sorcière de sang

Critique : Sorcière Sanglante


Amazone

Après la fin passionnante de WINDWITCH, il fallait savoir que l’histoire continuait, n’est-ce pas ? Nous sommes maintenant dans BLOOWITCH et la suite des histoires de Safi, Iseult, Aeduan, Vivia et Merik et leur rôle dans la protection du monde contre les machinations de The Raider King.

Qui se trouve être aussi le père d’Aeduan. Pauvre garçon.

Safi est à la cour de Marstok pour aider l’impératrice Vaness alors qu’elle réprime les intrigues contre son règne. Ceci, à son tour, empêche Safi d’épouser un homme puissant qui ne la veut que pour sa magie. Mais ce qu’elle veut vraiment, c’est revoir Iseult.

Iseult veut juste retrouver Safi, mais maintenant elle est avec Owl et Aeduan alors qu’ils voyagent à travers des terres déchirées par la guerre pour ramener Owl dans sa tribu. Mais Aeduan, malgré sa magie habituelle de sorcière de sang auto-guérissante, est frappé par des flèches maudites et sa magie commence à lui faire défaut et lui et Iseult se séparent.

Merik se retrouve emprisonné par Esmée la marionnettiste, une sorcière tisserande qui peut s’emparer du corps des gens en coupant leurs ficelles et se transformer en une armée de zombies qui fera tous ses caprices. Le cas de Merik est inhabituel en ce sens que c’est Kullen qui est déchiré, et comme ils sont frères jumeaux, Merik est affecté et souffre des ordres insensés d’Esmée.

La guerre dans les sorcières risque tout ce qui est cher à Iseult et Safi. Et parfois, il est nécessaire de recruter des alliés inattendus dans BLOOWITCH.

Lire aussi :  Critique : Chaque chose morte

L’intrigue avance, et au début on dirait qu’elle a un rythme soutenu, mais quand je repense au livre, j’ai eu l’impression qu’il y avait beaucoup d’errance pendant les 3/4 du livre, alors que le dernier 1/4 est là où tout se met en place pour une belle fin. .

BLOOWITCH change si rapidement les points de vue des personnages qu’il était difficile de s’immerger dans les histoires, ce qui avait pour résultat frustrant de rendre difficile l’investissement émotionnel dans les personnages. La seule histoire que j’ai appréciée à distance était Iseult / Aeduan, et c’était comme une promenade à travers les autres. Je ne voulais pas ressentir cela, mais maintenant je devrais me soucier davantage des personnages et de leurs histoires, n’est-ce pas ? Je pense que c’est peut-être parce que c’est plus un roman YA qu’un roman pour adultes (ce livre s’adresse davantage à mes enfants adolescents) et qu’il a ce sentiment de drame émotionnel pour adolescents qui ne fait tout simplement pas appel à ma sensibilité d’adulte.

Chaque roman « suit » un des personnages et leurs histoires, d’où les titres TRUTHWITCH (Safi), WINDWITCH (Merik), BLOOWITCH (Aeduan) ; mais par le livre trois, nous en savons déjà assez sur le passé d’Aeduan pour que les flashbacks soient ennuyeux. Beaucoup plus intéressant était son arc de personnage, car ses sentiments pour Iseult lui faisaient réaliser de dures vérités sur lui-même. L’arc de caractère de Merik était également gratifiant et approprié. C’est difficile pour moi d’avoir de l’empathie pour Vivia, mais elle est probablement la prochaine avec une avancée personnelle. Safi et Iseult ne changent pas beaucoup et du coup leurs histoires, bien qu’elles soient mouvementées, n’avancent pas beaucoup et je me demande quel sera leur but.

Lire aussi :  Critique : La fille et les étoiles

La magie est plus intéressante car tout le monde a des capacités différentes et nous pouvons les voir en action. Owl, une jeune sorcière terrestre, a été présentée à WINDWITCH et dont l’histoire et les capacités éveillent la curiosité. Après avoir été séparée de l’oncle et des mentors de Safi, des hommes font leur apparition et elle commence à remettre en question leurs actions. Vaness devient importante pour Safi alors qu’elle regarde le jeune monarque essayer de garder son trône en des temps troublés. Et d’autres autour de Merik et Vivia sont plus à risque lorsque le Raider King tente d’envahir leur ville.

Il y a la mort, les révélations magiques, les relations brisées et renouvelées (et vice versa), la guerre et la désolation, toutes très excitantes. Mais est-ce suffisant pour que les lecteurs en veuillent plus ? Pour moi, je suis encore assez curieux pour continuer à lire le prochain livre, mais si l’histoire continue à un rythme rempli de drames « Des jours et des vies », je pourrais simplement abandonner.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Un tas
  • La violence: Beaucoup de combats et de morts ; un peu de sang et de gore
  • Sexe: références mineures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *