méduses téléchargées

Critique : L’Ascension de Méduse


Amazone

La vraie politique, la vraie corvée et l’usure des comités clandestins, des débats et des législations d’un kilomètre et demi, c’est du ronflement. À moins que vous n’aimiez lire une jurisprudence obscure ou une clause de logement idiote qui interdit aux gens de vivre dans un « repaire d’iniquité », il y a de fortes chances que vous n’apprécierez aucune fiction politique.

Heureusement pour vous et moi, j’aime lire des textes aussi secs que de la peinture sur un mur.

MEDUSA UPLOADED suit Oichi Angelis, un ver, la plus basse des castes sur le vaisseau générationnel Olympia. Découvrant un secret qui pourrait renverser fondamentalement sa société structurée et stratifiée, elle est réduite au silence par l’une des élites. Mais par hasard, Oichi est sauvé par une mystérieuse armure vivante et une IA cachée, la titulaire Medusa. Ensemble, les deux s’efforcent de provoquer une révolution politique, un exécutif mort et corrompu à la fois.

Il y a un monde fascinant ici, de futurs aristocrates autoritaires, de serviteurs usés mais éloquents, et l’idée de ce que la violence politique et l’art du meurtre font à soi-même, à son âme et à sa société. La question, comme le demande Oichi elle-même, est classique.

Le changement peut-il provenir de moyens aussi impitoyables ?

Malheureusement, l’histoire repose sur trop de deus ex machinas sans tension (la quasi-invulnérabilité de Medusa rend toute séquence d’action presque inoffensive), des développements pratiques et peu subtils et des événements aléatoires. Pour être honnête, écrire un thriller est difficile : il faut tenir compte des machinations des personnages, créer suffisamment d’impasses, de coïncidences subtiles et de préfiguration de l’intrigue pour divertir le lecteur. Et en même temps, vous devez l’équilibrer avec une intrigue engageante.

Lire aussi :  Critique : Aux profondeurs qui se noient

Malgré son intrigue intrigante, le roman n’arrive pas à se décider sur une direction centrale de l’intrigue : un thriller politique futuriste ou un roman costumbriste de science-fiction. Et incapables de s’appuyer sur sa structure d’intrigue mixte, les personnages secondaires n’existent que pour faire avancer la liste des résultats d’Oichi, l’aider dans son expérience sociale ou offrir des coupons d’intrigue, puis, comme les outils dont Oichi se débarrasse, disparaissent pendant des pages entières.

Du côté positif, le roman et Devenport comprennent que la politique n’est pas une mentalité nous contre eux. C’est Oichi contre ce clan contre ce mystérieux tiers contre le chien qui vit dans sa tête. Bien sûr, il n’y a pas de chien sur la tête, mais Davenport cloue la réalité de la politique.

Il n’y a pas de conflit bilatéral dans l’arène politique, du moins pas ici.

De plus, il y a un récit vivant et personnalisé du fonctionnement du vaisseau, de l’interaction des castes et de la façon dont cet avenir et le passé de la Terre sont révélés à travers les yeux d’Oichi. Pour ceux qui souhaitent construire un monde en profondeur, il y a suffisamment de fantômes sur ces navires funéraires pour satisfaire le fan ou l’enthousiaste de la construction du monde.

Mon problème particulier avec le roman, et de nombreux thrillers politiques, est que la plupart des antagonistes possèdent le QI collectif d’une éponge de mer séchée au soleil. Ils sont assez intelligents pour déjouer leurs clans rivaux insipides et cruels, mais pas assez intelligents pour peut-être contrôler la mort mystérieuse desdits rivaux. Même avec le piratage pratique d’Oichi et la falsification de preuves, tout le monde a apparemment une amnésie de l’intrigue, à moins qu’il ne soit nécessaire de faire avancer l’intrigue.

Lire aussi :  Critique : Summerland

Bien que décevant à certains égards, il existe un concept solide dans MEDUSA SUBIDA, un conteur intrigant et suffisamment d’intrigue pour garder les lecteurs engagés.

L’amnésie du complot politique est un syndrome légitime qui affecte nos pauvres amis fictifs.

Aussi, je peux dire avec certitude que ce roman est le début d’une série.

Bien que décevant à certains égards, rugueux avec ses machinations, il y a un concept solide, un narrateur intrigant et suffisamment d’accroches pour l’inévitable suite pour que les lecteurs attendent avec impatience le prochain roman. Essayez-le et décidez par vous-même si ce thriller est un suspense ou une histoire de rêve.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Bon montant.
  • Violence: Un mélange de violence hors écran et de violence directe.
  • Sexe: Sous-entendus et allusions à des agressions sexuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *