Démon de Penric

Critique : Le démon de Penric


Amazone

LE DÉMON DE PENRIC est la première histoire d’une série de 6 romans (jusqu’à présent ? Espérons qu’il y en ait d’autres ?) écrits par l’incroyable Lois McMaster Bujold. Je viens de finir d’écouter les six sur Audible et je suis ici pour vous dire qu’ils en valent vraiment la peine, et le lecteur Grover Gardner améliore l’histoire comme un lecteur le devrait.

Dans LE DÉMON DE PENRIC (Amazonie), nous sommes d’abord présentés au joyeux Penric, le plus jeune fils d’une famille noble mineure, alors qu’il était en route pour rencontrer sa future épouse. En chemin, sa caravane rencontre d’autres voyageurs, dont, à son insu, une sorcière qui fait une crise cardiaque. Si vous n’avez pas lu les autres romans du Monde des Cinq Dieux de Bujold, comme PALADIN DES ÂMES (l’un de mes livres préférés), alors vous savez déjà ce qui fait qu’un sorcier est un sorcier : que la personne est l’hôte d’un mauvais. Et lorsque l’hôte meurt, le démon saute vers la prochaine personne la plus proche/la plus forte. Dans ce cas, Penric. Et cela change sa vie pour toujours.

Les six romans sont racontés du point de vue de Penric (avec un deuxième personnage narrateur ajouté aux trois derniers romans), et le lecteur Grover Gardner transmet de manière crédible l’approche parfois maniaque, parfois folle, mais souvent intelligente de Penric. se retrouve. se retrouve. La caractérisation de Bujold est excellente, comme d’habitude, et le voir rapprocher Penric du chaos causé par le fait d’être un démon est divertissant et amusant à lire. En cours de route, nous rencontrons Locator Oswyl, Shaman Inglis et les frères Arisaydia et Nikys.

Lire aussi :  Critique : Chaque chose morte

Et, bien sûr, Desdémone elle-même. Ou, vos douze moi, ayant vécu 200 ans jusqu’à présent, ont traversé douze hôtes différents. Habituellement, un sorcier est formé dans le temple pour se préparer à éventuellement héberger un démon, mais Penric gagne son démon par hasard et le résultat est une attitude non conventionnelle envers les relations démon-hôte. Aucun autre hôte n’avait apparemment nommé le démon, mais Penric en ressentait le besoin. Cela fait penser que la relation entre Penric et Desdemona est unique, et cet heureux équilibre crée une synergie qui signifie que Pen/Des sont capables de résoudre des problèmes qui déconcerteraient la plupart des gens (même la plupart des autres sorciers, comme nous le voyons dans quelques les histoires).

Au fur et à mesure que la série progresse, nous en apprenons davantage sur ce que signifie être un sorcier. Cela ne veut pas dire tout-puissant, et ils sont victimes de désinformation et de préjugés. Nous en apprenons davantage sur la magie chaotique et le prix qu’elle exige. Mais nous apprenons aussi comment être un sorcier convient bien plus à Penric que sa vie précédente ne lui aurait donné, et c’est amusant de voir comment il grandit à chaque histoire pour devenir son propre homme, avec l’aide de Desdemona.

Lois McMaster Bujold nous apporte plus d’histoires du monde des cinq dieux avec la bonne humeur de Penric et sa nouvelle approche d’être un sorcier.

Le monde des cinq dieux de Bujold est assez bien établi à ce stade, compte tenu de ses autres romans dans ce monde. Avoir lu ces autres romans vous donne une idée du cadre, mais vous n’avez pas besoin d’entrer dans les histoires de Penric et Desdemona. La construction du monde de Bujold est parfaitement intégrée aux personnages et à l’histoire, de sorte qu’elle ne se sent pas collée et est plutôt absorbée pendant le récit. La magie démoniaque n’est pas compliquée, mais il y a tellement de possibilités (ainsi que de problèmes moraux) à explorer, et Bujold n’en hésite pas. Il y a pas mal de voyages à travers les paysages tout au long de la série, mais ceux-ci ne surchargent pas les histoires et nous aident plutôt à mieux comprendre les personnages. Le format du roman donne aux histoires une série d’intrigues ciblées facilement consommables en quelques heures chacune.

Lire aussi :  Critique : Sept lames en noir

La série Penric et Desdemona de Bujold est intelligente, divertissante et stimulante car elle explore les relations (qui sont souvent compliquées), le but de la vie et comment l’amour n’est jamais parfaitement affiché, mais nous devons l’apprécier pour ce qu’il est. .

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Presque aucun dans toute la série.
  • La violence: Ici et là dans la plupart des séries; Penric se retrouve souvent en danger, mais les détails du combat sont limités ; de la torture dans LA MISSION DE PENRIC
  • Sexe: référencé

Veuillez noter que l’ordre de publication n’est pas nécessairement l’ordre dans lequel vous devriez lire ces livres. Ci-dessus se trouve l’ordre de lecture (ou d’écoute) recommandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *