Procès de trahison

Critique : Procès pour trahison


Amazone

Je n’avais donc jamais entendu parler de Dave Duncan avant que ce livre n’arrive chez moi. En tant que rédacteur en chef ici à EBR, c’est moi qui récupère les livres et les distribue. Il fut un temps, quand j’ai commencé ici il y a huit ans, où Steve m’envoyait du matériel et je le lisais parce qu’il me le demandait ; parfois je pouvais choisir. Pas plus. J’avoue que c’est maintenant typique pour moi de lire les deux premières pages de tout ce qui apparaît et de m’en tenir à ce qui me semble intéressant. J’avoue aussi que la couverture de ce livre ne m’a pas particulièrement accroché.

Mais ensuite j’ai lu les deux premières pages. Et puis j’ai lu les deux premiers chapitres. Ensuite, j’ai cherché Dave Duncan sur le wiki et ce type a quelque chose comme 40 livres à son nom ! Dans quel donjon ai-je été enfermé pendant toutes ces années ? J’y ai d’abord remédié en lisant PROCÈS POUR TRAHISON, puis je continuerai à voir ce qu’il a d’autre.

Ce livre est amusant, rapide et globalement divertissant. Pensez-y comme un Dresden Files médiéval rencontre Terry Pratchet lite. Ce qui signifie que cela ne fera pas flotter le bateau de tout le monde, et ce n’est pas particulièrement littéraire, mais j’espère que les lecteurs qui ne connaissent pas Duncan trouveront un nouvel auteur pour leur pile « To Read ». Il est intelligent, un peu excentrique et très facile à lire.

TRIAL FOR TREASON concerne Durwin, charmant nouvellement assermenté et soumis à Sa Majesté le roi Henri II, roi d’Angleterre (et de la majeure partie de la France). Dans IRONFOOT, le premier livre de la série (TBT est le deuxième), Durwin attire l’attention du roi, qui paie pour son éducation magique, et quand il aura terminé, il rejoindra le groupe de sbires serviables du roi. Mais il semble que Durwin doive d’abord faire ses preuves car il a été envoyé avec le jeune Sir Neil pour régler une éventuelle insurrection de trahison à Lincoln. Durwin emmène avec lui l’apprenti sorcier Eadig, et découvre bientôt qu’il est au-dessus de sa tête, car il est confronté à la magie noire et aux satanistes qui n’ont aucun scrupule à la manier.

Lire aussi :  Critique : La Cité de Jade

Comme mentionné ci-dessus, l’histoire commence dès la première page et progresse à un rythme engageant. J’aime vraiment les livres avec une intrigue définitive où toutes sortes de choses se produisent. Tout se construit bien et tout se termine bien à la fin (y compris un chapitre qui s’est senti cloué à la fin pour résoudre un trou majeur dans l’intrigue). Il y avait un tampon frustrant entre les deux grandes scènes, ainsi qu’un point culminant un peu en deçà des attentes, mais cela explique probablement plus ma sensibilité personnelle que les besoins narratifs de Duncan.

Divertissant et intelligent, THE TRIAL FOR TREASON parle de Durwin, une nouvelle génération de magiciens de l’Angleterre du 12ème siècle qui se consacrent au mystère et au chaos.

Facilement aussi grande que la narration animée est la caractérisation. Dès la première page, les forces et les faiblesses de Durwin sont exposées, et il ne se retient pas. Cette histoire est racontée principalement de son point de vue (en partie celui d’Eadig) au passé, on peut donc dire qu’il est un homme plus âgé qui regarde en arrière avec satisfaction et quelques regrets les mésaventures de sa jeunesse. Nous voyons les autres personnages à travers les yeux de Durwin et apprécions son plaisir dans l’intelligence et les forces de ceux qui l’entourent. Les chapitres PoV d’Eadig ne semblaient pas très différents de ceux de Durwin, mais ils ont fait le travail.

La magie de l’Angleterre du XIIe siècle, telle qu’envisagée par Duncan, est un apprentissage dispersé de rouleaux et de livres. Les Charmeurs essaient d’accroître les connaissances en créant de petites écoles, dont l’une est l’endroit où Durwin apprend son métier. Mais Durwin s’est avéré plus intelligent que ses sages professeurs d’école, car il a découvert que de nombreux textes anciens ne fonctionnent pas pour une raison : les charmeurs n’aiment pas vraiment partager et cacher des astuces dans leurs textes. Supprimez les fils de déclenchement et le tour est joué, des sorts qui fonctionnent vraiment. Cette découverte a donné à Durwin une réputation, mais maintenant il doit amener son intelligence dans le monde réel et l’appliquer dans une situation difficile. Curieusement, Durwin n’a pas vraiment appris à combattre les satanistes à l’école. Nous voyons Durwin en action alors qu’il utilise des sorts qu’il trouve en cours de route et, haletant, il est même capable de créer le sien. La magie est bien intégrée dans l’histoire. Duncan nous fait également la faveur de décrire suffisamment le paysage et la ville pour que nous ayons une bonne idée du type d’environnement dans lequel vivent Durwin et ses amis : campagne anglaise, châteaux, maisons diverses, voire donjons.

Lire aussi :  Critique : Faux

Ce serait un livre amusant pour les adolescents plus âgés, ainsi que pour tout parent qui aime se livrer à un peu de mystère et de chaos avec sa magie.

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: Aucun
  • Violence: Quelques morts, mais pas de détails macabres
  • Sexe: embrasser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *