armoise

Critique : Artémis


Amazone

Je n’ai jamais saisi l’occasion de lire Le Martien. J’ai regardé le film, j’ai essayé de récupérer le livre audio une fois, mais c’était une mauvaise copie de CD et je n’ai jamais réessayé. Récemment, l’un de nos illustres fans nous a demandé de lire et de critiquer le prochain livre de Weir, Artemis. Curieusement, j’ai également dû faire face à une mauvaise copie sur CD d’un livre audio pour celui-ci (j’adore ma bibliothèque, mais oui, cela semble arriver souvent), mais j’ai mis mon esprit de spécialiste des fusées dans le problème et j’ai compris comment pour obtenir ce travail. Et nous voici. Intéressé par ce que nous pensons de lui ? J’ai pensé que tu pouvais l’être.

ARTEMIS (Amazon) est le deuxième roman d’Andy Weir, ce qui peut parfois être difficile à réaliser. Peu importe qu’il s’agisse du deuxième livre d’une série ou de votre deuxième roman autonome, « Sophomore Novels », comme on les appelle, est connu pour faire des ravages sur l’auteur et son public de lecteurs.

Jazz Bashara vit sur la lune. Elle et une population assez nombreuse vivent dans une ville-habitat appelée Artemis. Il y a beaucoup de choses qui sont différentes pour elle que pour nous, les terriens normaux. La gravité est nettement plus faible, la pression atmosphérique est également considérablement plus faible et la grande majorité de tout le monde vit dans les bulles et les tunnels de la ville. Ils sont complètement fermés de l’extérieur car, avouons-le, la lune est une amoureuse coriace. 😉 Cependant, il y a aussi beaucoup de choses qui ressemblent beaucoup à la Terre. Par exemple, les couches sociales y battent leur plein, il y a un ventre à découvrir si on y regarde d’assez près, et le moteur de l’humanité, petite et grande, tourne toujours autour d’une chose : l’argent. .

Lire aussi :  Critique : Dragons de fer

Jazz est un porteur, déplaçant des objets pour les gens d’un endroit à un autre, mais elle travaille comme contrebandière et parfois comme voleuse, c’est là qu’elle gagne son vrai argent. Elle est dure et pratique, ne montrant à peu près que son côté dur à ceux avec qui elle interagit. Elle s’entraîne également pour être l’une des rares autorisées à enfiler une combinaison EVA et à quitter l’habitat en tant que guide touristique de la surface lunaire. Et il y a un flux constant de touristes pour soutenir un tel effort. En fait, ce nouveau travail lui rapportera beaucoup plus d’argent, et elle a de grands espoirs pour cet objectif, mais les plans ne se déroulent pas toujours comme… euh… prévu.

La partie la plus forte de ce roman pour moi était la voix de Jazz. En tant que personne d’intérêt, elle est bien dessinée, intelligente et assez drôle quand elle en a besoin. Son sort en tant que membre de la sous-classe de cette ville sur la lune était suffisamment convaincant pour retenir mon intérêt, et l’histoire est bien présentée et contient une quantité décente de construction du monde parsemée de sorte qu’elle ne s’efface jamais. -tronqué, même au début. Je pensais que cela aurait pu être décrit comme un peu plus sympathique, car il y a eu des moments où les bonnes choses que l’auteur fait avec sa voix et la description de sa vie n’étaient pas suffisantes pour me conduire avec impatience au chapitre suivant. Je veux dire, pourquoi devrais-je m’en soucier si elle n’obtient pas le travail, ou si son petit ami l’a larguée, ou s’il y a des gens louches qui traînent dans les maisons qu’elle visite en tant que portier, si ça me dérange aussi ? beaucoup?

Lire aussi :  Critique : Le loup

Si je devais classer celui-ci, je dirais que l’histoire ressemble plus à une histoire de braquage, bien qu’il faille un peu de temps pour entrer dans cette phase du jeu. L’écriture elle-même était assez décente, mais il y a eu des moments où j’ai trouvé les descriptions un peu insuffisantes. C’est à cette époque que tout le truc de « vivre dans l’espace » a commencé à se sentir un peu trop simple et trop banal, et j’ai manqué d’avoir ces rappels constants et réguliers que l’espace dans lequel je vivais était DIFFÉRENT.

Jazz Bashara vit sur la lune et bien que sa vie soit difficile, elle la rend beaucoup plus difficile en menant des batailles qui ne sont pas nécessairement les siennes.

Cependant, ce qui a vraiment empêché le roman d’être autre chose que médiocre pour moi, c’est le fait que l’histoire semblait petite. Seules très peu de personnes sont référencées dans les chapitres. Quand il y a des moments où des décisions très ouvertes doivent être prises, il n’y a qu’une seule possibilité dans l’esprit du personnage principal, et il finit toujours par avoir raison. Presque tout s’est déplacé en une seule ligne droite et a évité la plupart des rebondissements que la société en général peut jeter sur les œuvres. Et je veux dire, d’accord, nous parlons d’une ville relativement petite à la surface de la lune, mais la vie n’est pas SI simple.

Je pense toujours que ce sera un livre que les gens pourront apprécier. Appelez ça un roman pop-corn. Quelque chose qui, si vous lisez vite et n’y pensez pas trop, en profitant simplement de la balade et en avalant tout ce qui se présente à vous, vous pourriez décider que c’était une balade assez décente. Pourtant, ce n’est pas forcément tout ce que j’attendais d’un roman de science-fiction. Un peu trop facile et un peu trop petit pour être tout sauf ordinaire pour moi.

Lire aussi :  Critique : Amnistie

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: fort mais rare
  • Violence: Quelques combats et quelques morts, mais rien de trop sanglant ou de trop distrayant.
  • Sexe: Une poignée de références et quelques conversations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *