dragons de tromperie

Critique : Dragons de la déception


Amazone

Librairie

Il y a tellement de choses que quelqu’un pourrait me dire que ma réponse probable serait : « Ouais, bien sûr. Cela n’arrivera jamais. Depuis environ un an maintenant, la possibilité non seulement qu’un autre livre de Dragonlance soit écrit, mais qu’il soit publié dans le cadre d’un toute nouvelle sérieC’était une de ces choses-là. Je ne sais pas si je peux exprimer correctement à quel point j’étais excité à ce moment-là. Dragonlance est la première série de livres dont je me souviens avoir lu. Le livre qui a tout déclenché, DRAGONS OF AUTUMN TWILIGHT, a été le premier livre que j’ai acheté avec mes propres fonds personnels, sur la recommandation de mon bon ami, Scot. Ce même livre de poche se trouve sur mes étagères aujourd’hui, peut-être un peu moins bien usé, arborant un griffonnage bleu de Tracy Hickman. Les personnages et les histoires créés par ces auteurs sur le monde de Krynn et ses habitants font tous partie intégrante de mon enfance. Grand nerd ici, mais vous le saviez probablement déjà. 🙂

DRAGONS OF DECEIT est le début de la série Dragonlance Destinies de Margaret Weis et Tracy Hickman. Mec, ça me donne des frissons rien que de dire ça. L’histoire principale suit Destina, la fille d’un chevalier solamnien, vivant les jours qui ont précédé la célèbre bataille de la tour du haut clerc dont les vétérans de la série originale se souviendront avec des émotions mitigées. Après le départ de son père pour rejoindre cette bataille et ne jamais revenir, Destina élabore un plan, né des pages de la bibliothèque de son père, pour voyager dans le temps et le sauver d’une mort ignominieuse. C’est simplement son histoire.

Lire aussi :  Bilan : Forêt Electrique

Commencer une nouvelle série comme celle-ci peut être une tâche ardue. Combien de temps passez-vous à informer les nouveaux lecteurs ? Comment tissez-vous les éléments des livres précédents qui seront importants pour la nouvelle histoire ? Dans quelle mesure incluez-vous d’anciens personnages, au lieu de tracer des pistes avec de nouveaux ? Il s’agit d’une série ÉNORME, avec de nombreux livres. J’en ai la plupart sur mes étagères à la maison. Mais pourquoi est-ce que je passe autant de temps sur ces questions ? Pourquoi j’hésite ?

Beurk. Que quelqu’un m’apporte un antiacide.

Bref, j’ai eu du mal à le lire. Le début a été lent. Le personnage principal, ennuyeux. Sa vie au château de Rosethorn, insupportablement monotone et sans but. Même si mes hauts niveaux d’émotion ont rencontré une résistance massive dans les douze premiers chapitres, j’ai poussé les quelques suivants et j’ai été ravi lorsque l’intrigue s’est finalement ouverte. Hourra! Voyager dans le temps ? Ouais, d’accord, peut-être que nous l’avons déjà vu, même dans d’autres contes de Dragonlance, mais au moins il y a un élan et une direction ! Peut-être que la véritable histoire pourrait alors commencer ?

Mais non. Plus j’approfondis, plus ça devient frustrant. Au lieu d’aventure et d’excitation, les deux caractéristiques des livres que mon cerveau confus de nostalgie me nourrit, c’est fastidieux et ennuyeux, direct et presque une simple série d’événements. Il se lit comme une fanfic, dans le seul but de mentionner des noms et de nous rappeler tout ce qui a précédé. Et cela rend le monde puissant de Krynn et toutes ses histoires et ses habitants se sentent petits et sans importance en comparaison. Au moment où j’arrive à mi-chemin, je suis presque un sac dégonflé et froissé de poussière de Cheeto, jeté dans un coin oublié de la pièce, et je me surprends à envisager de laisser tomber le livre et de m’en éloigner. Quoi! Blasphème! Indignation! Ça c’est ridicule!

Lire aussi :  Critique : Le Dieu brisé

Mais je ne peux pas! Je ne peux pas m’en aller. C’est Dragonlance ! C’est la suite de mon enfance. Je ne peux pas abandonner ça. Tout ce que j’ai lu sur le livre (que j’ai méticuleusement essayé d’éviter) mentionne Tasslehoff. Comment puis-je m’éloigner de l’opportunité de lire une autre histoire de Tasslehoff ?

Oh!

Bon. Désolé. Mon moi intérieur s’est éloigné de moi un instant. Malgré tout ce malheur que vous semblez vomir, il y a un petit espoir auquel je m’accroche encore et c’est la seule source de mon augmentation d’audience : les 50 dernières pages du livre. Parce que ces 50 dernières pages étaient FANTASTIQUES. Quand je les ai finalement rencontrés, j’ai été absolument époustouflé par la façon dont l’histoire est soudainement devenue différente. Cela ressemblait plus aux originaux. Ce n’était plus quelque chose qu’il voulait fuir. J’ai fini de lire ce livre il y a environ un mois, et je suis toujours un peu perplexe devant le grand changement que l’histoire a semblé prendre lorsque Destina a été oubliée, d’anciens personnages sont apparus et une histoire à laquelle je pouvais croire. s’est soudainement répandu sur les pages devant moi. Cette opinion est-elle colorée par la domination que mes souvenirs de la série ont sur moi ? Mon cerveau de critique veut dire : « Bien sûr que non. Vos opinions sont impartiales ici. Hum. Eh bien, au moins j’essaie.

DRAGONS OF DECEIT n’est pas un début qui mène finalement au début de l’histoire que tout fan de la série voudra lire.

En fin de compte, presque l’intégralité de ce livre semblait inutile. Par exemple, cela aurait pu être réduit à quatre ou cinq phrases et inséré dans l’une des discussions vers la fin du livre, et l’histoire aurait été parfaitement bien. Tant mieux pour cela. Ces 50 dernières pages auraient pu être un roman de transition dans une version séparée, avec peut-être une section supplémentaire « Résumé des événements majeurs », ou même conservées ici comme un prologue trop long pour crier à haute voix, et alors la véritable histoire aurait pu commencer sans retard supplémentaire.

Lire aussi :  Critique : Cœurs héroïques

Mais je le comprends. Cette histoire ne m’appartient pas. C’est d’eux. Je ne peux que me consoler (heh) du fait qu’ils sont finalement arrivés à un point où je suis vraiment excité de le lire. D’après ce que j’ai compris, le contrat avec Wizards of the Coast porte sur trois livres. Donc, au moins, nous en aurons deux qui pourraient être fantastiques. Et celui-là viendra plus tard cet automne.

Voici l’espoir, les gens.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Très peu et très doux.
  • Violence: Très peu
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *