Les étoiles calculatrices

Critique : Les étoiles calculatrices


Amazone

Avez-vous lu le court roman « Lady Astronaut from Mars » de Mary Robinette Kowal, lauréate du prix Hugo 2014 ? Sinon, vous pouvez le lire ici sur le site Web Tor.com, ou pour gagner du temps, ma réaction à la fin de cet article de revue EBR. En bref, c’était le grand gagnant évident. Le personnage principal, Elma, est une ancienne pilote/astronaute dans la soixantaine qui doit faire le sacrifice ultime. Mais après avoir lu cela, on se demande comment l’histoire a changé pour permettre à la Terre des années 1950 de coloniser Mars ?

manquer plus!

Dans la récente offre de Kowal, THE CALCULATING STARS, nous voyons ce qui s’est passé pour que la génération d’Elma se retrouve sur Mars. Le livre commence par une météorite descendant sur terre et, par conséquent, le climat devrait subir un changement suffisamment radical pour que la vie humaine ne soit plus durable. Maintenant, les gouvernements du monde se réunissent et lancent une course à l’espace qui, espérons-le, aboutira à la continuation de la vie humaine.

Et bien sûr, l’intrigue générale du roman est à ce sujet. Mais en réalité, THE CALCULATING STARS concerne un élément plus petit impliqué dans l’effort : les femmes du programme spatial.

Entrez Elma York, qui était pilote pendant la Seconde Guerre mondiale où elle a livré des combattants à des pilotes de chasse masculins. Il est également un prodige des mathématiques et de la physique, avec des diplômes avancés. Mais son mariage avec Nathanial York, qui devient l’ingénieur en chef du programme spatial, est tout aussi important. Si vous avez déjà regardé le mouvement « Hidden Figures », alors vous aurez une idée du climat entourant les femmes et le programme spatial tel qu’il était il y a plus de 60 ans. Dans THE CALCUATING STARS, c’est plus ou moins la même chose, avec des femmes travaillant comme ordinateurs (les machines informatiques mécaniques étaient maladroites, lentes et sujettes aux erreurs), un travail dans lequel Elma excelle en raison de sa capacité à ne pas simplement faire des maths dans sa tête. , mais aussi à venir. avec les équations qui prédisent le vol. Mais son désir plus que tout est de devenir astronaute.

Lire aussi :  Commentaire : Pas d'étoiles

Bien sûr, il y a des obstacles. Nous sommes dans les années 1950, après tout, et ce n’est pas parce que la survie de la race humaine est en question que les hommes reconnaîtront immédiatement la valeur que les femmes pourraient ajouter à l’effort. Heureusement, Elma ne se laisse pas facilement dissuader et bénéficie de l’amour et du soutien d’un mari compréhensif. Nous voyons comment elle lutte contre l’anxiété, son rôle d’épouse, les relations raciales difficiles et la misogynie, entre autres sujets pertinents pour une femme profondément intéressée à voir les humains atteindre la lune, Mars et au-delà.

Kowall continue sa nouvelle récompensée par le prix Hugo dans une histoire alternative des années 1950 aux États-Unis où Erma surmonte tout pour devenir une femme astronaute.

Racontée du point de vue d’Elma, l’histoire se déroule régulièrement, sinon rapidement. Il y a des problèmes de mathématiques, de mécanique, de science et d’ingénierie qui sont importants pour l’histoire, mais qui peuvent ralentir l’action. Il y a des parties passionnantes, des dangers, et Elma a une chance de sauver la situation (avec un crayon et du papier !), donc le roman m’a facilement intéressé alors que nos héros tentaient de sauver l’humanité. Certains thèmes, comme la race et l’angle féministe, semblaient un peu maladroits et auraient pu être plus subtils, mais il semblait que Kowal voulait s’assurer que les lecteurs comprenaient ce qu’il disait.

En fin de compte, il s’agit d’une histoire d’intérêt humain, où nous suivons l’expérience d’une femme et comment elle gère le stress de sa vie quotidienne. Ce qui m’intéresse le plus, c’est la relation entre Elma et Nathanial. C’était facile de voir pourquoi ils s’aimaient et j’ai aimé la façon dont ils se soutenaient et communiquaient les uns avec les autres. Parfois, je pensais que c’était trop parfait, mais avec tout le stress qui entoure la vie d’Elma, c’est agréable de voir qu’elle a un endroit sûr pour être elle-même et être comprise. Leur mariage solide a permis à la véritable tension de l’histoire de se situer en dehors de leur relation amoureuse. Sa relation avec sa famille et les interactions qui l’entouraient étaient douces et évocatrices. Il y a aussi les femmes impliquées dans le programme spatial, des ordinateurs aux épouses d’astronautes en passant par les journalistes. Ils se sentaient tous authentiques, différents et ajoutaient de la profondeur à l’histoire.

Lire aussi :  Examen : Enregistré

Certains lecteurs peuvent être déçus que ce livre n’aborde pas les problèmes plus vastes inhérents à la situation des météorites et les conséquences qui en résultent. Et bien que tout cela soit un carburant majeur pour l’intrigue, il s’agit en fin de compte des problèmes quotidiens très réels que les personnes concernées connaîtront.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Un tas
  • Violence: Danger hérité des catastrophes naturelles et de l’explosion d’une roquette
  • Sexe: Préliminaires entre un couple marié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *