Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Bilan : Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Ce n’est pas souvent que je réalise que je ne vais pas aimer un livre quand sa première ligne est terminée. Cela arrive cependant, et cela s’est avéré être l’un d’entre eux. Pour votre référence :

«Ils ont nommé le garçon Rory, parce que le premier-né de chaque génération était toujours un Rory, et ce depuis que le premier de ce nom s’était frayé un chemin à travers les ronces maudites du monde natal et avait sauvé le royaume de Thorne et, de pas, le princesse, des conséquences des mauvaises manières.

Dans ce cas, c’est la combinaison de sa longueur et d’une tentative ratée d’humour léger qui m’a découragé. Eh bien, cela et le ton de la chose, qui ne présageait rien de moins que des centaines de pages de détails inutiles, de caractère générique et de rebondissements paresseux. Au moins en cela, je n’ai pas été déçu.

COMMENT RORY THORNE A DÉTRUIT LE MULTIVERS est le premier livre de la Duologie des Chroniques de Thorne. Il raconte l’histoire de Rory Thorne, une princesse du royaume spatial de Thorne, qui l’a donnée pour épouser un prince qu’elle n’a jamais rencontré, sur une planète qu’elle n’a jamais visitée, en raison des événements dans lesquels elle a joué. Nulle part. C’est une histoire de princesse à l’ancienne. Et il parvient à s’en tenir à cette histoire… pendant environ 20 % du livre. Cependant, cela pourrait être une estimation un peu généreuse. Une meilleure description de l’histoire dans ces pages aurait probablement été intitulée : « CE QUE TOUT LE MONDE AUTOUR DE RORY THORNE FAIT QUAND IL A PRIS LA SEULE DÉCISION QUI A RUINÉ UNE PAIX GALACTIQUE TENTIEUX. Pas de multivers. Pas de destruction. Relativement petit Rory Thorne, même, jusqu’à la seconde moitié du livre.

Lire aussi :  Critique : L'héritage Brightwash

Comme je l’ai indirectement mentionné plus tôt, l’histoire est racontée du point de vue très vague d’un groupe de personnes entourant Rory Thorne. Sa mère, le vizir (beaucoup de lui), son garde du corps, son personnel de sécurité, le fils du ministre. Je veux dire, ils sont partout (je suis sûr que j’en ai raté plus que quelques-uns qui ont du temps POV), et très peu de caractérisation nulle part. Outre les sauts de tête, que je déteste absolument regarder. Alors oui, nous avons l’histoire de Miss Thorne alors qu’elle grandit de bébé à adolescente, et il y a beaucoup de manœuvres et de postures politiques, mais la princesse elle-même fait très peu. Tout ce qu’elle accomplit d’important n’arrive que très tard dans l’histoire. Mais jusque là ? Bupkis.

Il est assez évident dès le départ que l’auteur essaie de confondre les contes de fées avec la science-fiction ici, mais au lieu d’arriver à un conte de fées de science-fiction, ce que nous obtenons est un conte de fées dans l’espace. Ainsi, au lieu de proposer quelque chose de nouveau et d’unique, nous obtenons simplement un mélange des deux. Donc, il y a des royaumes… répartis sur plusieurs planètes. Il y a de *vraies* fées qui donnent à la princesse nouveau-née des cadeaux fantastiques qui lui permettent de lire dans les pensées des gens… et il y a des clones humains. Il existe un système magique appelé l’arithmancie… avec lequel vous pouvez manipuler les systèmes informatiques. Aucune de ces parties disparates ne s’emboîtait vraiment pour moi, et cela devenait une gêne chaque fois qu’elles se réunissaient car aucune ne semblait appartenir.

Lire aussi :  critique : héritier de sang

Avec très peu de RORY et beaucoup de tout le monde, ce livre serpente vers une fin qui ne ressemble en rien à ce que le titre suggère.

Je pense qu’une partie de mon problème avec ce genre de livres est que j’ai perdu patience avec eux. Avec une écriture relativement correcte et des personnages sous-développés, il faudrait une intrigue assez captivante pour avoir retenu mon attention. En fait, j’ai essayé de terminer le livre deux fois et j’ai échoué, avant de finalement le terminer à mon troisième essai. Lors des premières lectures, j’ai découvert que je ne suivais tout simplement pas ce qui se passait en raison d’un manque de caractérisation décente et (certes) d’une hypothèse erronée selon laquelle cette histoire était censée concerner Rory.

Je ne vois tout simplement pas l’intérêt de lire une histoire comme celle-ci. Ce n’était tout simplement pas agréable pour moi. Il y a évidemment ceux qui ont aimé. Au moment où j’écris cette critique, Amazon a une note de 4,6/5 étoiles. Bien qu’il y ait un total de 36 notes pour lui et que la chose soit sortie depuis un an. Alors… je dis d’éviter celui-ci.

Bonne chasse.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Très peu, quelques références et peut-être un ou deux exemples de quelque chose de fort.
  • La violence: Certains parlent de mort et de meurtre
  • Sexe: Quelques références mineures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *