Unité

Critique : Unité

J’ai besoin de lire plus de science-fiction. Je n’arrête pas de me dire cela, puis je m’éloigne de tout choix dans le genre. J’ai trouvé ce livre dans la pile de livres que nous lancent les éditeurs, dans l’espoir d’obtenir une critique bénéfique. D’après ce dont je me souviens, les couleurs vives et la fine colonne vertébrale sont ce qui a attiré mon attention ici, et le fait que ce n’était pas seulement de la science-fiction, mais qu’il avait été commercialisé comme une histoire qui « résonnerait aux lecteurs LGBTQ+ » a scellé l’affaire. pour moi. J’essaie toujours ici. Essayer de trouver une bonne histoire dans la science-fiction. Bonne histoire des auteurs marginalisés. Cependant, je ne peux pas dire qu’il ait encore beaucoup de succès. Peut-être que quelqu’un d’autre a une suggestion décente?

UNITY est le premier roman de l’auteur Elly Bangs et s’articule autour d’un concept intéressant, sinon tout à fait unique : l’idée que plusieurs personnes deviennent un être « plus grand ».

Danae est un exemple de l’un de ces êtres plus grands et, à sa manière, elle est unique. Il a vécu à Bloom City, dans les profondeurs de l’océan, attendant le moment où il doit retourner à la surface et se réunir avec le reste de ce qu’il est. Elle ne veut pas impliquer son petit ami actuel, mais il est assez évident qu’il ne la quittera pas des yeux, si cela signifie qu’il peut l’aider… et peut-être lui-même… en cours de route. Cependant, il y a une raison pour laquelle une grande partie de la population de la Terre vit maintenant sous la surface de l’océan. La terre est inhospitalière et sèche, détruite par le changement climatique causé par les mauvaises décisions que les humains ont prises et est gouvernée par des superpuissances mafieuses qui sont constamment en guerre. C’est un équilibre ténu, et qui mérite un combat. Pour les aider à faire le voyage, ces deux accros à la technologie vont embaucher un ancien mercenaire devenu soldat à gages, Alexei, qui a ses propres problèmes concernant son désir de rester au pays des vivants.

Lire aussi :  Critique : Age of Ash

L’histoire va et vient entre Danae et Alexei. Danae est en fuite du chef de la mafia qui dirige Bloom City, et Alexei vient de rentrer d’un travail où il a été embauché par ce même chef de la mafia pour affronter un puissant rival. Avec des aides et des entraves, le voyage de Danae hors de l’océan, puis à travers une terre aride semblable à quelque chose dans un film Mad Max, elle est constamment aux prises avec le fait d’éviter la prochaine catastrophe.

Au niveau de l’écriture, c’était plutôt correct. L’auteur fait un bon travail de mise en scène et de transmission des personnages importants en cours de route. L’histoire est divisée en quatre parties. Le premier sous l’eau. La seconde, à travers la terre poussiéreuse. Le troisième, à mon avis, n’avait aucun sens car il transmet la trame de fond d’un personnage fusionnant avec Danae pour faire partie de son « collectif ». Cela n’a pas du tout bougé l’histoire, et cela a vraiment ralenti les choses. La quatrième et dernière section détaille l’arrivée à destination et les révélations qui s’ensuivent lorsqu’il retrouve enfin son chemin « chez lui ».

L’histoire décemment engageante d’une fille qui est plus qu’une simple fille essayant de revenir à la conscience mixte qu’elle appelle chez elle.

Je ne peux pas dire que j’ai trop aimé la fin. Il semblait assez ésotérique dans sa nature, traitant principalement de la complexité des idées entourant le concept central de combiner diverses personnes en un seul tout. Bien que motivé par des personnages et des événements qui ont apprécié leur temps sous les projecteurs, je peux dire que j’ai suffisamment aimé celui-ci pour atteindre ce niveau de goûts, et j’ai suffisamment ressenti la troisième section et la fin pour le réduire à un truc « j’aime et déteste » .

Lire aussi :  Critique : Le colporteur de rêves

Cependant, étant donné le choix de lire un livre comme celui-ci ou un livre complètement médiocre, je prendrai quelque chose comme ça n’importe quel jour.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: fort mais rare
  • La violence: Une quantité décente de violence à court terme, mais pas beaucoup de sang.
  • Sexe: Quelques suites et une… scène détaillée non traditionnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *