Remise des prix Nébuleuse 2018

Bilan : Nebula Awards Showcase 2018


Amazone

Quand j’ai mentionné à mon mari que je passais en revue NEBULA AWARDS SHOWCASE 2018 (Amazon), il m’a demandé, le fait que toutes ces pièces aient été nominées pour un prix n’est-il pas une critique en soi ?

Ce n’est pas une mauvaise question. Mais je pense que la réponse est juste : plus ou moins ? Les anthologies sont difficiles. Même les anthologies dans lesquelles toutes les histoires ont été pré-vérifiées peuvent sembler gonflées ou inégales. En fait, je n’ai pas ramassé une anthologie depuis longtemps pour ces deux raisons : les dernières lectures que j’ai lues semblaient être beaucoup de recherche et de tamisage pour très peu d’or. Donc, même avec les mots « Nebula Awards Display » sur le devant, j’étais sceptique.

Et j’avais tort. Cette anthologie regorge de pièces fortes, à la fois de nouvelles et de nouvelles, ainsi que (malheureusement, mais probablement inévitablement) de nouvelles. Jane Yolen, qui était la rédactrice en chef de cette anthologie, a dû faire face à une tâche difficile, mais j’ai senti que les pièces qu’elle a incluses dans les prix parlaient de l’étendue et de la profondeur du domaine. Elle a arrangé les morceaux d’une manière qui émeut agréablement le lecteur, juxtaposant les différents tons et styles des histoires individuelles.

J’ai trouvé que les nouvelles du recueil étaient particulièrement fortes et le gagnant « Les stations de verre et de fer » d’Amal El-Mohtar est une belle pièce de narration fantastique, réunissant un certain nombre de contes folkloriques différents d’une manière satisfaisante et fraîche.

« Sabbath Wine » (nominé pour une histoire courte) de Barbara Krasnoff Il a attiré mon attention en raison de son impact émotionnel. La moins «fantastique» des nouvelles, se déroulant au début du XXe siècle à New York, cette histoire de deux garçons et des fardeaux que partagent leurs familles est bien conçue, tirant sur la corde sensible sans complaisance.

Lire aussi :  Critique : Nous chevauchons la tempête

Deux pièces que j’ai trouvées particulièrement intéressantes à la lumière de la l’esprit de l’époque « Nos serres peuvent écraser les galaxies » (nominée pour une histoire courte) par Brooke Bolander et « L’Orangerie » (Novelette nominée) par Bonnie Jo Stufflebeam. Chacune de ces pièces, bien que très différente dans le ton et le style, utilisait la mythologie pour explorer les thèmes de la violence, de la sexualité et de l’impuissance des femmes face au mauvais comportement des hommes. Bien qu’ils aient été écrits bien avant aujourd’hui, après avoir été publiés en 2016, ils se sont (malheureusement) sentis plus pertinents que jamais.

THE NEBULA AWARDS SHOWCASE 2018 était un bon moyen de présenter des auteurs et de vous rappeler pourquoi la science-fiction/fantastique sous forme courte peut être géniale.

Caroline M. Yoachim (nominée pour une histoire courte) « Bienvenue à la clinique médicale de la station de relais interplanétaire | Heures depuis le décès du dernier patient : 0″ Il mérite également une mention pour aborder les difficultés persistantes de l’assurance tout en étant très divertissant, une véritable prouesse de talent.

Deux des romans nominés qui ont attiré mon attention démontrent à quel point la fiction spéculative peut être délicieusement variée. il m’a frappé « Les grains de sang parlent à travers les souvenirs » de Jason Sanford pour sa construction du monde. Dans un avenir où le prix élevé de l’impact de l’humanité sur la planète a été résolu grâce à une fusion de technologie et de magie, Sanford explore le véritable coût du système pour une famille.

Lire aussi :  Critique : La cité des mensonges

« Vous allez sûrement vous noyer ici si vous restez » par Alyssa Wong a attiré mon attention pour son excellente prose. L’histoire semble surréaliste et d’un autre monde, tout en restant ancrée dans les détails quotidiens qui empêchent le lecteur de se sentir comme si la prose avait plus de valeur pour l’écrivain que l’histoire. Wong évite intelligemment ce défaut, qui peut être courant dans des pièces plus courtes, et tisse une histoire effrayante avec une sensation folklorique du sud-ouest que j’ai appréciée.

Comme le rappelle le dernier exemplaire du livre aux lecteurs, l’EXPOSITION DES PRIX NEBULA est « publiée chaque année depuis 1966 ». Et je me demande si ce format aurait pu être plus utile avant Internet, alors que j’aurais dû acheter un certain nombre de magazines/publications différents pour lire des documents qui sont maintenant facilement disponibles en ligne. Exemple concret : toutes les pièces de ce livre ont été publiées en 2016, ont reçu des prix (ou non) lors de la cérémonie de 2017, et l’anthologie elle-même n’est sortie qu’en août 2018. Il y a de fortes chances que près de deux ans plus tard, son premier publication, si quelqu’un avait voulu lire ces histoires, il l’a probablement déjà fait.

Ou, du moins, c’est ce que vous pensez, mais ce n’est pas toujours vrai, surtout pour les nouvelles. Par exemple, parmi les sélections que j’avais lues précédemment, l’une était le roman TOUS LES OISEAUX DU CIEL par Charlie Jane Anders et l’autre était le petit roman « Le Bijou et son Lapidaire » de Fran Wilde. Cela montre peut-être mon penchant individuel pour les romans, mais cela pourrait également suggérer qu’il est plus facile de tomber sur des œuvres plus longues (par opposition à des œuvres plus courtes) en parcourant vos bibliothèques ou librairies locales.

Lire aussi :  Critique : Le livre qui ne brûlait pas

Bref, c’était bien d’avoir une collection. Je ne suis pas sûr à 100 % que ce soit un livre que j’achèterais, autant qu’un livre que j’emprunterais à la bibliothèque, mais cela semblait être un bon moyen de me présenter aux auteurs et de me rappeler pourquoi la science est une forme abrégée . fi/fantasy peut être génial.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Varie, mais la plupart des histoires n’étaient pas trop mauvaises
  • Violence: Oui Varie, mais certainement des histoires sanglantes.
  • Sexe: Étonnamment peu, pas très explicite lorsqu’il est mentionné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *