Dieux de Jade et d'Ombre

Critique : Dieux de Jade et de l’Ombre


Amazone

De la couverture : « L’ère du jazz bat son plein, mais Casiopea Tun est trop occupée à nettoyer les sols de la maison de son riche grand-père pour écouter des airs rapides. Cependant, il rêve d’une vie loin de sa petite ville poussiéreuse du sud du Mexique. Une vie que vous pouvez appeler la vôtre. Pourtant, cette nouvelle vie semble aussi lointaine que les étoiles, jusqu’au jour où il trouve une curieuse boîte en bois dans la chambre de son grand-père. Elle l’ouvre et libère accidentellement l’esprit du dieu maya de la mort, qui demande son aide pour reprendre son trône à son traître frère. L’échec signifiera la mort de Cassiopée, mais le succès pourrait faire de ses rêves une réalité. »

J’ai passé du temps à réfléchir à ce livre depuis que je l’ai terminé, ne sachant pas trop comment écrire cette critique. Le livre était à la fois un récit direct mais aussi inattendu. Les personnages étaient reconnaissables mais étranges. Et la fin était surprenante mais aussi ce qu’elle aurait dû être. GODS OF JADE AND SHADOW est le genre de livre qui couvre les genres (mythiques/dieux et passage à l’âge adulte), les publics (adultes et YA) et les thèmes (amour/loyauté/famille et estime de soi), ce qui en fait un livre difficile à lire. définir.

Le premier chapitre de DIEUX DE JADE ET D’OMBRE a failli ne pas me tenir en haleine. La description de Moreno-Garcia de notre personnage principal, Cassiopée, était un peu énergique, assez pour donner l’impression que le début de l’histoire d’aventure de n’importe quelle autre fille : elle est intelligente et fougueuse, mais pauvre et opprimée. Heureusement, nous n’avons pas à attendre longtemps pour que l’histoire de Cassiopée devienne une aventure et qu’elle soit emmenée en compagnie d’un dieu maya de la mort.

Lire aussi :  Critique : Les serveurs de guerre

Son nom est Hun-Kamé, et il est à peu près ce que l’on attendrait d’un dieu maya de la mort : arrogant, puissant et certainement pas humain (même s’il en a l’air). En même temps, il est reconnaissant que Cassiopée le libère de l’emprisonnement de son frère, mais en même temps la force à l’aider. Son frère a caché des parties importantes de Hun-Kamé à travers le Mexique dans le but de le forcer à les retrouver, risquant sa propre force pour le faire. Hun-Kamé et Cassiopée surmonteront-ils ces obstacles avant la fin du temps imparti ?

En cours de route, Cassiopée est entraînée dans un monde étrange de démons, de sorcières, de sorciers, à quoi ressemble vraiment le monde souterrain et les luttes intestines entre les dieux. Malgré la nature fantastique des aventures de Cassiopée à travers le Mexique et les courants magiques qui les traversent, on ne peut s’empêcher de se demander si c’est peut-être un peu vrai.

GODS OF JADE AND PAIN de Moreno-Garcia est un fantasme de la mythologie moderne sur les dieux, le destin, le changement et la compréhension de votre vrai moi.

Moreno-Garcia prend les mythes mayas et tisse une histoire dans une ère plus moderne, forçant un dieu ancien à affronter une réalité des temps modernes et une femme moderne comme Cassiopée, qui sait ce qu’elle veut, et cela n’implique certainement pas d’être dans chaînes à un homme (ou à un dieu) pour le reste de sa vie. Elle fait ce qu’elle doit pour aider Hun-Kamé et se libérer de ses liens avec lui. Mais bien sûr, la proximité de l’autre les change tous les deux : Hun-Kamé apprend ce que signifie être humain et Cassiopée se rend compte de la force qu’elle ignorait avoir. En fin de compte, les deux doivent prendre des décisions qui impliquent de grands sacrifices personnels, des décisions qui pourraient changer non seulement eux, mais le monde, car les plans du frère de Hun-Kamé impliquent de rétablir le sacrifice humain, comme autrefois.

Lire aussi :  Critique : Thin Air

DIEUX DE JADE ET D’OMBRE est engageant, facile à lire et présente aux lecteurs un cadre qu’ils ne connaissent peut-être pas. Mais en même temps, il contient des thèmes familiers et universels.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Un tas
  • La violence: Une poignée d’instances, mais plus classées PG
  • Sexe: Bisous et références vagues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *