les étoiles sont légions

Avis : Les stars sont légion


Amazone

Après la précipitation de la lecture de THE LIGHT BRIGADE (EBR Review), je voulais vraiment plonger dans plus d’histoires de cet auteur. Partout où je regardais, les gens semblaient parler d’elle et de la façon dont ses affaires étaient « là-bas ». C’est rare et nouveau et c’est une voix qui doit être entendue. J’aime l’imagination et l’émerveillement. C’est une des raisons pour lesquelles j’aime tant la science-fiction. En fait, c’est probablement pour ça que je l’aime. bon La science-fiction encore plus que la bonne fantasy. Mais avant tout cela, l’histoire doit être bien racontée à travers des personnages solides. Parce que sans ces deux choses, l’imagination et l’émerveillement n’ont tout simplement pas d’importance.

THE STARS ARE LEGION (Amazon) est le roman autonome le plus récent de l’auteur Kameron Hurley en plus de THE LIGHT BRIGADE. Il a encore quelques années. C’est définitivement bizarre dès le départ, et étant un roman autonome, tout a dû être construit à partir de zéro, donc nous en tirons beaucoup. Donc, logiquement, il est logique que la première fois que nous voyons quoi que ce soit dans ce nouveau monde presque complètement organique de la Légion, ce soit à travers les yeux d’un personnage qui a perdu la mémoire.

Les vaisseaux-mondes organiques de la Légion habitent un espace vide entre les étoiles là où les planètes que nous connaissons ne le sont pas. Les habitants de ces navires se livrent depuis des générations une guerre qui n’a jamais été clairement résolue, et cela devient rapidement un impératif car nombre de ces mondes s’effondrent et meurent. Les habitants des navires sont… Je les appellerai des individus (bien qu’ils soient tous désignés comme des femmes tout au long du livre) qui vivent dans l’un des nombreux niveaux imbriqués. Cependant, seuls ceux qui vivent sur les surfaces extérieures des navires sont au courant des autres navires de la Légion et peut-être même de la guerre qui fait rage entre eux. Les habitants sont plus une variante des êtres asexués, car seul le « sexe » unique est référencé et la naissance de nouveaux êtres semble presque spontanée. (À moins, bien sûr, que vous ne comptiez le vaisseau-monde comme un mâle qui les féconde tous continuellement, car il y a diverses mentions de la façon dont ils accouchent tous pour remplacer des parties du monde qui échouent …) Dans l’ensemble, c’est vraiment bizarre, mais c’est l’astuce de l’auteur je suppose.

Lire aussi :  Bilan : Pergélisol

Zan est un guerrier qui vit sur le vaisseau planétaire de Katazyrna. Il se réveille et se rend compte qu’il n’a aucun souvenir du navire ou de ce qu’il y fait. Elle est approchée tôt par un autre personnage nommé Jayd (le deuxième point de vue à travers lequel l’histoire est racontée) qui essaie de l’aider à traverser la douleur de la perte de mémoire. On dit à Zan qu’il a mené de nombreux raids contre le vaisseau mondial de la Légion Mokshi, dans une tentative de contrôler ce monde sain et ceux qui y vivent, mais continue d’échouer. Son échec le plus récent est survenu aux mains des Bhavajas, un autre membre de la Légion. Cependant, Jayd est seulement disposé à en dire beaucoup sur son passé à Zan et la supplie d’être satisfaite afin que son passé ne la rende pas folle.

Jayd, un très beau spécimen de son espèce, ne dit pas grand-chose non plus au lecteur. Cependant, nous découvrons bientôt qu’elle travaille avec des arrière-pensées à celles de Lord Katazyrna, et à la suite de ses tentatives pour atteindre une cible non spécifiée, Zan est « recyclée » (envoyée par un conduit dans le vaisseau mondial pour que ses parties organiques soient utilisées pour un autre but) par Lord Katazyrna, et Jayd épouse le rejeton des Bhavajas.

Vous l’avez probablement déjà remarqué (je crains que ma frustration ne se soit évaporée assez tôt), mais la moitié du roman nous est « racontée » par un personnage qui cache tout au lecteur jusqu’au point de l’intrigue où il fait le le sens le plus narratif. transmettre cette information. Beurk. Ajoutez à cela le fait que l’autre moitié de l’histoire est racontée par un personnage qui ne se souvient plus qui il est. Donc nos deux personnages sont celui qui ne sait rien et celui qui ne nous dit rien. C’était ridiculement frustrant pour moi en tant que lecteur. Jayd fait constamment référence aux « choses qu’il a faites » et à « ce qu’il essaie de faire ». En fait, la grande majorité de l’histoire, des motivations et des relations des différents personnages apparaît dans les 25 dernières pages environ. J’ai bien ri quand l’un des personnages impliqués dans cette révélation finale a dit quelque chose comme « Je ne comprends pas ».

Lire aussi :  Critique : Amnistie

CONSEIL À TOUS LES AUTEURS : si vos personnages disent qu’ils ne comprennent pas, il y a de fortes chances que vos lecteurs ne comprennent pas non plus. Cela ne vous donne pas le droit d’aller au-delà de ce point et de vous en tirer.

Pour ceux d’entre vous qui sont des lecteurs réguliers ici, vous saurez que, pour moi, le caractère est de la plus haute importance. Et des deux personnages POV de l’histoire, aucun ne transmet RIEN qui ressemble étroitement au personnage tout au long du livre.

THE STARS ARE LEGION est une recette de frustration qui ne correspond ni à l’émerveillement que devrait contenir la science-fiction ni au personnage qui rend l’histoire bonne

Nominalement, la meilleure partie possible de ce livre aurait dû être l’histoire des « aventures » de Zan alors qu’il évite les dangers des sous-niveaux de Katazyrna et revient à la surface et comprend enfin tout. Parce que? Je ne suis pas sûr, mais c’est comme ça que Zan a parlé de son voyage. L’un des gros problèmes avec cela est la construction du monde très peu profonde qui est véhiculée dans l’histoire. Nous obtenons des nouveautés occasionnelles parmi toutes les technologies organiques trouvées dans le monde, puis une ou deux pièces liées à cette nouveauté pour la rendre « complète ». Alors l’histoire avance. Les descriptions des environs de Zan sont au mieux rares et presque inexistantes pendant la majeure partie de l’histoire. Il y a des problèmes permanents de distance et de proximité. Les espaces décrits comme grands semblent parfois ridiculement petits. Cela m’a rappelé cette scène dans The Force Awakens lorsque Han et Finn pénètrent dans l’énorme tueur sur la planète Death Star Variant et trouvent Rey presque immédiatement. Les chances que de tels événements se produisent sont incroyablement faibles pour qu’ils n’existent pas. Beaucoup de choses ici se ressemblaient beaucoup. Certes, la seule partie de l’histoire qui m’a vraiment empêché de donner à ce livre une cote de « haine » était la nouveauté et l’étrangeté. Je veux dire, hé, c’est une histoire de science-fiction, donc ça doit compter pour quelque chose, non ?

Lire aussi :  Critique : Espace Révélation

Une chose est sûre. Si j’avais choisi ce livre en premier, au lieu de LA BRIGADE DE LUMIÈRE, je doute fort que j’aurais relu quoi que ce soit de cet auteur. C’est comme ça que cette histoire m’a semblé une perte de temps. Peu importe à quel point il est nouveau ou imaginatif ou exploratoire ou roman ou important ou quel que soit le cadre / l’intrigue / l’histoire, je m’en fous parce qu’IL N’Y AVAIT AUCUN PERSONNAGE nulle part dans le livre.

Dans l’état actuel des choses, je vais encore réfléchir longuement avant de lui reprendre quoi que ce soit. Vous devriez également. Si c’est le genre d’histoire qu’elle aime raconter, quelqu’un qui peut voir au-delà de ses défauts pourrait avoir le plaisir de la lire.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: pas beaucoup mais fort
  • La violence: Des morts de soldats, des morts de créatures effrayantes et du gore.
  • Sexe: Des références fortes et une scène rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *