plongée juste

Critique : Dive Smack


Amazone

DIVE SMACK (Amazon), le premier roman junior de Demetra Brodsky, est un mystère au rythme effréné qui transmet à la fois l’exaltation et l’épuisement de la vie d’adolescent avec une touche surnaturelle. Dans le jargon de la plongée, une  » bosse de plongée  » se produit lorsqu’un plongeur juge mal son entrée et frappe l’eau douloureusement plutôt que doucement. Il décrit également la situation de Theo Mackey, qui est le capitaine de l’équipe de plongée et a de bonnes chances d’obtenir une bourse pour Stanford, s’il peut empêcher le reste de sa vie de devenir incontrôlable.

Lorsque Theo se voit confier un projet d’histoire familiale à l’école, il panique. Cependant, Théo a une bonne raison : il jouait avec des allumettes la nuit où sa maison a brûlé et tué sa mère. Il se reproche à la fois sa mort et celle de son père, survenue trois ans plus tard. Alors quand Théo se voit confier un projet d’histoire familiale à l’école, il… panique. La mauvaise nouvelle est que la seule façon pour Theo de connaître son histoire familiale est de demander à son grand-père alcoolique ou à son oncle Phil, qui hésitent à répondre à ses questions. La bonne nouvelle est que son béguin Iris est dans son groupe, mais même cela ressemble à plus de stress pour Theo.

Sous une pression croissante pour bien performer dans l’équipe de plongée et dans son projet d’histoire familiale, Theo commence à avoir des flashbacks. Alors que des souvenirs perdus refont surface, Theo commence à douter de son propre récit d’enfance et de sa relation avec son oncle Phil. Cuando Theo se da cuenta de que algunos de sus ‘recuerdos’ aún no han ocurrido, sospecha que comparte el don de su madre para la precognición y que puede haber más en la historia que siempre se cuenta a sí mismo sobre el incendio que destruyó su foyer. Travaillant avec Iris et son meilleur ami Chip, Theo découvre des informations de plus en plus dérangeantes qui le poussent à affronter son passé.

Lire aussi :  Critique : Dragon Mystique

Brodsky donne à Théo une intériorité bien réalisée. Même si le livre plonge dans le surnaturel, Theo a toujours du mal à être un bon capitaine d’équipe, à gérer le stress du travail scolaire, les traumatismes familiaux (y compris un soignant alcoolique) et à sortir avec Iris – des luttes qui concerneront une grande variété d’adolescents. .

DIVE SMACK, un premier roman YA, est un mystère au rythme effréné qui transmet à la fois l’exaltation et l’épuisement de la vie d’adolescent… avec une touche surnaturelle.

Theo et son meilleur ami, Chip, ont la relation la plus convaincante du livre; malheureusement, les efforts de Brodsky pour donner la même crédibilité à la romance naissante de Theo avec Iris échouent. Une partie de cela peut avoir été ma suspicion inhérente à l’égard des personnages de sauvetage de papillons, ce qu’Iris fait l’une des premières fois que nous la rencontrons, ainsi que diverses autres caractéristiques qui l’ont poussée vers la «fille de rêve pixie maniaque». En essayant de connecter un « jock » et un « nerd », Brodsky s’appuie trop sur les stéréotypes pour qu’Iris brille vraiment.

L’une de mes plus grandes déceptions avec DIVE SMACK était que Brodsky n’a jamais développé les éléments gothiques et d’horreur dans son roman. Au début, je pensais que ce manque de chair de poule était délibéré; l’histoire est rythmée comme un thriller, et de nombreux thrillers ne se transforment jamais en horreur à part entière malgré leurs éléments les plus sombres. Cependant, après avoir lu les visions terrifiantes de Theo, la divination précise d’Iris, une visite dans un établissement psychiatrique délabré qui littéralement Il a un cimetière attenant, et la révélation de certains jumeaux effrayants, ces éléments gothiques ont été ressentis non seulement comme un coup de chance, mais comme essentiels à l’intrigue de Brodsky. L’horreur est déjà là, en s’y penchant, à la fois avec le ton et l’attention narrative, je pense que Brodsky aurait pu faire passer ce livre de bon à excellent.

Lire aussi :  Critique : Black Lotus Kiss

Brodsky se vend également en contournant mal l’apogée. À un moment donné, je me suis demandé si j’allais me raccrocher et devoir lire une suite pour trouver des informations critiques car la vente était si longue. Parce que l’apogée arrive si tard, il n’y a pas de place pour un véritable dénouement ; En ne permettant pas à ses personnages (ou lecteurs) d’accepter les conséquences de ses découvertes, Brodsky perd un certain impact émotionnel.

Dans l’ensemble, je pense que les lecteurs YA apprécieront ce livre. Les défauts narratifs que j’ai mentionnés ne coulent pas ou ne nagent pas (ha!) Et Brodsky est un écrivain suffisamment fort pour que je sois intéressé à lire un roman ultérieur d’elle.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Ouais, beaucoup d’ados jurent
  • Violence: Pas grand-chose : une scène de combat culminante.
  • Sexe: Une bonne quantité d’insinuations sexuelles, une scène qui s’estompe au noir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *