Les lunes de Barsk

Critique : Les Lunes de Barsk


Amazone

BARSK : THE ELEPHANT GRAVEYARD (EBR Review) a été une si agréable surprise que je ne peux m’empêcher de sourire chaque fois que je pense à l’expérience de la lecture de ce livre. Et je me sens mal, bien sûr, parce qu’il a fallu beaucoup de temps pour arriver enfin en haut de ma liste de lecture. Il était drôle et engageant et intelligent sans avoir l’impression de se plier en aucune façon. Alors quand j’ai vu qu’il allait y avoir une suite… j’ai décidé que j’allais faire ce qu’il fallait. Sans parler du fait que j’étais en fait assez excité d’apprendre que nous aurions plus du monde de Barsk. En fait, je peux encore ressentir cette émotion le moins du monde, même de ce côté-ci de mon expérience de lecture.

Ce qui est plutôt intéressant, car cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi déçu par une suite.

THE MOONS OF BARSK (Amazon) est le deuxième livre de ce qu’on appelle maintenant la série Barsk de Lawrence M. Schoen. J’ai lu une version ebook avant de recevoir la couverture rigide. Même si j’aime tant les livres physiques, je ne pense pas que ma déception provienne du fait que j’ai dû le lire sur mon Kindle. 🙂 Revenir dans le monde de Barsk fut un immense plaisir. Le début semblait familier, avec un nouveau Fant s’approchant de l’île mourante, et Pizlo est entré en scène très rapidement. Même Jorl a fait une apparition dans ces premiers chapitres et même si je l’ai trouvé un peu lent au début, j’étais pleinement préparé à profiter de chaque minute de cette nouvelle histoire.

Lire aussi :  Critique : Éden

Et c’est pourquoi réaliser que cela n’allait pas être une grande histoire était si décevant. Je me souviens encore de cette heure au cours de laquelle mon excitation et mon anticipation de ce qui allait arriver ont tourné au vinaigre, se sont gâtées et se sont effondrées en cendres. Je suis revenu du déjeuner ce jour-là inquiet et confus, et finalement déçu par la direction que prenait l’histoire et la façon dont elle était présentée.

L’un des aspects de GRAVEYARD que j’ai négligé était l’épisode occasionnel de POV d’un personnage qui n’était pas l’un des trois principaux. Pendant cette heure du déjeuner, MOONS m’a fait passer de trois points de vue à six. Et au lieu de me raconter une histoire convaincante, ce que j’ai eu, c’est beaucoup de Fants dans l’espace qui m’ont donné des informations et beaucoup de Fants à Barsk qui réfléchissaient. Encore plus ennuyeux, ce schéma se répète plusieurs fois, et bientôt nous avons eu près de dix POV, et à quoi bon avoir 10 personnages de POV différents à moins qu’ils ne fassent que transmettre des idées au lecteur et les diluer ? Quelle histoire est disponible ?

L’intrigue, telle qu’elle est, concerne l’idée que certains Fant veulent s’étendre dans l’espace, contre la volonté de l’Alliance, et que d’autres races veulent essayer de coloniser Barsk, également contre le pacte de l’Alliance. Pizlo, maintenant âgé de quatorze ans, passe la première moitié du livre à théoriser avec l’archétype pontifiant de l’homme qu’il a trouvé au CIMETIÈRE, et la seconde moitié à errer presque sans but, trouvant des pièces d’un puzzle dont il ne connaît pas vraiment l’existence. Pizlo était le héros de l’histoire de CIMETIÈRE. J’étais motivé, concentré et heureux. Maintenant… maintenant il est devenu universitaire. A quatorze ans. Et franchement, c’est ridiculement ennuyeux.

Lire aussi :  Bilan : Déclaration des droits des magiciens

THE MOONS OF BARSK est une suite médiocre qui ne parvient pas à retrouver l’excitation de son prédécesseur. Finalement décevant et parfaitement médiocre.

Bien qu’il y ait des extensions apportées au monde (ou à l’univers) de Barsk, et que davantage soit révélé sur l’élégant système magique des nefshons de particules d’âme, j’ai été complètement déçu non seulement par l’évolution de l’histoire, mais par l’un des personnages d’intérêt. Duplication d’événements négligée et absence d’impact majeur, même lorsque l’impact aurait dû être évident. Les personnages prennent des décisions qui ne calculent pas, mais permettent à Jorl et Pizlo de comprendre ce qui se passe, ce qui est important, je suppose (non, pas vraiment).

Ce que ce livre aurait pu être, c’est une excellente trame de fond à intégrer dans quelque chose de vraiment intéressant ou engageant. Il n’y avait presque aucune envie de tourner la page pour moi, aucune tension, aucune anticipation. Je m’en fichais de savoir qui vivait où ou pourquoi ils faisaient quoi. Et la fin. La fin. De la même manière que la plupart des histoires littéraires se terminent, la fin de MOONS aurait pu être une assez bonne scène d’ouverture pour ce que l’histoire de MOONS aurait dû être. En parlant de cela, je ne sais pas pourquoi le titre du livre a quelque chose à voir avec les lunes de Barsk, puisqu’elles ont joué un rôle presque sans importance ; plus d’un morceau mineur en fait.

Pourtant, même si j’ai critiqué le livre dans cette critique, ce n’était pas si mal. L’auteur sait enchaîner les mots de manière à ce que je n’aie pas l’impression de trébucher en lisant. Il essaie de présenter les nouveaux personnages avec un regard et un sens pour leur vie, ce qui est une meilleure vision que la plupart des auteurs de science-fiction le feraient. Cependant, à mon avis, c’était un livre de science-fiction très typique. Je suis un peu contrarié que mes attentes aient été si élevées et que la note de ce livre ait été faible en conséquence. Et c’est très mauvais. Parce que GRAVEYARD était un très bon livre.

Lire aussi :  Critique : Route de Sparrow Hill

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: Peu commun mais fort
  • Violence: Il n’y a pas de violence physique réelle, mais il y a des menaces de mort.
  • Sexe: Quelques références directes, quelque chose de fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *