le feu dévorant

Critique : Le feu dévorant


Amazone

Je vais vous dire quoi, plus je lis des trucs de ce gars, plus je l’aime. Je ne suis pas encore arrivé aux livres Old Man’s War, mais la série LOCK IN (EBR File) a été vraiment bonne, et celle-ci s’annonce également comme une bonne chose. Quand j’ai reçu celui-ci par la poste, je n’avais pas réalisé que nous avions déjà passé en revue le premier livre, THE COLLAPSING EMPIRE (EBR Review, merci à Shawn), alors je me suis attaqué à celui-là en premier. Ce fût étonnant. En fait, je pense que je l’aimais beaucoup plus que lui. Je l’aurais probablement lu de toute façon, car j’ai du mal à lire les livres de la série intermédiaire sans lire ceux qui l’ont précédé en premier. Cela peut parfois causer des maux de tête pour ma pile EBR TBR, mais comme dirait Popeye, « Je suis ce que je suis ». J’étais également très heureux de constater que ce livre ne tombe pas du tout dans le syndrome du deuxième livre et que c’était très amusant.

THE CONSUMING FIRE (Amazon) est le deuxième livre de The Interdependency de John Scalzi et il ressemble définitivement à l’épopée interstellaire que la couverture du livre prétend être. Comment rafraîchissant. Si vous n’avez pas lu le premier de la série, vous devriez avant de lire ceci ou cette revue. Je suis littéralement si proche -> || pour vous dire « allez l’acheter maintenant! », que je réserve habituellement aux auteurs/livres en tête de ma liste d’amour. C’est juste là sur le point. Style. Je viens de vérifier nos archives et nous n’avons pas encore examiné Old Man’s War. Attendez-vous donc à cela dans un proche avenir, et si cela ressemble à ce que j’ai entendu et à attendre de Scalzi jusqu’à présent, il fera le saut dans notre liste d’auteurs préférés avec cette lecture.

Alors maintenant que nous avons éliminé les lecteurs potentiels spoilerable… vous vous souviendrez qu’à la fin du premier livre, le gouvernement central de l’Interdépendance découvrait que leur mode de transport dans l’habitat s’étendant sur la galaxie, The Flow, est au bord de l’effondrement. Cela signifie que dans un laps de temps très court, chacun des habitats interdépendants de l’Interdépendance (voyez ce que l’auteur a fait là-bas ?) va être seul et qu’il n’y a pas beaucoup de chance qu’aucun d’entre eux survive. Pour rendre les choses encore plus merveilleuses, le nouvel empereur de l’interdépendance a failli être assassiné par l’une des autres maisons dirigeantes.

Lire aussi :  Critique : Les Chaînes de l'Hérétique

Pour l’essentiel, cette histoire est divisée entre quatre personnages principaux :

Kiva Lagos (la vulgaire à laquelle Shawn fait référence dans sa critique) a été chargée des affaires de Nohamapatan dans le Hub. Apparemment, quelqu’un doit les diriger, maintenant que Nadashe a été emprisonnée à la suite de sa tentative d’assassinat sur Emperox, et Kiva gère cette entreprise par des moyens très apolitiques.

Marce Clarendon, une scientifique du Flow, fait la leçon aux personnes au pouvoir sur les raisons pour lesquelles les Flows vont s’effondrer, car très peu d’entre eux y croient encore vraiment. C’est-à-dire jusqu’à ce qu’il découvre par le scientifique que les Nohamapatan avaient des numéros pour eux pendant la période qui a précédé leur tentative de coup d’État. Après quelques présentations, ils découvrent qu’ils étaient tous les deux déficients dans leurs calculs. En travaillant ensemble, ils proposent un nouveau modèle qui montre que le Flow va changer différemment de ce que les deux avaient initialement prévu, et beaucoup de ces prédictions sont TRÈS intéressantes.

L’empereur, Cardenia Wu-Patrick ne Greyland II, essaie d’éviter d’être tué et combat son engouement croissant pour Marce. De plus, le soulèvement de la maison Nohamapatan n’était que son premier, et il constate que non seulement il doit faire face à cette vague d’insurrection qui grandit lentement, mais qu’il doit d’abord apprendre à parler leur langage politique en premier lieu. Ou elle ?

Et puis il y a Nadashe Nohamapatan. Maintenant, il est en prison après avoir tenté d’assassiner Emperox et de tuer son frère, faisant tout ce qu’il peut pour trouver cette carte « Get Out of Jail FREE », s’il peut trouver les bonnes ficelles à tirer…

Lire aussi :  Critique : Le roi de la fièvre

Le premier chapitre de ce livre était brillant, surtout compte tenu du contexte de la fin du premier livre. J’ai adoré, adoré, adoré. Après cela, cependant, il y a un tas de chapitres qui ont fait de leur mieux pour jouer au jeu « remplissons la trame de fond », et cela est devenu assez rapidement ennuyeux. Je veux dire, je peux comprendre le désir d’accommoder les lecteurs qui prennent ce livre avant de lire ceux AVANT DANS LA SÉRIE (ahem,>,<¡hack!>>… ne me dérange pas Juste une boule de poils). Vous ne voulez pas les perdre parce qu’ils ne comprennent pas ce qui se passe. Pourtant, ce type de mise à jour a été bien mieux géré par d’autres auteurs, donc je sais que cela peut être fait. Certes, une fois que vous avez dépassé le bloc initial de chapitres ennuyeux de vidage d’informations sur la trame de fond, les choses évoluent rapidement et j’ai découvert que j’avais pardonné à l’auteur assez rapidement.

J’apprécie vraiment la façon dont Scalzi a écrit ce livre. C’est une étude rapide. Facile à lire, facile à comprendre. La caractérisation est grande. J’ai adoré entrer dans les chapitres de Kiva. Surtout quand il devient encore plus évident à quel point elle est anti-jeu politique. À bien des égards, il s’agit d’un livre très politique. Et pourtant, il ne s’enlise pas dans la stupidité ou l’ennui mangeur de pages que la définition de la politique peut devenir dans des livres comme ceux-ci. Les personnages évitent la plupart des machinations manifestes et des intrigues nuancées que la politique peut être, et vont vraiment droit au but dans lequel les différentes parties se retrouvent finalement. C’était génial. Une des rares fois où je peux dire que j’ai vraiment apprécié la politique en jeu dans cette histoire.

Suite convaincante de The Collapsing Empire qui améliore et élargit l’histoire dans l’épopée interstellaire que chaque lecteur de science-fiction mérite.

Lire aussi :  Critique : Saison des tempêtes

De plus, j’ai adoré toutes les directions prises par l’histoire. Il y a quelque chose dans le présage qui dit que les rebondissements de l’histoire devraient être « surprenants mais inévitables ». Quelque chose auquel vous ne vous attendiez pas, mais dont vous pouvez voir les origines lorsque la torsion se révèle. Scalzi réussit brillamment dans ce livre. Je trouve aussi que mieux une histoire est écrite, moins je suis enclin à réfléchir aux différentes directions possibles qu’une histoire pourrait prendre, et donc je finis par l’apprécier davantage.

Curieusement, l’une des autres observations que j’ai faites à propos du livre en lisant était que Scalzi avait enfreint toutes sortes de petites règles que je jette si joyeusement dans mes critiques. La comparaison la plus proche que je puisse faire avec sa structure et sa méthode d’écriture est celle de Mike Resnick. La différence est que Scalzi fait tout ce qui me fait aimer ses histoires et pas Resnick. Ce livre est le genre de livre que j’aimerais que Mike Resnick soit. Parce qu’en fait, à mon avis, ils entrent dans des catégories très similaires.

Bonne lecture. Trop amusant. Engager, divertissant et (j’ai trouvé) hilarant. Et quelque chose d’encore plus cool : il ne semble pas que ce soit une trilogie. Tous font l’éloge de l’Emperox de l’interdépendance !

Si vous ne l’avez pas déjà fait, c’est une excellente série à découvrir. Certainement un à ajouter à votre liste de lecture. Mais rendez-vous service… et commencez par le premier. 🙂

  • Âge recommandé : 17+
  • Langage: Quelques grossièretés fortes de la part de la grande majorité de la distribution.
  • Violence: Légèrement violent, avec quelques tentatives d’assassinat et un peu de sang.
  • Sexe: Discussion franche et une poignée de scènes pour la plupart omises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *