Le livre qui ne brûle pas

Critique : Le livre qui ne brûlait pas


Amazone

Librairie

Ce livre a un titre intéressant. Vous ne pensez pas? J’avoue que ça m’a un peu bluffé la première fois que je l’ai vu. Idem pour le nom de la série. Je ne savais pas trop quoi penser après l’annonce initiale. Excitation pour un nouveau livre de Mark Lawrence? Ben oui bien sur. Mais quel genre de livre cela allait-il être ? Une idée si cela serait ou non lié au reste de ses livres, comme ils semblent tous l’être jusqu’à présent ? Cela ne ressemblait certainement pas à ça. Mais il y avait toujours la possibilité. Et donc, malheureusement, ce n’est pas un livre que j’ai pré-commandé, mais quand j’ai eu la chance d’obtenir un eArc, j’ai accepté. Bien sûr que oui. Quel genre de question est ce?

LE LIVRE QUI N’A PAS BRÛLÉ est le premier d’une nouvelle trilogie projetée par M. Mark Lawrence, l’un de nos auteurs préférés ici à EBR. Bien que, compte tenu de la performance de ce type, je ne serais pas le moins du monde surpris d’apprendre qu’il a déjà écrit (à tout le moins) le premier brouillon de la dernière ligne de la série. Guy produit.

Evar et Livira sont deux personnes qui ne se sont jamais rencontrées, et sans la technologie de pointe (la magie ?) qui est au cœur de cette histoire, ils n’auraient jamais eu cette chance. Mais, comme on dit, l’auteur trouvera un moyen.

Livira Page est une réfugiée démunie vivant dans une petite ville sur une vaste plaine de poussière et de chaleur. La vie est dure et cruelle, et elle ne lui a rien donné qui puisse être interprété comme de la chance. Mais elle est intelligente. Au début, son village est attaqué par une meute de sabres vicieux, une race de loups-garous géants, et fait prisonnier avec presque tous les enfants du village. Presque à la suite de cette attaque, les soldats humains qui parcourent le désert à la recherche de ces sabres, attaquent le groupe de raids et sauvent les enfants orphelins. Cependant, ils ne sont pas très enthousiastes à l’idée que ces enfants abandonnés leur soient imposés. Rapidement, ils retournent dans leur ville et laissent les jeunes y être classés par la hiérarchie de l’action sociale. C’est à ce stade du jeu que Livira reçoit l’aide inattendue d’un vieil homme réputé, et finit par être confiée à la Grande Bibliothèque, autour de laquelle la ville s’est construite, plutôt que d’être reléguée au nettoyage de ses égouts. ou un autre travail tout aussi épouvantable.

Lire aussi :  Critique : Seventh Decimate

Evar Evantari vit dans les limites d’une immense bibliothèque (la même, peut-être ? Hmm ?) avec quelques autres qu’il considère comme ses frères. Une sœur et deux frères, avec un troisième frère qui a récemment disparu parmi les innombrables piles de livres. Avant de venir à la Bibliothèque, ils vivaient avec leurs familles, à l’extérieur, mais à un moment donné, ils ont été envoyés dans une sorte de mécanisme, et quelque chose dans la construction de ce mécanisme inconnaissable avait conspiré pour les cracher tous les cinq dans la Bibliothèque en même temps. temps. temps. Pour autant qu’ils le sachent, ils sont complètement seuls, à l’exception de deux constructions de type androïde qui les aident occasionnellement en cas de problème. Contrairement à ses frères, Evar n’a pas été formé avec des connaissances spécifiques pendant son séjour au sein du Mécanisme, et son seul souhait est d’échapper aux limites de cette prison et de retourner dans le monde en général. Espérant qu’elle pourrait emmener ces personnes qu’elle considère désormais comme sa famille.

À la manière typique de Lawrence, cette histoire commence par un bang. J’aime la façon dont ce gars commence ses histoires. Il ne s’agit jamais de définir le personnage, ou le lieu, ou de fixer le crochet. Juste WHAM. A chaque fois, comme sur des roulettes. Une des raisons pour lesquelles j’aime entrer dans un nouveau livre de Lawrence.

L’histoire est divisée en trois parties, tournant principalement autour de sections de la vie de Livira. Le premier, lié à son entrée à la Bibliothèque ; la seconde tourne autour de sa première étape là-bas, apprenant à être bibliothécaire dans un environnement très similaire à une école pour jeunes; et le troisième à la fois plusieurs années après le second, au fur et à mesure que leur statut à l’école de bibliothécaire progresse.

Lire aussi :  Critique : L'Insurrection de Kalanon

En général, l’histoire était sympa. Les interactions de Livira entre l’un des soldats qui l’ont sauvée des sabres, ou le vieil homme qui l’a mise dans la bibliothèque, ou l’un des autres étudiants, étaient agréables. Il aborde chacune de ses propres motivations et idées, certaines plus politiques que d’autres, au fur et à mesure qu’il en apprend davantage sur la ville et la bibliothèque autour de laquelle elle est construite. Lawrence construit l’environnement et le monde dans lequel Livira a été plongée en lui faisant apprendre à tour de rôle. C’est l’histoire, ou sa mythologie, je n’en ai jamais été tout à fait sûr. Dans certaines pièces, ces histoires du passé de la bibliothèque proviennent de ce qui semble être les premières histoires de la Bible chrétienne. Finalement, il se fraye un chemin dans le coffre-fort principal de la bibliothèque, et c’est beaucoup plus grand qu’il ne peut le prendre. Chambres sur chambres sur chambres, la plupart remplies à ras bord d’étagères et de bibliothèques. La bibliothèque elle-même était facilement l’un des aspects les plus intéressants de l’histoire pour moi, et ses différents aspects m’ont lentement fait réaliser que cette histoire avait, en fait, l’impression qu’elle venait du même monde que tous les autres livres que Lawrence avait écrits. : Atterrir.

Il me semblait évident que Livira et Evar finiraient par se rencontrer, et c’est effectivement le cas. Ils apprennent les uns des autres où ils se trouvent et, à leur tour, en apprennent davantage sur la bibliothèque et son étendue. Et quelque chose d’autre l’un sur l’autre. Cependant, si quoi que ce soit, c’est l’évolution progressive de la compréhension de la bibliothèque qui m’a fait continuer à lire, et non les personnages. Bien que chacun d’eux semblait être bien dessiné, j’ai trouvé que je n’étais pas particulièrement épris d’aucun d’entre eux. À certains égards, je pense que cela était dû à leur manque de motivations bien définies, ce qui m’a empêché de les comprendre ou de les impliquer autant que j’aurais pu l’être. Il n’a jamais été particulièrement clair pour moi pourquoi Livira avait une telle envie de sonder ses profondeurs, même si en fait elle avait cette envie et se sentait d’une nature très singulière. Cela, combiné à la motivation presque singulière d’Evar pour s’échapper de la Bibliothèque (je ne peux pas m’empêcher de penser à ce stade… « Laissez-moi entrer ! Laissez-moi entrer ! Laissez-moi sortir ! Laissez-moi sortir ! » à la Le Roi Lion) , Yo se sentait très en conflit sur la nature de l’intrigue, car elle se sentait très orientée vers la présentation de la bibliothèque plutôt que vers l’élucidation de ses personnages.

Lire aussi :  Critique : Le loup

En fin de compte, j’ai définitivement apprécié l’histoire, et je chercherai la seconde quand elle sortira, mais celle-ci ne m’a pas laissé aussi excité que je le suis habituellement pour un nouveau livre de la série Lawrence après avoir lu le Premier. . C’est peut-être un signe que, de mon point de vue, il se bat maintenant pour une bonne note, plutôt que pour tout ce qui réclame mon attention.

  • Âge recommandé : 16+, principalement en raison de la violence
  • Langage: Beaucoup de langage grossier de la part des soldats, mais ils ne sont pas très présents.
  • Violence: Comme pour le langage, beaucoup lorsqu’il est présent, mais pas souvent présent
  • Sexe: Plusieurs références occasionnelles à des événements passés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *