édulcorer l’histoire pour moi plutôt que de la terminer. Pour moi, il y avait suffisamment de choses qui auraient pu être racontées du point de vue de Tashué et Stella pour raconter une très bonne histoire.

Lire aussi :  Critique : Machine

Le troisième problème que j’ai eu était de cacher des informations à l’un des personnages POV qui m’intéressaient. C’est quelque chose qui me dérange toujours. En l’occurrence, je pense que l’histoire aurait pu être beaucoup plus forte si la véritable histoire derrière le personnage avait été donnée d’emblée. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionnait.

Pourtant, je peux tout à fait comprendre pourquoi ce livre a fait aussi bien que dans le dernier SPFBO. Beaucoup de narration forte, une excellente écriture et une tapisserie complexe de monde et de personnages qui en ont vraiment fait une lecture engageante. J’espère que lorsque (pas si) l’auteur est casté dans une publication grand public, nous verrons un peu de peaufinage et de rationalisation des compétences déjà impressionnantes de cet auteur qui rendront ses livres particulièrement spectaculaires.

  • Âge recommandé : 18+ pour contenu sexuel et violence graphique
  • Langage: Fort, quelque peu limité à des caractères spécifiques
  • La violence: Assez fort. Pas particulièrement sanglant.
  • Sexe: Trois scènes passionnantes dignes d’un roman romantique

Traite des meurtres et de la violence contre les jeunes enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.