Les dragons du dernier tsar

Critique : Les Dragons du Dernier Tsar


Amazone

Si vous lisez cette critique, c’est probablement parce qu’à un moment donné vous avez lu un livre avec un dragon dessus et réalisé que la plupart des sujets pourraient bénéficier des dragons, tels que : les machinations politiques sans fin, les guerres napoléoniennes, et oui. . même des tacos.

Tout va mieux avec les dragons.

Et maintenant, cette liste comprend l’histoire russe.

« Les dragons tourmentaient à nouveau les provinces. Ils l’ont fait chaque fois que le tsar était en colère contre les Juifs. » Jane Yolen n’avait pas l’intention d’écrire d’autres histoires de dragons, mais lorsque ces lignes lui sont venues à l’esprit, l’image d’ailes de cuir dans le ciel sombre du nord ne l’a pas quittée. Nous devrions être reconnaissants pour les caprices du destin créatif car LES DRAGONS DU DERNIER TSAR (Amazon) est un roman intelligent et bien écrit qui vaut la peine d’être lu.

THE LAST TSAR’S DRAGONS (co-écrit par Yolen et son fils Adam Stemple) suit le destin du dernier tsar russe et de sa famille alors qu’ils sont avalés vivants par la révolution, tout comme leurs dragons avalent leur proie. Les dragons du tsar ont été dressés pour chasser les Juifs de Russie, qui vivent dans la peur du bruit des ailes. Mais le changement se profile à la veille de la Première Guerre mondiale, et des révolutionnaires comme Lev Bronstein ont des plans pour renverser l’ordre social, s’ils le peuvent avant d’être découverts ou tués. Le roman suit cinq points de vue : le tsar ; la tsarine qui craint pour la vie de son fils hémophile ; le Père Grigori, plus connu sous le nom de Moine Fou, Raspoutine ; le révolutionnaire Lev Bronstein ; et un bureaucrate sans visage, fatigué d’être ignoré au tribunal.

Lire aussi :  Critique : Le loup d'Oren-Yaro

Je vais laisser l’intrigue vague, car avec la plupart des fictions historiques (ou fantastiques), nous connaissons déjà la destination, c’est ainsi que Yolen et Stemple nous y amènent. Et ils font beaucoup avec peu. L’histoire est parfaitement imbriquée et les points de vue sont suffisamment distincts pour qu’une fois que les cinq ont été introduits, le changement de voix ne ralentira pas le lecteur. Les soucis et les défauts des personnages, leurs vanités et leurs espoirs, le désespoir qui les hante la nuit, sont magnifiquement dessinés dans un espace de temps limité. Yolen est dans le jeu depuis un moment et son écriture montre un vrai maître au travail.

La partie de la structure narrative qui n’a pas fonctionné aussi bien que le reste était l’histoire du cadre. Le narrateur encadrant ne parle qu’au début et à la fin, et au moment où je suis arrivé à la fin, j’avais oublié son existence. J’ai dû revenir en arrière et me rappeler ce qui se passait dans le cadre, ce qui, je pense, signifiait qu’il pouvait tout aussi bien être détaché de l’histoire.

Histoire russe : maintenant avec des dragons. Donnant vie à l’histoire, LES DRAGONS DU DERNIER TSAR est un roman plein d’esprit et bien écrit qui vaut la peine d’être lu.

Peut-être que j’ai beaucoup aimé les romans ces derniers temps : EVERY HEART A DOORWAY (Amazon), FREEZE FRAME REVOLUTION (EBR Review), ALL SYSTEMS RED (EBR Review), mais je dirais que c’est parce que les romans ont un format tellement incroyable . Je sais que tout le monde n’est pas d’accord. À première vue, ils peuvent ressembler à l’adolescent maladroit dans la pièce : trop long pour être une nouvelle, trop court pour être un roman. Cependant, j’ai trouvé que j’aime vraiment la combinaison d’histoires et d’éléments nouveaux. Avec un peu plus d’une centaine de pages, LES DRAGONS DU DERNIER TZAR fournit l’arc narratif satisfaisant d’un roman avec une attention particulière au langage plus typique d’une nouvelle.

Lire aussi :  Critique : Magie pour les menteurs

Donner vie à l’histoire et l’animer avec des personnalités et des points d’intrigue présente de nombreux pièges potentiels pour les écrivains, mais Yolen et Stemple les évitent avec grâce et esprit. Que vous soyez ou non un vrai russophile ou quelqu’un dont la pleine compréhension de la Russie révolutionnaire vient du râteau Dimitri dans le film d’animation Anastasia, eh bien, vous allez passer un bon moment de toute façon.

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: un peu de jurons
  • La violence: Oui, mais ce n’était pas précisé
  • Sexe: Mentionné, une brève scène (non graphique)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *