Demoiselle

Critique : Demoiselle


Amazone

Prenant en compte le chemin parfois tortueux de l’édition traditionnelle, DAMSEL d’Elana K. Arnold fait ses débuts précisément au moment où les récits que nous racontons sur la sexualité et le pouvoir ont été examinés de près.

DAMSEL expose les courants sous-jacents de la violence/du pouvoir/de la sexualité dans les récits établis tout en évitant (principalement) de se sentir trop autoritaire. Particularmente considerando que esta es una novela YA, DAMSEL puede ser la primera vez que muchos lectores se encuentran con este tema de una manera que no es explícitamente didáctica y al mismo tiempo brinda a los adolescentes una forma de lidiar con las preguntas incómodas que suscitan los contes de fées.

DAMSEL n’est pas le récit d’un conte de fées spécifique, mais explore plutôt un récit de conte de fées : le prince tue un dragon, sauve une jeune fille et rentre chez lui dans son royaume, désormais apte à être roi. Le prince en question est le prince Emory de Harding, dont la mort prématurée du père signifie qu’il doit devenir le plus jeune prince depuis des générations à tenter le trône.

Pour ce faire, Emory doit tuer le dragon qui vit dans le château au bord de la mer. Alors que la plupart des autres princes ont au moins une autre décennie pour se préparer, Emory est convaincu qu’il réussira bien qu’il ait été soigneusement empêché d’en apprendre trop sur les dragons pendant sa jeunesse.

Quand Ama se réveille, elle n’a aucun souvenir de son passé. Au lieu de cela, elle ne sait que ce qu’Emory lui dit : qu’il vient de la sauver d’un terrible dragon et qu’elle s’appelle Ama. Il lui donne des vêtements à porter et l’informe qu’elle sera sa petite amie.

Lire aussi :  Critique : L'empereur gobelin

Sans souvenirs, vêtements ou parents à qui retourner, Ama est totalement dépendante d’Emory et de ses caprices. Après tout, comme il le souligne à plusieurs reprises, cela lui a sauvé la vie. Alors qu’ils voyagent ensemble vers le royaume de Harding et se préparent pour leurs noces à venir, le malaise d’Ama grandit parallèlement à sa compréhension des attentes d’Emory qu’elle doit à ses sourires, à son obéissance et à son corps.

Ama doit se battre pour son corps et son esprit dans un monde qui se sent perpétuellement contre elle et son sentiment croissant qu’il y a plus dans sa propre histoire que quiconque ne le dira.

Les contes de fées reflètent les angoisses de leur époque et DAMSEL ne fait pas exception, bien que la prose solide d’Arnold et sa narration habile la distinguent de la foule.

Le style d’Arnold imite délibérément certaines des cadences des contes de fées plus anciens. Sa prose est vivante et apporte une richesse à une histoire qui pourrait autrement tomber à plat. La force de sa prose lui permet d’utiliser des chapitres courts – presque des scènes – pour un impact maximal. Cela l’aide également à développer l’intériorité d’Ama, ce qui est particulièrement important puisque son point de vue est à travers lequel le lecteur traite la plupart des incidents qui se produisent. Alors qu’Ama manque d’un sens aigu de soi en raison de son passé effacé / manquant, Arnold est suffisamment habile pour que même l’absence de passé aide à caractériser Ama plutôt que d’en faire un simple chiffre.

Lire aussi :  Critique : Le Sang des dix rois

Les contes de fées, en particulier les longs, peuvent être difficiles à maintenir car l’intrigue est prédéterminée à bien des égards. La narration d’Arnold est convaincante et tisse suffisamment de mystère et de doute dans l’intrigue de l’histoire pour que la fin ne soit jamais entièrement certaine.

Les jeux de pouvoir psycho-sexuels sont une riche source de matériel et il ne s’agit pas de savoir s’il existe ici un matériel digne d’un roman, mais plutôt de savoir si Arnold parvient ou non à retenir l’intérêt du lecteur alors qu’il enquête sur ces dynamiques à travers l’histoire du roman. Alors que DAMSEL devient parfois une petite note, je pense que le format plus long est réussi et permet à Arnold de développer ses thèmes de manière nuancée, y compris la propre lutte d’Ama pour contrôler ses serviteurs et un lynx de compagnie qui adopte

Donc, si vous entriez dans une librairie et achetiez ce livre en vous attendant à un conte de fées traditionnel, seriez-vous déçu ? Je ne pense pas, DAMSEL est clairement un conte de fées, même si les leçons sur le sexe et le pouvoir viennent tôt et vite. Il est troublant de voir les hypothèses derrière les tropes exposées et l’accent mis par Arnold sur cet inconfort est persistant tout au long.

Les contes de fées révisionnistes feront toujours partie de la fiction spéculative, bien que leur popularité puisse croître et décliner. Les contes de fées reflètent les angoisses de leur époque et DAMSEL ne fait pas exception, bien que la prose forte d’Arnold et sa narration habile la distinguent de la foule.

Lire aussi :  Critique : Le livre de la magie

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: un peu de jurons
  • Violence: Quelques violences envers les animaux
  • Sexe: Oui, discuté explicitement et certains actes sexuels représentés. La menace d’abus sexuels est constamment présente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *