héritier de sang

critique : héritier de sang


Amazone

J’ai été assez surpris quand j’ai vu ce livre sur un mur de ma bibliothèque locale. Certains d’entre vous connaissent peut-être ou se souviennent de quelque chose du battage médiatique qui a surgi autour de ce livre en 2018. Il s’agit du premier roman de l’auteur, et lorsqu’il est sorti pour les premières critiques, il y avait un tas de gens qui ont commencé à se plaindre bruyamment. sur la façon dont le livre était raciste et tolérait l’esclavage, et il y avait un énorme tollé à ce sujet. Cependant, au moment où je l’ai découvert, le livre avait été retiré de la publication, à la demande de l’auteur, et n’était plus disponible pour examen. Cependant, j’étais excité quand j’ai vu que le livre avait évidemment été publié après tout, et que j’allais voir de quoi il s’agissait.

Il s’avère qu’il n’y avait pas grand-chose à exciter.

BLOOD HEIR (Amazon) est l’histoire d’une princesse exilée vivant dans un monde similaire aux Slaves, essayant de se venger de l’homme qui a assassiné son père, le roi. Il s’agit du premier livre d’une trilogie planifiée centrée sur Anastacia Mikhailov, qui a d’abord été cachée du monde en raison de ses capacités magiques et a ensuite fui le château lorsqu’elle a été accusée du meurtre de son propre père.

Le début de l’histoire est assez impressionnant. Cela fait presque un an qu’Ana s’est échappée du château où elle a grandi, et elle cherche depuis tout ce temps un moyen de retrouver l’homme qui a tué son père. On vous a parlé d’un escroc intelligent, Ramson Quicktongue, qui a un moyen de trouver à peu près n’importe qui dans tout le royaume. Malheureusement, il est détenu dans une prison de haute sécurité et elle est déterminée à le libérer d’abord de son incarcération, puis à le remettre à sa volonté. C’est une bonne idée. Un peu simple, mais c’est ainsi que les jeunes voient le monde.

Lire aussi :  Critique : Les nouvelles voix de la science-fiction

Il était assez dans le livre quand ils se sont évadés de prison. Ces deux premiers chapitres décrivaient une fille désespérée et prête à tout pour atteindre son objectif. Elle est ce qu’on appelle une affinité, une personne qui a une affinité pour une idée ou une chose particulière et qui a donc un contrôle magique sur elle. En fait, elle est une affinité sanguine, un type d’affinité très rare et puissant. C’est-à-dire qu’elle peut physiquement manipuler le sang. Même lorsqu’il coule à l’intérieur du corps d’une personne. Lorsque son père, le roi, réalisa cela huit ans avant le début de l’histoire, il la cacha du monde et tout ce qu’il avait à offrir à la jeune princesse.

À l’époque, ce à quoi il n’était pas préparé, c’était de découvrir que le voyou qu’elle libère de prison aurait également du temps de POV.

L’histoire d’une princesse accusée à tort du meurtre de son père qui utilise sa capacité magique pour assassiner ceux qui se dressent sur son chemin vers la justice.

Ramson est un personnage plutôt antipathique. Avant d’être emprisonné pour comploter pour tuer le roi, était le bras droit de ce qui équivaut à un patron de la mafia. Seulement, il a été trahi par un traître au sein de l’organisation et s’est ensuite retrouvé en prison pour un crime qu’on lui avait ordonné de commettre. Par conséquent, sa motivation est de travailler pour se venger de ce chef de la mafia et de retrouver sa position de pouvoir. Encore une fois, une bonne idée, mais aussi assez simple dans sa construction. Ce n’est en aucun cas un « mec sympa » et j’ai trouvé qu’il n’avait pas beaucoup de qualités rédemptrices. Ce qui signifie qu’il est plus qu’heureux d’utiliser la fille de toutes les manières dont il a besoin pour obtenir ce qu’il veut. Surprise Surprise.

Lire aussi :  Critique : Enfants de sang et d'os

Malgré une narration décente au début, une fois que l’histoire s’ouvre, un certain nombre de difficultés surgissent. Le monde lui-même semble vraiment petit. Tous les endroits où Ana doit se rendre dans le royaume sont à moins d’une semaine de balade à cheval. Et même s’il s’agit d’un royaume entier, il exige que M. Quicktongue trouve l’assassin de son père en moins de trois semaines. Ensuite, il y a la partie sur la couverture arrière à propos de « [the] empire en spirale dans le chaos », mais les éléments qui émergent dans l’histoire qui étaient évidemment ceux qui favorisaient le chaos possible… étaient un petit groupe unique d’un nombre modéré de personnes. Il y a aussi beaucoup de dumping de données qui ressemblent à du dumping de données, et une fin qui n’avait pas beaucoup de sens pour moi.

Cependant, le plus gros problème que j’ai eu était la mauvaise interprétation des deux points de vue. L’un des grands « thèmes » du livre (oui, c’est le mot « t », les gens) est que l’esclavage est mauvais et doit être aboli. Ce qui est un idéal très louable. Ne vous méprenez pas. Le seul problème est qu’elle ne vit pas dans un monde qui, de quelque manière que ce soit, correspond à cet idéal. Elle est la fille de la personne la plus puissante sur terre. Le royaume de son père survit littéralement et prospère grâce à l’asservissement et au contrôle forcé de Kindred, quelle que soit leur puissance. Il y a toujours quelqu’un pour exploiter ce pouvoir. En raison d’un manque total de compréhension de qui est Ana et peut-être de ce qu’elle avait appris dans son enfance, il n’y a jamais eu de motivation ou de justification pour qu’elle fasse les choses qu’elle ferait au nom de « libérer les autres ». esclaves » (plus le message possible que « c’est le sujet que l’auteur veut vous enseigner »). Il y a aussi le thème de la relation qui se développe entre ces deux personnages. Je n’ai tout simplement pas compris. Au moment où il a même commencé à se développer, presque toutes les caractérisations étaient tombées de la page, et la fréquence à laquelle l’histoire revient à ce concept unique a essentiellement dépassé l’intrigue principale. Cela m’a laissé l’impression que je venais d’être victime de l’ancien changement.

Lire aussi :  Critique : La cicatrice d'argent

Une dernière chose que je dois vraiment mentionner est le fait que ce livre est censé être commercialisé comme un livre de 12 à 17 ans. Il n’y a aucun moyen que ce livre soit quelque chose qu’un enfant de 12 ans devrait lire. La quantité de violence et de meurtres perpétrés par le personnage principal, son acceptation désinvolte du besoin et du désir de cette violence, et une menace très évidente de viol contre le personnage principal excluent pratiquement la possibilité que ce livre soit approprié pour un 12 garçon d’un an, à mon avis.

Indépendamment de ce que j’ai pensé de l’histoire, je suis fier que l’auteur ait choisi de publier le livre et de ne pas avoir laissé un groupe relativement restreint de personnes aux opinions malheureuses la dissuader de poursuivre son rêve d’être un auteur publié. Bon pour elle. Et je dis continue comme ça.

Une lecture décente mais simple, mais vraiment rien d’enthousiasmant.

  • Âge recommandé : 15+ pour violence
  • Langage: Insultes raciales peu fréquentes et modérées
  • La violence: Sang fréquent, mort, meurtre et torture.
  • Sexe: menace de viol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *