Légion: Les nombreuses vies de Stephen Leeds

Critique : Légion : Les nombreuses vies de Stephen Leeds


Amazone

Stephen Leeds n’est pas votre héros moyen. Il se considérerait comme un gars assez normal, rien de vraiment spécial à regarder ou à savoir. Au moins jusqu’à ce que vous commenciez à parler à des gens que personne d’autre ne peut voir.

Il vous dira que ce ne sont pas des hallucinations, qu’il n’est pas fou. Stephen ne les considère pas comme des hallucinations, il les considère plutôt comme des manifestations ou des aspects. Vous voyez, Stephen est en fait un génie et utilise ces aspects comme une sorte de référentiel de connaissances : Ivy l’aide à interagir avec les gens et à interpréter le comportement, JC est son autoprotection (ou sa paranoïa, si vous préférez), et Tobias est son référentiel. de connaissances.

Avoir ces aspects présente des difficultés, car même un génie a besoin de beaucoup d’énergie mentale pour maintenir son expertise dans des domaines comme la photographie, la chimie, les langues… et pour Stephen, ce nombre magique semble se situer autour de 50. Même ainsi, il peut gérer seulement avoir 3 ou 4 le suivre à un moment donné (tandis que les autres restent dans leurs chambres dans son manoir littéral). C’est un peu difficile d’avoir une vie romantique quand il y a des observateurs que votre rendez-vous ne peut pas voir. L’avantage est que les gens vous paient beaucoup d’argent pour résoudre leurs problèmes. Cette vie est clairement une épée à double tranchant.

Si vous lisez « Legion » (critique EBR), Sanderson nous a présenté Stephen et ses hallucinations et les problèmes qui les entourent (allez-y et lisez la critique bien écrite de Steve, puis revenez). « Legion » est également inclus dans LEGION : LES NOMBREUSES VIES DE STEPHEN LEEDS afin que vous puissiez avoir toutes les histoires ensemble. Mais bien qu’il s’agisse d’une collection de « courts métrages », ils travaillent en fait ensemble pour raconter une histoire globale qui explique Stephen, comment il utilise ses aspects pour résoudre des problèmes délicats, ainsi que les conséquences qui en résultent lorsqu’il ne peut pas garder le contrôle.

Lire aussi :  Bilan : Au large d'Armageddon Reef

La première histoire est expliquée dans la revue « Legion » de Steve. « Skin Deep » traite de la vie amoureuse troublée de Stephen et se transforme en une enquête sur la mort d’un employé d’une entreprise de haute technologie. L’un des ingénieurs avait réussi à utiliser les tissus humains comme nouvelle frontière du stockage de l’information – imaginez pouvoir transformer le corps humain en un ordinateur ambulant, vous n’auriez plus jamais besoin de transporter un ordinateur portable. Au moins c’était la théorie. La question est : existe-t-il une concurrence suffisamment désespérée pour tuer cette nouvelle technologie ?

Sanderson poursuit les histoires de Stephen Leeds dans LEGION : LES VIES MULTIPLES DE STEPHEN LEEDS, où l’on suit les méthodes d’un héros improbable.

Dans « Lies of the Beholder », nous ouvrons avec Stephen rencontrant une journaliste nommée Jenny qui veut écrire son histoire. Jusqu’à ce qu’il soit contacté par Sandra, la femme qui l’a aidé à prendre le contrôle de ses aspects il y a toutes ces années, et il semble qu’il soit en danger. Il part brusquement et utilise la caméra dans  » Legion  » pour retrouver Sandra. Malheureusement, Jenny insiste pour l’accompagner; Comme il n’a pas obtenu son entretien, il décide de le voir en action.

LEGION est très amusant à lire. Le récit de Sanderson nous entraîne assez rapidement, avec suffisamment de préfiguration pour nous tenir informés mais sans insulter notre intelligence, et avec suffisamment de problèmes incomplets pour nous faire nous demander à quel point Stephen est vraiment sain d’esprit. Mieux encore : les fins sont suffisamment tordues pour nous tenir en haleine. Vous l’apprécierez, tout comme vos lecteurs adolescents les plus exigeants.

Lire aussi :  Critique : La Cité de Jade

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: Bit
  • Violence: Quelques coups de feu et la mort, mais pas horribles ou sanglants.
  • Sexe: quelques bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *