Eclairage de salle

Critique : Boule de foudre


Amazone

Vous allez probablement le faire de toute façon, donc plutôt que de vous perdre à mi-parcours, je vous suggère de taper « éclair en boule » sur Youtube/Wikipedia et de le retirer de votre système.

Assez bizarre, hein ?

Bon, revenons à la critique.

Si le nom de Cixin Liu vous semblait familier il y a quelques années, c’est peut-être parce que vous suiviez la scène de la fiction spéculative en Chine, où Liu a remporté plusieurs prix Galaxy et Xingyun (ce qui équivaut à remporter plusieurs prix Hugo et Nebula, respectivement) .

Si le nom de Liu vous semble familier à présent, c’est probablement parce qu’il a été le premier auteur chinois à remporter un prix Hugo pour son roman LE PROBLÈME DES TROIS CORPS, le premier livre de la trilogie Mémoire du passé de la Terre.

BALL LIGHTNING est l’offre la plus récente de Liu à être sortie aux États-Unis, bien qu’elle ait été initialement publiée il y a plus de dix ans (2005) en Chine. Semblable à THE THREE-BODIE PROBLEM, BALL LIGHTNING se concentre sur un phénomène étrange qui manque d’explication satisfaisante, puis explore où cette étrangeté rencontre les limites de l’ordinaire.

Le roman suit la vie de Chen, dont la rencontre d’enfance traumatisante avec la foudre en boule commence sa quête obsessionnelle et déterminée pour en savoir plus à ce sujet. Au cours du roman, Chen s’associe à Lin Yun, un incroyable ingénieur et expert en armement, et à Ding Yi, un brillant physicien, pour étudier et militariser cette force de la nature.

Lorsqu’ils découvrent la véritable nature de la foudre en boule et la possibilité de la transformer en arme, seul Chen semble être aux prises avec ses propres sentiments difficiles de complicité, tandis que les opinions amorales de Ding Yi et Lin Yun les stimulent. Alors qu’entrer dans les détails de sa découverte en révélerait trop, Liu présente une prémisse qui m’a donné envie de continuer à lire.

Lire aussi :  Critique : Le démon de Penric

Bien que les idées de Liu soient intéressantes, le récit lui-même peut sembler un peu lourd pour certains lecteurs. BALL LIGHTNING est, en partie, un roman dédié à l’exploration des jonctions de la science et de l’imagination humaine; cependant, il s’intéresse également au conflit plus banal entre la science et la bureaucratie. Les lecteurs explorent simultanément les idées derrière la physique quantique, puis tournent les pages en lisant les modèles de financement intermittents de l’armée chinoise.

Le personnage de Chen est en bois et semble presque grossièrement esquissé. Pour les lecteurs des autres livres de Liu, cela ne sera pas une surprise. Liu est intensément concentré sur les idées, pas sur les personnages, et Chen existe uniquement pour transmettre des informations et des idées. En fait, plusieurs chapitres à la fin du roman sont simplement un ami donnant à Chen un compte rendu détaillé de ce qui s’est passé après qu’il ait abandonné un certain projet.

En fait, alors que chaque personnage du roman est motivé par une obsession intense, Liu n’est pas intéressé à sonder les conséquences de ses obsessions de manière significative; au lieu de cela, les diverses obsessions des personnages représentent le développement réel du personnage, une pierre de touche à laquelle Liu peut se référer aux moments opportuns.

BALL LIGHTNING partage également une certaine formalité de ton avec les travaux antérieurs de Liu. Quand j’ai lu LE PROBLÈME À TROIS CORPS pour la première fois, je me suis demandé si l’écriture forcée pouvait être un effet de la traduction, mais maintenant je pense que cela fait partie du style de Liu. Une partie de cette rigidité peut être attribuée au fait que les personnages de Liu ont tendance à être très académiques. Cependant, je soupçonne qu’une grande partie de la raideur vient de Liu lui-même. Bien que ce ton fasse partie de ce qui m’a rendu difficile d’abord « d’entrer dans » LE PROBLÈME DES TROIS CORPS, cette fois je me suis retrouvé à tomber plus facilement dans l’histoire avec cette attente dans ma tête.

Lire aussi :  Critique : Les nouvelles voix de la science-fiction

Dans l’épilogue de BALL LIGHTNING, Cixin Liu place son roman dans le genre du « récit d’invention » (p. 382). Cela explique en partie l’étroitesse de l’orientation, car Liu suit certaines conventions dont le lecteur peut ne pas être conscient. Cependant, il dit que son travail rompt avec le format traditionnel de la fiction spéculative chinoise avec ses propres « envolées de fantaisie » (p. 383).

Le surnaturel EST le naturel dans les romans de Liu. Dans BALL LIGHTNING, l’inexpliqué et l’effrayant sont simplement des choses que la science n’a pas encore expliquées.

Ce sont ces mêmes envolées qui attireront le plus les lecteurs. Les romans de Liu sont à la fois singulièrement ciblés et extrêmement expansifs alors qu’il emmène les lecteurs du banal au royaume quantique et vice-versa. Le surnaturel est le naturel dans les romans de Liu : l’inexplicable et l’effrayant sont simplement des éléments que la science n’a pas encore expliqués, bien que même les scientifiques les plus avancés aient du mal à combattre l’instinct avec une explication.

Dans l’ensemble, BALL LIGHTNING est un roman imparfait mais finalement intrigant. Bien que vous deviez peut-être parcourir quelques sections, l’imagination de Liu et les technologies qu’il invente ont suffi à me faire tourner les pages et les amateurs de science-fiction durs trouveront cela agréable.

Alors faut-il le lire ? Ma réponse est : Lecteur, connais-toi toi-même.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Aucun
  • Violence: Certaines personnes sont inévitablement incinérées
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *