le livre de la magie

Critique : Le livre de la magie

Gardner Dozois écrit dans l’introduction de THE BOOK OF MAGIC (Amazon) qu’il «[…] s’est efforcé de couvrir le monde entier de la magie » (xv). Les histoires rassemblées dans cette anthologie couvrent un large éventail de personnes et de lieux magiques. Bien qu’il existe de nombreux sorciers en robe, la magie prend de nombreuses formes dans cette anthologie.

Ce n’est pas une erreur si LE LIVRE DE LA MAGIE commence et se termine par une fantaisie comique. L’énergie et l’humour affichés dans la première et la dernière histoire propulsent le lecteur dans l’anthologie et l’envoient avec le sourire. la première histoire, KJ Parker « Le retour du cochon » suit un sorcier qui retourne à contrecœur dans sa ville natale pour trouver un nouvel utilisateur de magie, tout en essayant de déjouer ses rivaux. La chute et l’essor de la maison du sorcier Malkuril par Scott Lynch Cela commence par un sorcier, mais se termine par une maison sensible et diverses tribus de kobolds essayant de survivre dans un monde difficile. C’est amusant et doux à la fois. Bien que ces histoires diffèrent par leur portée et leur cadre, elles partagent un sens de l’absurde et faisaient partie de mes préférées de la collection.

Il y a aussi beaucoup de contes drôles et ironiques entre les deux. « Le diable est n’importe quoi » par Andy Duncan Soit « Pas de travail de moi » par Elizabeth Bear ils étaient de bons exemples de jeu combiné avec une écriture serrée. La voix de Duncan est particulièrement forte dans son histoire sur le gendre du diable essayant d’échapper à un piège tendu par le vieil homme.

Lire aussi :  Critique : Trail of Lightning

Bon nombre d’histoires avaient au moins un lien avec les œuvres précédentes d’un auteur, qu’elles reviennent à des personnages ou à des mondes familiers. Par exemple, le protagoniste de « Widowmaker » de Lavie Tidhar c’est Gorel de Goliris, dont les histoires sont rassemblées dans les anthologies de Tidhar. Je n’avais jamais lu Tidhar auparavant et cette histoire était étrange et engageante, bien en elle-même sans les autres histoires pour le contexte.

THE BOOK OF MAGIC a un petit quelque chose pour tout le monde… tant que vous cherchez quelque chose de Fantastique. Une excellente lecture.

L’une des rares pièces que je n’aimais pas était « La chanson du feu » de Rachel Pollack, non pas à cause d’une mauvaise écriture, mais parce que son histoire était si profondément enchevêtrée avec son travail précédent que même le travail lourd d’exposition qu’il a fait n’a pas pu sauver l’histoire pour moi. Cependant, si vous êtes déjà fan, je suis sûr que c’était un épisode amusant.

Il était difficile de choisir des histoires à présenter dans cette revue car la qualité était élevée et j’ai vraiment apprécié la plupart des offres; ce serait un excellent moyen d’explorer et de découvrir des auteurs à aimer. Pour moi aussi j’ai redécouvert d’anciens favoris. ça fait un moment que je n’ai pas lu Megan Lindholdm (alias Robin Hobb) (« Service communautaire ») Soit Kate Elliot (« Bloom »), et les deux sélections m’ont rappelé que je devrais le réparer bientôt. L’histoire de Lindholm était un fantasme moderne avec une sorcière mangeuse de jouets super effrayante, tandis que l’offre d’Elliot était un cadre fantastique plus traditionnel mais avec un système de magie intéressant et un protagoniste désagréable qui avait un bon arc. D’autres vieux favoris qui ont attiré mon attention inclus « Le bâton dans la pierre » de Neil Gaimanl’histoire d’un sorcier qui veut qu’on le laisse seul, mais qui est obligé de sortir de sa cachette pour sauver la ville dans laquelle il réside.

Lire aussi :  Critique : L'âge des ténèbres

Si vous êtes à la recherche de fantaisie urbaine, « Le Loup et la Manticore » de Greg Van Eekhout il se déroulait à Los Angeles avec des indices d’un avenir radicalement différent et de la magie cool. Si vous recherchez plus de fantaisie urbaine, de steampunk ou de slipstream, nous vous conseillerons peut-être de chercher ailleurs. C’est de la fantaisie avec un « F » majuscule.

Chaque histoire fait environ 30 pages, ce que je mentionne uniquement parce qu’elle est suffisamment longue pour produire potentiellement des histoires gonflées pleines de mots et de personnages inutiles. Heureusement pour les lecteurs, THE BOOK OF MAGIC contient des histoires qui utilisent judicieusement leur nombre de mots pour réunir des personnages fantastiques et de la magie dans une variété divertissante. Une anthologie forte avec une série d’histoires mémorables, LE LIVRE DE LA MAGIE ravira les lecteurs.

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: Une ou deux histoires avec plus de langage, la plupart avec très peu.
  • La violence: Oui, la magie peut faire des choses désagréables aux gens, mais généralement pas des tonnes de sang.
  • Sexe: Très peu. Des allusions pour la plupart.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *