Épée noire

Critique : Shadowblade


Amazone

Vous pouvez en dire beaucoup sur la construction du monde par le blasphème.

Je pense que cela est particulièrement vrai pour les jurons construits, ceux qui sont censés donner au lecteur un soupçon de saveur « dans le monde ». Une malédiction bien construite peut être un excellent moyen d’en apprendre davantage sur les tabous sociaux, la religion et les valeurs de caractère.

Les jurons sont également un excellent moyen de montrer du caractère – qui dit plus de jurons ? Moins? Le plus créatif ? Dans SHADOWBLADE par Anna Kashina (Amazon) Tout le monde les personnages, quels que soient leur classe, leur race ou leur sexe, maudissent tous de la même manière. « Cher Sel » est l’invocation/épithète de choix environ quatre-vingt-dix pour cent du temps.

Et je veux être clair ici. Je ne dis pas que j’ai besoin (ou que je veux) BEAUCOUP de jurons dans un roman. Mais la variété compte. C’est quelque chose que je ne remarque pas jusqu’à ce que, comme dans SHADOWBLADE, quelqu’un dise ou pense « Cher Sel » pour la énième fois et ça sonne faux, parce que c’est le seul gros mot que j’ai vu en deux cents pages.

C’est un problème relativement mineur, mais c’est une indication que la qualité de la construction du monde (et parfois des personnages) est superficielle. Et cet indicateur a été atteint pour SHADOWBLADE d’Anna Kashina.

SHADOWBLADE nous présente Naia, qui s’entraîne depuis des années pour devenir une épéiste Jaihar. Il est sur le point de perdre tout ce pour quoi il a travaillé après avoir agressé un enseignant et refusé d’expliquer pourquoi. À l’insu de Naia, sa possible expulsion a des répercussions plus larges. Dal Gassan, un guérisseur renommé et agitateur général, est la seule personne qui sait que Naia est la seule survivante du massacre qui a tué la famille royale de Challimar.

Lire aussi :  Critique : L'empereur gobelin

Dal Gassan n’est pas tout à fait sûr que la royauté royale de Naia soit réelle, mais elle est un élément clé de son plan pour renverser le régime actuel. Et pour ce faire, il aura besoin de toute la formation possible. Dal Gassan demande au directeur de reconsidérer et il accepte, à condition que l’un de ses Shadowblades examine Naia avant qu’il ne continue.

Karrim, un coureur de jupons notoire et un excellent épéiste, est sélectionné pour tester Naia, à la fois avec l’épée et pour sonder ses intentions. Ce processus rapproche les deux, et bien qu’il y ait beaucoup de tension sexuelle, ils savent que leur romance potentielle est interdite.

Avec le soutien de Karrim, les Jaihar acceptent de donner une seconde chance à Naia. Elle s’entraîne à l’épée, mais commence également à prendre des cours sur l’histoire de Challimar auprès d’un instructeur sélectionné par Dal Gassan, bien qu’on ne lui en dise pas la raison. À partir de là, l’histoire prend une série de rebondissements qui poussent Naia dans un territoire romantique et politique inexploré alors qu’elle tente d’accomplir son destin.

Le récit de SHADOWBLADE est médiocre, avec une construction du monde peu profonde et des personnages qui sont à la merci de l’intrigue, plutôt que de guider leur destin.

Mon principal problème avec les personnages était qu’ils étaient à la merci de l’intrigue. Le combat de Naia avec son maître révèle qu’elle possède un sens du bien et du mal, ainsi qu’une ténacité que j’apprécie. Karrim est mystérieux, mais il le reste : même s’il passe son temps sous les projecteurs du POV, on ne sait jamais pourquoi il décide d’arrêter de jouer au coureur de jupons pour Naia. Malgré ces caractéristiques, ils se sentaient superficiels. Quoi que l’intrigue ait besoin qu’ils fassent ou disent, ils l’ont fait. Alors quand Naia, après des années d’entraînement pour devenir une guerrière, se fait dire qu’elle doit maintenant agir comme une princesse (avec seulement quelques leçons à son actif), elle semble tout à fait d’accord avec ça, et même excitée d’être dans le rechercher. Les personnages aiment et détestent et tuent et conspirent sans la motivation interne qui m’a fait le croire.

Lire aussi :  Critique : King Hod

Le récit de SHADOWBLADE est finalement insatisfaisant. Il n’y a pas assez d’informations réelles sur les styles de combat et l’entraînement martial pour satisfaire les vrais fans. Il y a un fort fil de romance, mais je pense qu’il existe des moyens plus faciles d’obtenir un livre plus… « d’action », si vous comprenez ma dérive. Et bien que nous ayons une certaine conspiration tout au long du roman, la véritable intrigue politique ne commence qu’aux deux tiers du roman.

Je pense qu’il est possible de lier ces thèmes ensemble de manière satisfaisante, mais la tapisserie de Kashina avait l’air d’avoir des trous. Je donnerais un laissez-passer à celui-ci.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Aucun
  • La violence: Une petite épée agitée et un petit combat ou deux
  • Sexe: OUI. Deux scènes explicites et longues. Pensez érotique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *