vérité de fer

Critique : Iron Truth


Amazone

Nous sommes des défenseurs de longue date du Self-Published Fantasy Blog-Off (EBR Archive) ici à EBR. Même si nous n’avons pas sauté dans l’arène des critiques depuis un certain temps, nous croyons toujours à l’importance et à l’efficacité de ce concours, et n’avons que de bonnes choses à dire à son sujet et à ceux qui continuent de le diriger. Heureusement, il y a ceux qui croient que les auteurs de science-fiction devraient également avoir ces mêmes opportunités (Hugh Howey). Participez au concours de science-fiction autopubliée (SPSFC).

Il se trouve que ce livre est le gagnant de la première année de ce concours.

Et aussi? C’est impressionnant.

IRON TRUTH est le premier livre de la série The Primaterre de SA Tholin. Si je suis tout à fait honnête, c’est un livre que je n’aurais probablement pas essayé de lire si j’avais su à l’avance combien de temps il durait. La science-fiction et moi avons une relation très amour-haine qui vit et meurt sur le champ de bataille de ses personnages. Beaucoup d’écrivains de science-fiction ne semblent tout simplement pas s’en soucier, et je ne peux tout simplement pas le supporter. Heureusement, il tient beaucoup à eux, et cela se voit dès le départ.

L’histoire commence avec Joy Somerset alors qu’elle monte à bord d’un vaisseau spatial de colonie à longue portée avec son frère aîné (son seul parent vivant) et des dizaines de milliers d’autres, se dirigeant vers une planète loin de chez elle où les habitants de la planète Terre qu’ils espèrent coloniser . un autre lieu de vie. Avec un peu de peur et beaucoup d’espoir, elle dit au revoir temporairement à son frère et se glisse dans une chambre de stase, prête à rêver des années alors qu’ils voyagent vers leur nouvelle maison. Malheureusement, ils ne se rendent jamais à cette destination lointaine, et à la place, Joy se réveille pour trouver le navire endommagé, écrasé sur une planète désertique inconnue et hostile qui est plus que prête à avaler la vie d’elle et de l’un des les autres occupants du navire qui ont survécu à l’accident, s’ils l’ont laissé faire.

Lire aussi :  Critique : Summerland

Le deuxième point de vue majeur dans le livre est le commandant Cassimer, chef d’un petit équipage de soldats Primaterre qui ont reçu des ordres classifiés pour trouver un (différent) vaisseau manquant qui se trouverait quelque part sur la même planète, nommé Cato. Très peu se passe comme prévu avec leur petite incursion. Votre équipe est apparemment à la gorge l’une de l’autre. Il fait de son mieux pour rester pur et éviter les « démons » dont la doctrine Primaterre le protège. Il s’inquiète de ce qu’il va trouver. Pour ceux qui pourraient vous gêner. Mais il est engagé dans sa tâche avec un esprit unique qui le propulse de plus en plus vite vers son but.

Il y a beaucoup de couches dans cette histoire, et toutes sont bien racontées du point de vue de nos deux principaux personnages d’intérêt. Après l’accident, la chronologie de Joy saute à l’endroit où Cassimer et son équipe ont frappé la planète. Ils se croisent assez rapidement et l’histoire oscille entre ces deux de manière impressionnante. La perspective de Joy en tant que scientifique relativement bénigne, souffrant d’un ensemble assez grave de limitations de santé, colore le monde sous un jour complètement différent de celui de Cassimer. Le commandant est un super-soldat, rempli et quelque peu contrôlé par une suite de produits chimiques personnalisables qui sont fournis par sa combinaison sur ordre du médecin de l’équipe. Ainsi, malgré le fait que la majeure partie de l’histoire est racontée du point de vue de ces deux personnages, très proches l’un de l’autre, chaque point de vue est unique et engageant à sa manière.

Lire aussi :  Critique : Au-delà des étoiles

Au fur et à mesure que l’histoire progresse, des couches de l’histoire de Cato apparaissent, son peuple, le Primaterre, ses pratiques, ses ennemis, le commandant Cassimer, son équipe et la relation naissante entre Cassimer et Joy (oui, il y a même un peu de romance). ). chacune révélée tour à tour. Les chapitres de Cassimer ont une touche très militariste, et pour cause. Les Joy sont curieux, de nature scientifique et changent d’une manière inattendue après avoir été présenté à l’équipe de Cassimer et à ses objectifs. L’univers a changé depuis que Joy s’est endormie, et l’auteur fait un excellent travail en nous présentant ces changements à travers ses yeux. Les ennemis abondent, prêts à contrecarrer apparemment tous les rebondissements de l’histoire. Entre les efforts de la population locale, les forces vicieuses de RebEarth et les menaces existentielles pour la planète elle-même, ils se sont efforcés de trouver ce que chacun désire. Et ce qu’ils trouvent est à la fois fantastique et horrible. Celui-ci ne mâche pas ses mots. Il est puissant à tout moment.

Bien que l’histoire commence un peu brutalement, il ne m’a pas fallu longtemps pour me plonger dans le livre et vraiment m’engager. L’auteur fait un excellent travail en étoffant la planète où se déroule l’histoire et en fournissant une histoire détaillée de cet univers qui semble plein. Entre les différentes factions politiques du Primaterre, l’histoire des RebEarthers et le mauvais sang entre eux et le Primaterre, et les détails de l’histoire du commandant Cassimer, il est facile de tomber sous le charme de ce que l’auteur a créé et d’en profiter pleinement.

Lire aussi :  Critique : Légion : Les nombreuses vies de Stephen Leeds

La science-fiction auto-publiée est bien faite. Aventure et mystère et horreur et personnages qui font que tout compte. Lis ça.

Si j’ai quelque chose de négatif à dire sur le livre, je mentionnerai juste sa longueur. C’est une grosse arme. Mais en même temps, l’histoire racontée dans ses pages soutient pleinement cette extension. Par conséquent, je ne peux pas trop me plaindre. Même s’il m’a fallu du temps pour m’en remettre, je ne me suis jamais senti prêt à finir. Donc, même si vous êtes comme moi et que vous avez tendance à éviter les livres plus longs, celui-ci devrait bénéficier du doute. Cela vaut la peine d’être lu. Cela vaut le temps. C’est une histoire que je n’oublierai probablement pas de sitôt. Et ai-je mentionné? J’ai vraiment hâte de me lancer dans le prochain tome de la série. Même si j’ai acheté celui-ci pour mon Kindle, j’ai également acheté les deux premiers livres physiques de la série, et ils sont assis sur ma bibliothèque à la maison.

J’ai hâte de voir la suite de cet auteur. Elle a absolument les côtelettes pour obtenir le choix d’un éditeur traditionnel et mériterait l’exposition à tous égards.

  • Âge recommandé : 15+ pour la violence et le langage
  • Langage: mots F occasionnels, peu fréquents autrement
  • Violence: Beaucoup d’action sanglante, sanglante et viscérale ici. De près et personnel. Menace de viol.
  • Sexe: une brève sensualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *