Armistice

Critique : Armistice


Amazone

ARMISTICE (Amazon) choisit assez longtemps après AMBERLOUGH (EBR Review) pour que les événements intermédiaires démoralisent complètement nos protagonistes. L’éblouissement et les lumières de la scène ont disparu, laissant derrière eux l’angoisse et la fatigue. Et seuls quelques-uns des survivants sont revenus.

Cordelia Lehane, une ancienne strip-teaseuse, dirige maintenant la résistance amberlinienne contre le régime fasciste des Ospies, ou du moins elle l’a fait, jusqu’à ce que les choses deviennent trop chaudes à la maison. Marquée et effrayée, elle s’échappe d’Amberlough pour le pays matriarcal de Porachis, où elle rencontre son ancien copain de cabaret, Aristide Makricosta.

Aristide réalise actuellement des films pour l’industrie cinématographique florissante de Porachin, un style de vie plus confortable que celui de Cordelia, mais lui aussi porte les cicatrices de l’invasion des Ospies. Il est grisonnant, plus suffisant et sombre dans l’alcoolisme; s’isoler du monde maintenant qu’elle croit que son amant Cyril est mort.

Le pied complaisant d’Aristide prend un certain nombre de coups, d’abord de l’arrivée inattendue de Cordelia, puis dans un moment vraiment déchirant lorsqu’il rencontre Lillian DePaul, la sœur de Cyril. Ces événements l’ébranlent suffisamment pour qu’il commence enfin à remettre en cause la générosité de son hôtesse à Porachis et se rende compte que malgré ses tentatives pour échapper à l’intrigue de son ancienne vie, il vit actuellement au bord d’un complot aux trop nombreuses conséquences à ignorer. .

Comme son frère Cyril, Lillian a avalé la pilule amère de travailler pour un régime fasciste pour protéger quelqu’un qu’elle aime. Dans ce cas, elle travaille pour protéger son fils Stephen, qui est actuellement à l’école à Amberlough. Lillian a travaillé la majeure partie de sa vie d’adulte sur Porachis, ce qui en fait un outil idéal pour les Ospies, qui commencent à l’utiliser pour un travail d’infiltration, l’emmêlant dans le même complot qui changera la vie d’Aristide et de Cordelia.

Lire aussi :  Bilan : Les proches de demain

L’écriture et le monde de Lara Elena Donnelly sont richement texturés. Il est très conscient des situations physiques de ses personnages, comme les maux de dos ou le sable dans les pieds. Loin de se sentir précieuse ou trop réfléchie, son souci du détail fonde ses personnages, leur conférant une riche spécificité.

ARMISTICE commence assez longtemps après AMBERLOUGH (Tome 1) pour que les événements qui se sont succédé démoralisent complètement nos protagonistes.

Les avantages de la prose délibérée de Donnelly sont évidents dans sa construction du monde. Plutôt que de longues « décharges d’informations » ou des monologues de personnages sur les caractéristiques uniques de leur monde, Donnelly construit la culture de Porachis avec des traits prudents, du type de tissu de pantalon qu’Aristide porte au type de personnes qui se trouvent à l’extérieur d’un bar à narguilé peu recommandable au dernière minute. nuit. C’est prudent et délibéré et finalement plus satisfaisant que beaucoup d’exposition parce que cela semble si naturel.

Le nouveau personnage de POV, Lillian DePaul, est un personnage très bien développé avec de nombreux atouts et défauts. Sa nature capable et calculatrice la rend bonne dans son travail; cependant, son personnage contient une bonne mesure d’imprévisibilité en raison de sa dévotion envers son fils Stephen et de sa réalisation réticente mais croissante qu’elle aime toujours le père de Stephen, Jinadh. Jinadh est veuf et est donc interdit par un tabou social de se remarier ou d’avoir des enfants, ce qui signifie que lui et Lillian ont gardé leur relation et la paternité de Stephen secrètes pendant des années. Donnelly excelle dans les relations compliquées, ce qui donne à ses personnages un véritable pathétique alors que les lecteurs les regardent lutter contre la société et leurs propres attentes.

Lire aussi :  Critique : Révolution d'arrêt sur image

S’il manque quelque chose à ARMISTICE, c’est simplement d’être un deuxième livre. Les personnages divertissants et brillants du premier livre sont toujours là, mais nous les abordons maintenant marqués et pleins de remords, sautant dans l’ombre et réticents à prendre des risques. Faire passer ces personnages d’un lieu de peur à l’action prend du temps, tout comme mettre en mouvement les pièces d’un schéma qui les réunira.

L’intrigue et la timidité occupent la première moitié du livre, et bien que cela semble nécessaire pour le développement du personnage, cela implique également de jongler avec divers fils de l’intrigue. Cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien en première mi-temps : des liens se nouent, les relations changent, des alliances se forgent. Et la seconde moitié du livre tient bien ces promesses, ce qui m’a laissé enthousiasmé par le troisième livre, mais souhaitant également que le deuxième livre ait couvert plus de terrain.

ARMISTICE commence lentement, mais l’accumulation prudente de tension porte ses fruits à la fin avec de l’action. Les personnages et la construction du monde continuent d’exceller, et je suis parti satisfait et j’attends avec impatience le troisième livre, qui semble être une sacrée aventure.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Coloré
  • Violence: Une bagarre, la torture est évoquée.
  • Sexe: Quelques détails modérés

Lire aussi :  Critique : La cité des mensonges

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *