coeurs héroïques

Critique : Cœurs héroïques


Amazone

Librairie

Quand j’ai vu l’annonce de cette anthologie, j’étais tout à fait d’accord. Après mon expérience avec SHADOWED SOULS (EBR Review), qui a également été édité par Jim Butcher et Kerrie Hughes, comment pourrais-je *ne pas* vouloir lire quelque chose de nouveau d’eux tout de suite ? D’accord, oui, il y a une nouvelle histoire de Dresden Files, et je suis absolument fan de n’importe quel Dresden ces jours-ci, mais même en dehors de l’histoire de Dresden dans SHADOWED (qui était GÉNIAL), presque toutes les histoires de ce groupe n’étaient qu’une excellente lecture.

HEROIC HEARTS est la deuxième collection d’histoires réunies par ces deux éditeurs. Cette fois, les histoires sont principalement ce que l’on qualifierait d’urbain, facilement 9 sur 12, le reste ayant une autre saveur de fantaisie. Beaucoup de grands noms aussi, donc j’avais de grands espoirs pour lui. Sur la base de mon modus operandi typique, si j’avais lu l’un de ces éléments séparément, je les aurais tous classés dans les catégories suivantes.

  • Livres que nous aimons : 3
  • Livres que nous aimons : 1
  • Livres médiocres : 8
  • Livres que nous n’aimons pas : 0
  • Livres que nous détestons : 0

Après le point culminant de la première histoire (Dresde, bien sûr), j’ai trouvé que les histoires se sont estompées dans le domaine du très médiocre, et j’ai perdu courage pour les dépasser. Il m’en a fallu trois ou quatre avant de décider de revenir en arrière et d’essayer de comprendre quel était mon problème. Bien qu’ils aient tous été relativement bien écrits dans l’ensemble, j’ai trouvé qu’il y avait deux thèmes majeurs qui me frappaient encore et encore, et ce schéma s’est poursuivi pendant la majeure partie du reste de l’anthologie.

Lire aussi :  Critique : Les bons garçons

Le premier était un concept très proche et cher à nos cœurs ici à EBR : la caractérisation. Il n’y en avait tout simplement pas beaucoup, et ce qu’il y avait là n’a pas inspiré de grands moments de reluquage. Même après avoir relu certaines des histoires avec un œil critique sur ce que je considère comme une bonne caractérisation, je ne pouvais tout simplement pas le trouver. Pas même de toutes les manières subtiles que certains auteurs aiment utiliser. Il n’était donc pas étonnant qu’il ne le sente pas.

La seconde était que malgré beaucoup d’intrigues décentes et de bonnes descriptions, je ne trouvais pas non plus beaucoup de choses que j’appellerais « héroïques ». Peut-être que c’est quelque chose de particulier pour moi. Peut-être que ma perception de ce que signifie « héroïque » est plus qu’une simple décision d’intervenir, pour ainsi dire. Ce concept est quelque chose que la plupart de ces histoires partagent. Quelqu’un prêt à intervenir et à faire quelque chose au sujet d’une situation donnée. Je suppose que je pense que c’est plus que ça. Cependant, je suppose que cela ne signifie pas nécessairement que quelqu’un d’autre ne leur trouvera pas de bons exemples.

Malgré la pléthore d’offres médiocres, quelques histoires se sont démarquées des autres. Voici un peu plus sur chacun d’eux :

Petites choses pour Jim Boucher : Toot Toot découvre qu’une infiltration de gremlin s’est introduite dans les nouvelles fouilles de Dresen, et avec un peu d’aide de ses amis, il est capable de sauver la situation. Cela m’a totalement donné envie de cuisiner une pizza surgelée festive après avoir terminé. C’était très amusant. Facilement l’un de mes favoris. (Aimé)

Lire aussi :  Bilan : Poste 11

Les vampires de Karamazov pour Nancy Titulaire : Un frère qui est à la fois un moine chrétien et un vampire, résiste aux envies de ses frères de tuer leur père, qui sont tous aussi des vampires. Homme. Celui-ci était si bien écrit. Dès le début, j’ai été noyé dans ces mots et paragraphes et j’ai complètement oublié que je lisais. (Aimé)

Bien que la plupart du temps plein de fantaisie urbaine médiocre, HEROIC HEARTS a quelques morceaux intéressants à lire que vous ne devriez pas manquer.

rencontres avec des terreurs pour Patricia Briggs : Une femme de puissance magique moyenne permet à un ami d’invoquer un puissant loup-garou pour tuer son bourreau sous prétexte d’un rendez-vous à l’aveugle. Je serai honnête. Je n’avais jamais rien lu de Patricia Briggs avant cela. (Oui, même si Vanessa l’aime.) En général, je trouve assez rapidement mes piqûres d’aiguilles d’urban fantasy. c’était ensuite bon quoique. Par la suite, j’ai immédiatement acheté le premier livre de sa série Mercy Thompson. Nous n’avons pas encore de critique pour celui-là, mais c’était aussi ridiculement bon. Cette lacune sera corrigée prochainement. (Aimé)

Zone de confort pour Kelley Amstrong : Une nécromancienne qui vit avec son petit ami loup-garou est contactée par le fantôme d’un jeune homme récemment décédé qui lui demande son aide pour sauver la vie de sa petite sœur. Lecture agréable, directe, bien écrite. (Apprécié)

Dans l’ensemble, l’anthologie dans son ensemble était un peu médiocre pour moi. Rien de particulièrement mauvais, mais certainement pas grand-chose de particulièrement bon à part ceux que j’ai mentionnés ci-dessus. Si rien d’autre, je suis heureux que celui-ci ne m’ait finalement donné plus d’excuse que de lire enfin du Patricia Briggs. Je vais aller acheter tous ses livres maintenant, et si tu sais ce qui est bon pour toi, tu iras faire pareil.

Lire aussi :  Critique : L'âge des ténèbres

Jusqu’à la prochaine fois.

  • Âge recommandé : 15+ pour un peu de tout
  • Langage: Assez fluide dans l’ensemble, mais une poignée de mots F sont limités à deux histoires
  • Violence: Assez brutal par endroits, mais pas particulièrement sanglant
  • Sexe: Menace de viol en deux histoires

Deux histoires incluent les thèmes de la violence physique et du meurtre de jeunes enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *